TOURISME EN ALGERIE
MER.. SOLEIL..SABLE
1954-1955

      En 1954, seul le Centre de Vacances de Cap Matifou et deux villages de toiles, Les "Aftis et Zéralda" étaient ouverts aux estivants.
      En 1955, un effort a été fait, ou cours de l'hiver, qui a permis l'équipement des Centres de " Tichy-Plage", près de Bougie, " Mer et Soleil", situé à deux kms environ de Cherchell, ainsi que trois nouveaux Villages de toiles: Francis Garnier près de Ténès, Aïn-Brahim près de Mostaganem, et Cap Aukas sur la corniche DjidjeIIienne.
Les événements de ce pays n'ont influé en rien sur la saison qui fut satisfaisante.

Les Centres de Vacances se distinguent des Villages de toiles par la construction de Bungalows, dortoirs, réfectoires, etc ...
Dons les Villages de toiles, les bâtiments et cuisines sont en maçonnerie, les estivants campent sous la tente, la jeunesse a opté pour cette formule.
Nombreux sont les métropolitains qui sont venus se mêler aux estivants locaux.
Le Centre de " Mer et Soleil, ouvert en juillet 1955, est situé à deux kilomètres à l'Est de Cherchell.

Dons le très beau jardin, qui entoure une villa de style mauresque, des bungalows ont été construits avec des logements pour 2 à 5 personnes.
Un restaurant et un bar ont été aménagés, l'équipement et le confort sont de premier ordre.
La durée moyenne des séjours est environ d'une quinzaine de jours, le prix est de 850 francs par jour.
L'an dernier sur les 225 touristes venus ou Centre, on notait un tiers de Français venus de Métropole, un tiers de personnes originaire d'Algérie, et un tiers d'étrangers, Suisses, Hollandais et Belges.
" Mer et Soleil" est donc une réussite du tourisme estival en Algérie.

BOU-SAADA
STATION CLIMATIQUE ET TOURISTIQUE
Plaque tournante des Circuits du M'Zab et du Constantinois. Site admirable et calme. Vue merveilleuse. Pays très soin. Délicieux jardins. Très beaux couchers de soleil.
Lieu de prédilection des peintres, parmi lesquels on pourrait citer des noms célèbres.
La ville arabe n'a pas subi l'outrage du modernisme. Ses maisons, entièrement construites en boue, d'une architecture primitive et très pittoresque, avec leurs portes en bois de palmier et leurs serrures et clés en bois de thuya, retiennent longuement l'attention du passant.

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX.

- Commune mixte civile.
Cheflieu de canton: 17.000 habitants, dont 130 Européens. Postes, Télégraphe, Téléphone ; Médecins, Pharmaciens, Hôpital ; Ecoles européennes et indigènes.
Cultes catholique, israélite, musulman.
Autobus avec Aumale, Alger, Djelfa, Laghouat, Ghardaïa, Msila, Bordj-Bou-Areridj, Biskra, Batna, Constantine, Philippeville, Bougie, Alger.

DISTRACTIONS. - Danses des Ouleds-Naïls ; Promenades à dos de chameau, à cheval; Chasse; Piscine; Terrain d'aviation; Fantasias.
SPÉCIALITÉS. - Soieries indigènes ; , Cadres en bois sculpté; Burnous gène ; Orfèvrerie indigène ; Armurerie indigène. Bou-Saâdi, couteaux très connus en Algérie, Poterie indigène
SPÉCIALITÉS CULINAIRES. - Cheurba, Méchoui, Couscous Pâtisseries.

SITES ET MONUMENTS. - Les sept Mosquées de la ville le Ksar; le Tombeau de l'Emir El Hachemi, fils d'Abd-el-Kader la Zaouïa d'El-Hamel.
Oasis de 10.000 palmiers ; Oued pittoresque ; Grottes dites " Chiaoues-el-Sebaa " (poitrine du lion) ; Dunes de sables; Village indigène d'EI-Allig ; Ruines romaines de Sadouri ; Village indigène d'Ed-Dis ; Moulin Ferrero; Billard du colonel Pein.

PROMENADES ET EXCURSIONS. - Visite de l'Oasis et de l'Oued (2 h.) ; Visite du Ksar (2h.) ; Ascension du Kerdada (900 m.) (3 h.) ; on domine la ville et la palmeraie; Promenades dans les dunes à dos de chameau ; Visite du Moulin Ferrero, en remontant l'Oued Bou-Saâda (3 h.) ; la Table d'Orientation.
Ksar d'El-Hamel (15 kms) ; Ksar d'EI-Allig (24 km.) ; Chotts du Hodna: mirages (35 km.) ; Location de voitures automobiles (prix tarifés). Guides : la journée, 750 fr., la demi-journée, 375 fr. Location de chameaux : 10 journée, 900 fr., la demi-journée, 600 fr. Danses indigènes : 150 fr. par personne (avec un minimum de 6 personnes) ; moins de 6 personnes, 900 fr. la séance.

HOTELS Ouverts toute l'année
180 chambres avec eau courante
Pension . avec. chambre. + T. S.

**** Hôtel Transatlantique (55 chambres) 2.000 - 2.600
**** - Hôtel du Caïd (37 chambres) . 2.000 - 2.400
* Hôtel Beauséjour (20 chambres) 1.400 - 1.700
- Hôtel Sahara (45 chambres) 1.200 - 1.600
- Hôtel Oasis (15 chambres) 1 . 1 00 - 1 .400

RESTAURANTS
Repas
Restaurant La Palmeraie 300 - 500
Restaurant Le Mirage ... 300 - 550

-CIRCUITS du HOGGAR
L'immensité des distances, le climat excessivement rude pendant près d'une moitié de l'année, la difficulté de tracer des voies de communication, la lenteur des moyens de transports, l'absence d'un réseau d'hébergement dons le grand Sud, autant de problèmes que se posaient au touriste voici à peine une vingtaine d'années.
Le Touring Club de Fronce, de par ses statuts et de par ses traditions, se devait non seulement d'étudier l'ensemble de ces problèmes mois aussi d'apporter des solutions qui pour être provisoires n'en sont pas moins perfectibles. C'est ainsi que, dès 1930, le Touring Club de Fronce lança l'idée d'un tourisme saharien organisé. Le tourisme individuel à cette époque avait allure d'expédition et mettre en branle une caravane complète pour un seul touriste mobilisait une petite fortune, sons compter le temps infini dont il fallait disposer pour accomplir le moindre circuit.

Dès le début donc, les voyages sahariens que le Touring organisa avec, déjà, la collaboration de la Société Africaine des Transports Tropicaux furent collectifs afin de réduire les frais de transport. Ainsi, les premiers touristes dans le grand Sud purent-ils se rendre au Hoggar à des prix qui, bien qu'assez élevés, n'étaient pourtant pas prohibitifs. Ces voyages en cars spéciaux, se répétèrent régulièrement jusqu'à la guerre (39-45). Malheureusement, les pistes de cette époque passaient à côté du principal : l'Atakor, c'est-à-dire le cœur du Hoggar. De plus, la durée totale des circuits dépassait encore les possibilités de nombreux candidats au voyage.

Après la guerre, le Touring Club de France, reprit tout le problème à la base. Les conditions avaient profondément changé. En même temps que le goût du voyage se développait de plus en plus et que le nombre de touristes augmentait, ceux-ci disposaient de moyens plus limités et d'encore moins de temps qu'auparavant en gros la durée accordée par les congés payés.

Fort heureusement, des circonstances favorisantes apparaissaient en même temps et, en particulier, l'avion, qui grâce à une infrastructure rapidement établie, permit de réduire considérablement la durée totale des circuits. Bientôt le réseau régulier établi par la Compagnie AI R FRANCE devait permettre de donner une impulsion nouvelle au Tourisme saharien. Désormais, au lieu de compter par jour, on comptait par heures ....

