LES VILLAGES EN 1909 DE SEDRATA-MONTESQUIEU-KHMISSAT-AIN MLILA-SILA-AIN-FAKROUN-LES LACS-LE HAMMA-A1N-BE1DA-CANROBERT-LA MESK1ANA -

SÉDRATA

La commune mixte de Sédrata a été constituée par arrêté gouvernemental du 21 décembre 1880.
Le centre principal de la commune, siège de l'administrateur est Josset, le village de Sédrata, à 65 kilomètres de Guelma et à 15 d'Aïn-Beïda.
Sa population est de 670 habitants, dont 250 français environ. Commerce important de céréales, de laines.
La population de la commune mixte atteint 31.572 habitants.
La gare la plus proche est celle de M'daourouch, à 28 kilomètres, sur la ligne de Souk-Ahras à Tébessa.
A quelques kilomètres, sur la route de Sédrata à M'daourouch, est l'importante station de monte de Titfech (février à juin).

La commune mixte compte le hameau de MONTESQUIEU, centre industriel, récemment créé ou du moins dénommé, et onze douars, parmi lesquels Khmissat et M'daourouch.

Kmissat possède des vestiges véritablement remarquables de l'époque romaine, ainsi que M'daourouch (ancienne Madoura', dont nous avons parlé en décrivant la région de Guelma.

A côté de ces deux cités antiques, notons celle de Titfech dans les communes mixtes de Souk-Ahras et de Sédrata ,et nous connaitrons le véritable grenier de Rome, dont la renommée est pleinement justifiée, pendant les bonnes années, s'entend.

Notons qu'au douar Khmissa existent les deux zaouïas de Sidi Chérif et de Si di Saïd Oulad Sidi Liamine du Kef. Ces deux schérifs jouissent d'une réputation considérable dans toute cette région.

AIN-MLILA

Commune mixte (arrêté gouvernemental 1874).
Centre à 49 kilomètres de Constantine, sur la ligne Constantine - Biskra . (E.-A). 974 habitants Céréales. Pays assez tempéré et assez sain.
La commune mixte, administrée, par M. Marage, a 54,668 habitants. Sa superficie est de 234.683 hectares.
Plusieurs centres, assez importants, sont à mentionner, surtout à cause de leur antique origine. C'est ainsi qu'on y rencontre:

SIGUS

Ancienne ville romaine du même nom, Ruines d'une grande importance, qui méritent réellement d'être fouillées activement.
Le centre est à 26 kilomètres d'Aïn-M'lila, à 22 kilomètres du Khroubs et à 38 de Constantine. Gare de l'E.-A, (Constantine-Biskra).
Population: .357 habitants.
Adjoint-spécial: M. Guignault.
A cinq kilomètres de Sigus, un autre centre :

SILA

possède des ruines non moins intéressantes, de l'ancienne Sila ou Scilla. Cité très importante, qui joua un rôle actif dans les périodes des luttes octavines et antonines. Sila est une halte de la ligne Constantine-Aïn-Beïda-Khenchela.

AIN-FAKROUN

Autre centre de la commune d'Aïn-M'lila.
Station de l'E.-A., après Taxas, à 33 kilomètres de Constantine. Population: 523 habitants, Adjoint-spécial: M. J. Coutayas.
LES LACS, station de l'E.-A., voisine de lacs assez giboyeux.

FESGUIA, groupe de fermes.

La commune mixte comprend en outre une vingtaine de douars. C'est une des plus importantes du département. Aussi nous faisons-nous un devoir, en même temps qu'un réel plaisir, de redire tous nos éloges à l'adresse de l'importante compagnie des chemins de fer de l'Est-Algérien (E.-A.), que l'aimable ingénieur M. Rouzaud dirige avec une activité remarquable. Englobons toutes ces compagnies et leur personnel, en g,;néral, dans une même zône d'éloges que méritent leur prévenance, leur zéle et l'intérêt qll,'ils. portent à la prospérité des régions que desservent leurs voies ferrées: '
Revenons à notre description et disons à Constantine non pas "adieu" mais bien au revoir!

Nous sommes obligés d'écourter les renseignements précis que nous possédons sur les moindres beautés des innombrables curiosités tant anciennes que modernes et des sites ravissants de cet arrondissement; mais dans une prochaine édition nous compenserons largement notre briêveté.
Prenons donc la description par cantons alphabétiquement classés, après avoir complèté celui de Constantine:

LE HAMMA

est une commune de plein exercice, à 9 kilomètres de Constantine. Du nom de l'Oued-Hamma. Marché assez importamt.
Population: 5.572 habitants. Maire: M. Boët. Deux annexes indigènes: Ghirane et Bérégli.

A1N-BE1DA

Chef-lieu de canton (plein exercice 1868), est desservi par un tronçon de l'E.-A., se greffant sur la grande voie d'Alger, à la station des OuledRahmoun. Sa population atteint 2.380 habitants. Maire: M. Souillard. Aïn-Beïda fait un commerce assez important de céréales et de laines. Annexe indigène: Oulmen. 2.587 habitants, dont 15 européens. Le canton compte trois communes mixtes, savoir:

CANROBERT
qui fut, jusqu'à ces derniers temps, la commune mixte d'Oum-el-Bouaghi, et dont le centre est à 26 kilomètres d'Aïn-Beïda.
Population: 34.613 habitants, presque tous indigènes. Administrateur: M. Ribet.
Cette contrée, qu'arrose l'Oued-Rahmoun, est d'une grande fertilité.
La superficie de son territoire est de 240.000 hectares environ. Son altitude moyenne et approximative est de 1.000 mètres.
A une quinzaine de kilomètres est le centre de OURKIS, où se trouve le domaine d'Armandy et quelques autres propriétés.
La commune mixte comprend 15 douars.

LA MESK1ANA

est une commune mixte importante à cause du commerce de céréales et de laine qui s'y fait.
Le village de la Meskiana, siège de la commune mixte, est un centre q.i a pris un certain développement.
La Meskiana est sur la route d'Aïn-Beïda à Tébessa, à 37 kilomètres de l'une et à 52 km de l'autre. Trés prochainement un chemin de fer à l'étude, reliera ces deux derniers centres et donnera à ces régions une réelle prospérité. La population du centre de la Meskiana est de 480 habitants, presque touys européens : celle de la commune mixte atteint 19908 habitants, dont prés de 19200 indigènes.
L'administateur est monsieur Morris
Onze douars composent cette commune mixte

Extrait Oriental Guide 1909

Collectif des Guelmois site internet GUELMA-FRANCE