LE VOILE SYMBOLE POLITIQUE

Source : MEMRI Middle East Media Research Institute

Des journalistes arabes expriment leur soutien aux réticences de la France face à la burqa

      Dans un récent discours, le président français Nicolas Sarkozy a déclaré que la burqa n´était "pas la bienvenue en France". Cette déclaration lui a valu l´appui de journalistes de la presse saoudienne et égyptienne. Ainsi, des journalistes saoudiennes estiment que les islamistes ont fait du voile islamique traditionnel un symbole politique et que les terroristes s´en servent parfois pour perpétrer des attentats, tandis qu´un journaliste égyptien écrit que le voile intégral reflète une volonté d´assujettissement des femmes et ne peut être le bienvenu dans un pays où celles-ci sont respectées. Extraits :
    Un chroniqueur saoudien progressiste : le niqab est un symbole politique

      La poétesse et chroniqueuse progressiste Halima Muzaffar écrit que les islamistes exploitent les femmes, se servant de leur voile comme symbole politique pour atteindre leurs objectifs. Dans un article de sa plume paru dans le quotidien saoudien Al-Watan, on lit :
"Tout le monde sait que les femmes ont le droit de montrer leur visage selon les autorités religieuses des quatre écoles [de pensée islamique]. Mais un religieux hanbalite a émis un décret contraire selon lequel une femme ne peut [montrer son visage], ce qui a déclenché une controverse religieuse.
     Plusieurs musulmans, qui considèrent l´extrémisme religieux et l´excès comme un bien, ont abandonné l´opinion majoritaire [selon laquelle une femme peut révéler son visage] pour adopter l´opinion minoritaire [selon laquelle elle ne le peut] (…). C´est pour eux l´occasion de préserver le port de la burqa ou du niqab, coutume bédouine tribale chauvine devenue coutume sociale légitime (…), prétextant qu´il est une variante du hijab islamique."
     "Une femme n´a pas le droit de porter le niqab ou des gants pendant le pèlerinage à la Mecque"
       "Je me pose la question : s´il s´agit bien d´un commandement religieux ou d´une variante du hijab islamique, comme l´affirment les tenants de cette dernière opinion, pourquoi une femme n´a-t-elle pas le droit de porter le niqab ou des gants pendant le Hajj ? (…)

     Certaines musulmanes en Europe portent le hijab contre leur volonté, en raison de la piété de leurs familles qui s´identifient ou appartiennent à l´un des mouvements politiques islamiques. D´autres le portent par conviction religieuse (…) ou politique, dans le but de faire de la burqa ou du niqab un symbole politique plutôt que religieux. Ce faisant, [les familles de ces femmes] se trouvent confrontées au racisme européen et renforcent leur islamicité ou s´identifient aux mouvements islamiques (…). Chacun sait que les femmes sont la carte atout de ces mouvements, qui exploitent leurs émotions et leur faiblesse (…) tout en se servant de la démocratie et des libertés des pays occidentaux pour atteindre leurs objectifs politiques."

"Les pays européens n´ont pas l´intention de perdre des siècles (…) de combat politique au cours desquels ils ont versé leur sang pour l´égalité et la stabilité"

"Ainsi, les pays européens en sont venus à redouter la burqa comme symbole politique, non comme symbole religieux. Ils n´ont pas l´intention de perdre des siècles (…) de combat politique au cours desquels ils ont versé leur sang pour l´égalité et la stabilité entre les diverses composantes de leurs sociétés. Ils n´ont pas gagné [cette égalité et cette stabilité] pour les perdre au profit de mouvements politiques qui ont exploité l´islam et répandu leurs [programmes] dictatoriaux en son nom (…) afin de créer un parti au parlement (…) ou d´ériger ce que la Révolution islamique a érigé en Iran - ou ce que les talibans ont construit en Afghanistan (…) Aucun de ces mouvements n´est représentatif du libéralisme (…) de la Sharia." (2)
"Nous avons déjà vu des terroristes revêtir la abaya [robe portée par les femmes musulmanes] et un voile pour se préparer à des opérations terroristes"
Dans un article paru dans le quotidien saoudien Al-Watan, la journaliste saoudienne Layla Ahmed Al-Ahdab déclare que le voile intégral devrait être interdit en Europe, parce que des terroristes se cachent dessous en perpétrant des attentats. Elle écrit : "La liberté individuelle doit demeurer dans les limites de la sécurité de la société. Nous avons déjà vu des terroristes revêtir la abaya [robe portée par les femmes musulmanes] et un voile pour se préparer à des opérations terroristes dans plusieurs pays arabes : dans le royaume [saoudien], [les autorités ont] arrêté des véhicules transportant des travailleurs (…) cachés derrière un niqab, se déplaçant d´un lieu à l´autre et menaçant la sécurité de la société. Ainsi, l´Europe doit interdire tout ce qui recouvre le visage d´une femme (…)"
"Révéler son visage, c´est une façon de respecter son prochain : les femmes montrent qu´elles ne considèrent pas les hommes comme des bêtes sauvages, prêts à les engloutir au premier coup d´oeil"
"Ne pas cacher son visage est une marque de respect pour son prochain : les femmes montrent qu´elles ne considèrent pas les hommes comme des bêtes sauvages, prêts à les engloutir au premier coup d´œil (…)" (3)
Le chroniqueur égyptien Mustapha Sami soutient la position de Sarkozy contre la burqa dans le quotidien gouvernemental égyptien Al-Ahram, affirmant que les femmes qui portent la burqa ou le niqab en France devraient retourner leurs pays d´origine : "Depuis la Deuxième guerre mondiale et le début de l´émigration de milliers d´Arabes musulmans d´Afrique du Nord, le gouvernement français n´a pas su prendre des mesures significatives pour établir un plan réfléchi d´intégration de la minorité musulmane dans la société française.