Parallèlement, répondant aux vœux formulés par le Touring Club, les Pouvoirs Publics entreprenaient la construction de nouvelles pistes dont la principale conduisait au col de l'Assekrem, en plein Atakor.
L'ensemble de ces circonstances permit à notre Association de concevoir ce qu'elle appela les "randonnées-camping " dont la première fut organisée en 1948, après un essai organisé l'année précédente dans les Oasis.

Cette " randonnée camping " qui a largement fait ses preuves se révéla, dès le début, le moyen le plus économique de faire du tourisme dons le Sahara central. Elle consiste à transporter par la piste, à bord d'un véhicule de la SATT un groupe de campeurs munis de leur matériel jusqu'à Tamanrasset, à faire participer ces campeurs à une méharée de cinq jours dons l'Atakar où ils vivent vraiment la vie du désert, à l'Assekrem, à l'IIamane, ou Tahar, aux Gueltas d'ln Tafeute etc, .. Puis, ces campeurs reportent pour Alger à bord d'un avion d'AIR FRANCE qui a amené un outre groupe de campeurs, lesquels, après la méharée, retourneront à leur tour à Alger, mois cette fois par la piste. On voit l'avantage de ce système de rotation des moyens de transports : le maximum d'économies est ainsi réalisé. De plus le centre touristique du Hoggar est largement visité et l'ensemble du circuit, près de 4.000 kms est couvert en 14 jours, résultat qui satisfait pleinement aux exigences du tourisme saharien tel qu'on peut le concevoir à notre époque.
Voici d'ailleurs comment s'établit, dans le détail, l'itinéraire de la randonnée camping ou Hoggar (piste-avion).

Trajet Alger-Laghouat (départ le matin). Trajet Laghouat-Ghardaïa (départ le matin). Séjour : 1/2 journée à Ghardaïa.
Séjour : 1/2 journée à Ghardaïa.
1 er jour trajet Ghardaïa-Hassi Fahl (départ à 13 heures)
2 jour trajet Hassi-Fahl-EI-Goléa (départ· le matin).
3 séjour 1/2 journée à El-Goléa. 4 trajet El-Goléa-In-Salah (départ le matin).
5 séjour In-Salah.
6 trajet In-Salah-Arak (départ le matin).
7 trajet Arak- Tamanrasset (départ le matin).
8 jour trajet en car jusqu'ou Cirque de l'IIamane, départ de la méharée - camp 1 : Tamahagueni.
9 - jour :Guelta-In Tafeute-Iknéouane-camp 2 : OuI.
10- Gorges de l'Oued Tarhoumoute-camp 3 : Assekrem (ermitage du Père de Foucauld).
11- Ascension du Tahat (3.003 m.) sommet du Haggarcamp 4 au pied du Tahat.
12 Retour ou Cirque de l'IIamane,
13 trajet en car jusqu'à Tamanrasset.
14 jour trajet: Tamanrasset - Alger par avion (départ le matin) .

