JOURNAL
LE NOUVEAU PROGRES DE L'ALGERIE
Journal de Constantine, organe des intérêts industriels, commerciaux et agricoles algériens

9 février 1890

GOUVERNEMENT GÉNÉRAL DE L'ALGÉRIE

Ce dont il a été question dans quelques journaux.
Le sénateur de Constantine s'est déclaré nettement hostile à cette suppression et il a donné diverses raisons à l'appui de .sa manière de voir. Il s'est déclaré en même temps partisan d'un budget spécial pour l'Algérie.
M. Lesueur a affirmé qu'aucun Algérien ne désirait l'autonomie; l'unique pensée des populations algériennes, a-t-il dit, est l'union absolue du pays avec la France par une assimilation progressive.
CHRONIQUE RÉGIONALE Bône. Les obsèques du lieutenant Darier-Chatelain, la victime du drame de vendredi, ont eu lieu samedi soir, au milieu d'un grand concours d'assistants. AIN MOKRA - La veille, à cinq heures, on enterrait le malheureux Cauchi, assassiné à Ain-Mokra. Plusieurs indigènes, soupçonnés d'être les auteurs de cet horrible forfait, ont été arrêtés et amenés à Bône. BOUGIE. Le nommé Desacher, qui tenait l'établissement du « Château-Vert » à Bougie, s'est tué d'un coup de- révolver dans la nuit de vendredi dernier. SÉTIF. Un colon de Bir-el-Arch, du nom Buthet, qui transportait du blé à Saint-Arnaud est tombé sous les roues de sa voiture et a été écrasé. Il laisse une veuve et quatre enfants. LE DRAME DE BÔNE Nos confrères de Bône, mus par un sentiment de réserve fort explicable, s'abstiennent de tout commentaire sur l'épouvantable drame qui coûta la vie à une jeune femme, mère de deux enfants, et à un jeune officier jouissant de l'amitié et de la sympathie de tous ceux qui le connaissaient. Il ne nous appartient pas davantage d'apprécier les faits qui ont ensanglanté le Cours National et la rue de Beaucaire. C'est l'œuvre de la justice. Voici le récit de ce drame, d'après l'enquête faite immédiatement. Des relations existaient depuis assez longtemps entre le lieutenant Darier-Chatelain et Madame Omessa. Ces relations, le lieutenant voulait les rompre, et il avait demandé à partir au Tonkin. Il aurait écrit à Madame Omessa qu'elle était mère de famille et se devait à ses enfants. Cette lettre serait tombée aux mains du mari. Vers deux heures, vendredi, Omessa monta chez lui, et après une courte explication, tira deux coups de revolver sur sa femme, qui fut atteinte à la tête et au cœur. Elle tomba foudroyée.Puis, le mari outragé se rendit rue de Beaucaire, dans l'hôtel habité par M. Darier-Chatelain. L'officier se trouvait chez lui, - Ce qui te passa entre les deux hommes, on l'ignore, ou plutôt on ne sait que la relation du meurtrier. Trois coups de révolver retentirent. - ; Le lieutenant eut encore la force de des-cendre un étage à la poursuite d'Omessa, en l'appelant : Lâche ! lâche ! Puis il tomba entre les bras de M. Brandis, vétérinaire, en disant : J'étouffe ! Il expira presque aussitôt. Omessa alla se constituer prisonnier. Et maintenant, la parole est à la Justice. DU DÉPARTEMENT DE CONSTANTINE SYNDICAT AGRICOLE PBOJET DE STATUTS TITRE I Constitution du Syndicat 1. - Il est formé, entre les soussignés et ceux qui adhéreront aux présents statuts, une association professionnelle ou Syndicat, qui sera régi par la loi du 21 mars 1884 et par les dispositions suivantes ; 2. L'association prend le nom de Syndicat agricole du Département de Constantine. Son siège est établi à Constantine. Sa durée est illimitée, ainsi que le nombre de ses membres. Elle commence le jour du dépôt légal de ses Statuts. Composition du Syndicat Peuvent faire partie du Syndicat : 1° Les propriétaires de fonds ruraux, les faisant valoir par eux-mêmes ou par-autrui. 2 Les fermiers, colons, serviteurs, ouvriers, préposés ou employés à l'exploitation de ces ronds ; 3. Et, généralement les personnes exerçant une profession connexe à celle de propriétaire rural et d'agriculteur, concourant à l'établissement des mêmes produits. 4. Il n'est pas nécessaire d'être présenté par un ou plusieurs membres. Sur demande, le bureau sera appelé à se prononcer sur l'admission. - 5.L'association se compose de membres fondateurs, donateurs ou ordinaires .- Les membres fondateurs versent une somme de :….. une fois donnée. Les membres donateurs paient une somme annuelle de.. : Les membres ordinaires paient une cotisation annuelle de. Cette quotité sera fixée par l'assemblée générale 6. Tout sociétaire doit sa cotisation entière pour l'année en cours, quelle que soit l'époque de son admission, démission ou exclusion. La cotisation est due à partir du 1er janvier, et payable avant le 1er avril au siège de la Société. Passé ce délai, elle sera recouvrée par la poste, aux frais du sociétaire. 