Mais nous devons [aussi] reconnaître que les Arabes musulmans sont venus en France avec leurs peurs et complexes, qui leur ont dicté leurs comportements et leur traitement condescendant des femmes, avec lesquels l´islam n´a rien à voir. De leur propre chef, des musulmans marocains, algériens et tunisiens se sont enfermés dans des quartiers devenus des bidonvilles crasseux, où un visiteur se sent parachuté hors de Paris - la plus belle ville du monde -, pour se retrouver dans l´une de ces villes arabes frappées de pauvreté, villes qui pullulent de quartiers de cabanes en aluminium qui exportent des terroristes dans le monde.

Depuis les années 1990, le niqab ne cesse d´infiltrer les pays arabes, à cause des djihadistes et des Takfiris (4) qui se servent d´Allah pour nous tourmenter. A partir de là, [la coutume du niqab] est arrivée jusqu´aux musulmans d´Europe, et la vision de ces ´sacs ambulants´ dans les rues et les transports publics a commencé à susciter l´appréhension et des sentiments d´étrangeté.

A cette mode, on peut ajouter le refus des femmes de serrer la main aux hommes et vice versa. Ce comportement n´est pas accepté dans nos sociétés arabes et islamiques, et pourtant certains gouvernements occidentaux ont été contraints de faire avec, par crainte d´une extorsion de la part des [musulmans] extrémistes et hypocrites.
Mais l´Occident, avec toutes ses coutumes, ses traditions, et son respect pour les femmes, n´est pas obligé d´accepter ceux qui portent le niqab."
"Sarkozy a eu raison de dire que le niqab n´est pas bienvenu sur le sol de France, parce que ce n´est pas un symbole religieux mais un symbole de soumission."
"Le président français Nicolas Sarkozy a tout à fait raison de refuser le niqab (…) Il vaut mieux pour ces fantômes qui se cachent sous ces sacs par obéissance aux préceptes de l´islam et par rejet de la culture occidentale infidèle qu´ils retournent à leurs terres natales et y vivent conformément aux instructions de leur père ou mari, qui défendent l´honneur des filles et des femmes, prêts à les tuer pour cela. Sarkozy a eu raison de dire que le niqab n´est pas bienvenu sur le sol de France, parce que ce n´est pas un symbole religieux mais un symbole de soumission. Je joins ma voix à la sienne car je suis d´accord avec lui, peut-être pour la première fois. Le niqab n´est en effet pas le bienvenu en France, de même qu´il n´est le bienvenu dans aucun pays qui respecte les femmes. (5)
-- (1) La burqa est le voile intégral d´origine afghane grillagé au niveau des yeux, Le niqab, d´origine salafiste, qui cache également le visage, laisse une fente au niveau des yeux. Le hijab recouvre les cheveux, les oreilles et le cou mais pas le visage. (2) Al-Watan, Arabie Saoudite, 28 juin 2008 (3) Al-Watan, Arabie Saoudite, 29 juin 2008 (4) Les Takfiris appartiennent aux groupes islamistes extrémistes qui considèrent comme hérétiques les musulmans moins pieux qu´eaux. (5) Al-Ahram, Egypte, le 7 juillet 2009. -

Adressé à celles qui portent volontairement la burqa

Par Elisabeth Badinter
Source : Le Nouvel Observateur - Envoi Matsada - infos

Après que les plus hautes autorités religieuses musulmanes ont déclaré que les vêtements qui couvrent la totalité du corps et du visage ne relèvent pas du commandement religieux mais de la tradition, wahhabite (Arabie Saoudite) pour l'un, pachtoune (Afghanistan/Pakistan) pour l'autre, allez-vous continuer à cacher l'intégralité de votre visage ?

Ainsi dissimulée au regard d'autrui, vous devez bien vous rendre compte que vous suscitez la défiance et la peur, des enfants comme des adultes. Sommes-nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact, toute relation, et jusqu'à la connivence d'un sourire ?
Dans une démocratie moderne, où l'on tente d'instaurer transparence et égalité des sexes, vous nous signifiez brutalement que tout ceci n'est pas votre affaire, que les relations avec les autres ne vous concernent pas et que nos combats ne sont pas les vôtres.

Alors je m'interroge : pourquoi ne pas gagner les terres saoudiennes ou afghanes où nul ne vous de mandera de montrer votre visage, où vos filles seront voilées à leur tour, où votre époux pourra être polygame et vous répudier quand bon lui semble, ce qui fait tant souffrir nombre de femmes là- bas ? En vérité, vous utilisez les libertés démocratiques pour les retourner contre la démocratie.
Subversion, provocation ou ignorance, le scandale est moins l'offense de votre rejet que la gifle que vous adressez à toutes vos soeurs opprimées qui, elles, risquent la mort pour jouir enfin des libertés que vous méprisez. C'est aujourd'hui votre choix, mais qui sait si demain vous ne serez pas heureuses de pouvoir en changer. Elles ne le peuvent pas… Pensez-y. Elisabeth Badinter

Elisabeth Badinter : Le Nouvel Observateur


Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE