PROVINCE DE CONSTANTINE.
SUBDIVISION DE BÔNE.
-

Tableau de la situation des établissements français dans l'Algérie: 1850-1852

Mondovi. - Situé à 12 kilomètres de Bône, sur la route de cette ville à Tébessa. Mondovi, pourvu d'une enceinte en terre avec bâtiments en maçonnerie, possède une église avec son presbytère, une maison de sœurs pour les malades, des écoles primaires pour les garçons et pour les filles, et un asile : il est donc complètement installé. L'achèvement prochain de la route de Bône lui assurera toutes les conditions de prospérité. Quatre puits, dont un d'origine romaine, fournissent l'eau nécessaire à la consommation des habitants : on s'occupe d'en augmenter le nombre.
Les récoltes ont donné, cette année, des produits satisfaisants. Indépendamment de la culture des céréales, les colons se livrent avec succès aux cultures industrielles. En résumé, la situation de ce centre est excellente. On achève la route qui conduit à Bône.

Barral - A 6 kilomètres au delà de Mondovi, est à peu près dans les mêmes conditions que ce dernier village. La route qui doit relier ces deux centres sera bientôt construite, de manière à être praticable en toute saison, et les colons pourront alors diriger avec avantage leurs produits sur Bône. Les cultures et les plantations sont dans le meilleur état et le bétail bien soigné. L'avenir de ce centre est donc assuré. Une prise d'eau, pratiquée dans la Seybouse, fournira toute l'eau nécessaire aux besoins des habitants. Un lavoir et un abreuvoir sont aussi en construction.

Guelma. - Le centre agricole de Guelma a été construit dans l'enceinte même de la ville, et, depuis le mois de juillet dernier, il se trouve placé sous le régime civil. Il se compose de 78 maisons, affectées aux colons, et de trois puits destinés à l'arrosement des jardins. On n'a eu besoin de construire aucun établissement public dans cette localité.
Les colons, trouvant à s'occuper en ville, ont pendant longtemps négligé la culture de leurs terres; quelques-uns d'entre eux ont dû, par ce motif, être évincés. Aujourd'hui la situation est beaucoup plus satisfaisante. Les produits du sol agricole delà banlieue trouvent, d'ailleurs, un écoulement facile à Guelma.

Héliopolis. - Ce centre est situé à A kilomètres de Guelma, sur la route de Bône; son territoire est arrosé par l'Oued-Hamman-Berda. Des travaux de desséchement y ont été effectués par le service du génie. Une conduite de 160 mètres amène une partie de l'eau nécessaire aux besoins des habitants; il y existe une fontaine, un lavoir et un abreuvoir. Le village est aussi doté d'une église, d'un presbytère, de plusieurs écoles et d'une salle d'asile.
La dernière récolte a donné les résultats les plus satisfaisants; mais il est à désirer que les colons essayent la culture des plantes industrielles, qui assurera leur bien-être dans l'avenir. Le voisinage de deux grands concessionnaires assure aux petits colons du travail pendant plusieurs mois de l'année : c'est un avantage que peu de colonies agricoles possèdent. On continue les travaux de la route qui doit mettre ce village en communication avec Guelma. Un beau pont construit à l'américaine assure le passage de la rivière en toute saison.

Millesimo. -Placé sur la rive droite de la Seybouse, à l\ kilomètres de Guelma. Les routes qui le relient aux centres voisins sont en bon état. Il possède une église, un presbytère, deux écoles, une salle d'asile et une maison de secours. Millesimo a, de plus, l'avantage d'être protégé par une enceinte. L'eau y est abondante et bonne; elle est fournie par un puits qui donne deux mètres d'eau et par un canal d'irrigation dérivé de l'Oued-Zimba.
La situation des colons laisse peu à désirer; les récoltes abondantes de l'année l'ont beaucoup améliorée. Les foins ont été aussi pour eux d'un excellent rapport. Avec de la persévérance, la plupart acquerront une certaine aisance. Des travaux sont en voie d'exécution pour l'assainissement des maisons de colons que les eaux de la montagne rendent humides. On construit également la route conduisant à Guelma.

Petit. -Situé à deux kilomètres au delà de Millesimo, et dans la même direction. On y voit tous les établissements publics nécessaires. Deux ponts, établis sur l'Oued-Roidgel et l'Oued-Zimba, assurent la facilité des communications. Le service des eaux laissait à désirer : des travaux sont en cours d'exécution pour amener dans le village des eaux plus abondantes, et établir la communication avec Guelma.
La position des colons, pendant longtemps assez difficile, s'est beaucoup améliorée, grâce à leurs efforts et aux subventions de tout genre qui leur ont été accordées. Mais ils ont trop négligé les cultures industrielles, telles que le tabac, le coton, seules susceptibles de donner de beaux profits.

Site Internet GUELMA-FRANCE