Cette expérience ayant été particulièrement encourageante, le Touring Club organisa en 1952 une autre Randonnée Camping qui devait conduire les participants au Tassilli des Ajjers et leur faire connaître des régions hier quasi inconnues. Ce circuit diffère notablement du précédent non seulement à cause du paysage auquel on aboutit - précisément le plateau du Tamrit - mais encore à cause des difficultés présentées par la piste. Si la piste du Hoggar offre à la fin de chaque étape, l'abri d'une oasis, il n'en va pas de même pour la piste qui mène à Djanet et, en particulier à partir de Fort-Flatters. C'est le désert total dont l'attrait n'est pas niable mais qui requiert de la part des organisations une préparation soigneusement étudiée en matière de ravitaillement en eau, en carburants et en lubrifiants. L'itinéraire de cette randonnée camping (piste-avion) et qui comprend aussi une méharée est le suivant :
1er jour trajet Alger-Tilrempt (départ le matin).
2e jour trajet Tilrempt-Ouargla.
3· jour séjour 1/2 journée à Ouargla.
trajet Ouargla-Fort-Lallemand (départ 12 h.).
4e jour trajet: Fort-Lallemand-Fart-Flatters (départ le matinj
5 jour séjour Fort-Flatters.
6" jour trajet Fort-Flatters-Amguid (départ le matin).
7" jour trajet Amguid- Toukmatine (départ le matin).
8e jour trajet Toukmatine-Djanet (départ le matin).
9" jour sejour: Djanet.
10'· jour départ de la Méharée Akba- Tafelelt.
11" jour Ti-Biadji (excursion du plateau du Tamritl.
12" jour Ti-Biadji-Assikao.
13e jour Assikao-Djanet.
14" jour séjour: Djanet.
15e jour trajet: Djanet-Alger par avion (départ le matin).
Mais la solution de la randonnée-camping, pour élégante qu'elle soit, ne peut satisfaire pleinement que les campeurs dont le nombre à vrai dire, s'accroit de néophytes qui ont trouvé leur vocation justement en participant à ces randonnées. Bien des touristes cependant, qui ne manifestent pas l'intention d'acquérir un matériel complet de campeur n'en voudraient pas moins connaître le Sahara. C'est en pensant à cette nouvelle catégorie de touristes attirés principalement par la méharée de 5 jours qui couronne le circuit du Hoggar que le Touring Club a monté un village de toile nomade qui se déplace avec la méharée et sert de gîte aux touristes. Ces derniers peuvent donc venir au Sahara munis d'un minimum de bagages. De plus, l'aller et le retour étant couverts en avion l'ensemble du circuit peut être accompli en 9 jours. On peut également prolonger la durée du voyage en y ajoutant la visite d'In-Salah, d'El-Goléa et de Ghardaïa.

Le Touring Club, pour sa part, s'est chargé de la signalisation dont l'importance, ou Sahara, est parfois vitale. Puis est intervenue la décision du Gouverneur Général de l'Algérie de confier ou Touring Club l'organisation et l'administration des conventions d'assistance qui permettent à l'automobiliste d'être secouru à coup sûr en cas de panne. Tout dernièrement encore notre Association a mis en service les premières voitures destinées à assister effectivement les automobilistes en difficultés conformément aux stipulations des titres de Convention d'Assistance.

Cet ensemble de réalisations qui favorise déjà grandement le trafic automobile sur les pistes, favorise également le tourisme. Mais le Hoggar et le Tassili des Ajjer sont encore hors de portée. Il faudra en effet, non seulement que la piste Tamanrasset - Amguid soit terminée, mais encore que soient construits des gîtes d'étape du genre refuge de montagne - qui permettront à ces automobilistes de trouver un abri confortable à la fin de chaque étape. Ce projet que le Touring Club étudie depuis plusieurs années passera bientôt au stade des réalités.

C'est alors que la région qui englobe le Hoggar, le Mouydir, la Tefedest, le Tassili des Ajjer pourra vraiment être considérée comme une véritable région touristique. Elle sera visitée à la fois par les campeurs, par les non-campeurs, par les automobilistes, c'est-à-dire par les catégories de touristes susceptibles d'être attirés par le Sahara Central. L'afflux des visiteurs ne pourra alors que s'accroître et permettra ainsi de perfectionner les moyens mis à leur disposition.

Toute cette œuvre, celle qui est accomplie comme celle qui reste à réaliser, suppose à côté d'efforts constants soutenus grâce à une connaissance approfondie du Sahara, des moyens financiers extrêmement importants. C'est pourquoi elle requiert de la patience, sons doute, et surtout la collaboration confiante de tous ceux qui s'intéressent à l'avenir du Sahara.

Jean-Claude BERTAUX Secrétaire Général du TOURING CLUB DE FRANCE pour l'Afrique.

Site Internet GUELMA-FRANCE