OUED-CHERF en 1808

(COMMUNE MIXTE)

Son siège est a Ain-Amara est du ressort de 1a Justice de Paix de Guelma et de celle de l'Oued-Zénati. AIN-AMARA dépend de, la Commune de plein exercice de Clauzel, sa population atteint 200 habitants. L'Oued-Cherf est une commune, mixte très importante administrée par M. Kardenat et dont la population atteint 25.945 habitants. Sa superficie est de 2078 hectares, la plupart en pâturages ou en forêts fort giboyeuses.la commune de l'Oued-Cherf possède, sur son territoire, une quantité considérable, de ruines numides et romaines. La Commune Mixte comprend dix douars et des centres assez importants. Elle est desservie par la gare de chemin de fer du Taya,

LAPAINE dans le douar Khezarra est un centre de colonisation sur la route de Guelma a Sedrata, à 17 kilomètres de Guelma, et dont la population atteint déjà 87 habitants français.
L'adjoint spécial est M. Messerschmitt.

GOUNOD, centre remarquable par son altitude à près de 800 m . Station estivale exquise, dont la population est de 149 habitants colons et dont l'adjoint-spécial est M. Léopold Petit. Gounod est voisin des MARBRIERES DE LA MAHOUNA qui méritent une mention spéciale.
La Mahouna est une montagne qui se dresse au Sud de Guelma a 1328 mètres d'altitude (rappelons que Guelma est à 280 mètres d'altitude). Les marbrières et les carrières de la Mahouna sont d'une richesse inouïe : les marbres de toutes les couleurs depuis le blanc de Paros jusqu'aux nuances tendres, rosé, mauve, violet clair, etc., y sont en abondance au milieu des plaques d'onyx translucide, presque opalin. De nombreuses carrières ont été ouvertes dans le flanc de la Mahouna, les plus importantes sont celles de : Calama, de Suthul, de Saint-Augustin, de Jugurtha, du Bois-Romain, de Gounod, etc.Ajoutons a toutes ces richesses, toujours dans la même région de Guelma, un gisement d'une pierre noire admirable pour la sculpture et dont on peut admirer le grain fin et la valeur artisanal dans les monuments funéraires exécutés par les artistes-marbriers de la maison Barnier et de l'entreprise Fischel, au cimetière de Bône. (Sépulture Maignant, etc.).Nous nous étendrons plus longuement sur les marbrières de Guelma dans une prochaine édition. Ces richesses sont dignes des descriptions les plus détaillées. D'ailleurs, aucun pinceau ne peut rendre fidèlement le ton exact des admirables marbres que l'on en extrait.N'oublions pas de noter à quelques centaines de mètres du sommet de la Mahouna le Puits de Jugurtha : excavation profonde de plus de 50 mètres et où les chauves-souris ont élu domicile.


Collectif GUELMA FRANCE 2005