7. Tout membre peut se retirer à tout instant de l'association. A cet effet, il adresse sa demande par lettre chargée au président, qui lui en accuse purement et simplement réception. 8. La chambre syndicale peut, pour des raisons graves, dont elle est seule juge, prononcer l'exclusion d'un membre. 9. Le membre démissionnaire ou exclu ne conserve aucun droit sur le patrimoine syndical ; mais il peut rester membre des sociétés de secours mutuels et de pensions de retraite pour la vieillesse, à l'actif desquelles il a contribué par des cotisations ou versements de fonds. TITRE III Objet du Syndicat 10. Le Syndicat a pour objet général l'étude et la défense des intérêts économiques agricoles. 11. II a pour objet spécial de : 1° Servir à ses membres d'intermédiaires gratuits pour l'achat, par adjudication ou à l'amiable, des semences, plants, engrais, instruments, animaux, tourteaux et de toutes matières premières ou fabriquées, utiles à l'agriculture, de manière à les faire profiter des remises des marchands et fabricants ; b, pour la vente des produits agricoles, de façon à leur procurer des débouchés avantageux ; c, pour la surveillance des livraisons (à eux faites, ou effectuées par eux), afin d'en assurer la loyauté et de réprimer les fraudes ; d, pour les offres et les demandes de places et de travail ; e, pour l'analyse des engrais et des terres ; f, pour l'embarquement des bestiaux et à la surveillance de la vente sur les places de Paris et de Marseille. 2° Provoquer, favoriser, subventionner des essais de culture, d'assolement, de semences, d'engrais, de machines et instruments perfectionnés et de tous autres moyens propres à faciliter le travail, réduire les prix de revient et augmenter la production. 3° Examiner toutes les mesures économiques et toutes les réformes législatives, administratives et financières que peut exiger l'intérêt de l'agriculture, en poursuivre la réalisation auprès des pouvoirs et administrations compétentes. 4° Propager l'enseignement agricole et les notions tendant au développement moral, intellectuel et professionnel de ses membres tant par des cours, conférences, envois de feuilles périodiques, distributions de livres et brochures, installations de bibliothèques, organisations de concours, expositions, expériences, allocations de primes et récompenses, que par tous autres moyens. 5° Préparer, encourager, soutenir la création d'institutions économiques, telles que Sociétés de crédit agricole ; Sociétés corporatives ; Sociétés de production et de consommation ; caisses de secours mutuels contre la maladie, les infirmités, le chômage involontaire, la mortalité du bétail, la grêle. Caisses de retraites pour la vieillesse ; assurances contre les accidents, sans que cette action puisse engager les ressources du Syndicat. 6° Accorder, dans la mesure de ses ressources, des secours à ceux de ses membres qui siéraient atteints, dans leurs intérêts agricoles, d'accidents graves. 7° Examiner les affaires contentieuses qui lui sont soumises par ses membres ; fournir, soit à ceux d'entre eux qui le demandent, soit aux tribunaux, des arbitres experts pour la solution des questions rurales litigieuses, recueillir les coutumes et usages locaux, * TITRE IV Administration du Syndicat 12. Le Syndicat est administré et dirigé par un bureau qui est assisté, à titre consultatif, d'une chambre syndicale. Nul ne peut faire partie du bureau ou de la chambre syndicale s'il n'est Français et s'il ne jouit de ses droits civils. Les fonctions des membres du bureau et de la chambre syndicales sont gratuites. Bureau Le Bureau se compose de membres, savoir : Un président; un vice-président; un secrétaire général ; un secrétaire ; un trésorier. - (Le nombre des titulaires de ces fonctions restant à déterminer d'ailleurs par l'assemblée générale). Ils sont élus par la chambre syndicale, à la majorité des suffrages exprimés. La durée de leur mandat est de deux ans. Les membres sortants sont rééligibles. Le vote peut avoir lieu par correspondance. En cas de démission ou de décès d'un membre du bureau, il est pourvu à son remplacement par la chambre syndicale. Les pouvoirs des membres ainsi élus expirent avec ceux du bureau qu'ils sont appelés à compléter. Il peut être élu un président d'honneur. 7 14. - Le bureau se réunit au siège social, sur la convocation du président ou du membre qui le remplace, obligatoirement une fois par mois et facultativement chaque fois que le président ou deux de ses membres le jugent nécessaire. Il délibère valablement, si membres sont présents. 15 -Le bureau prend toutes décisions et mesures sur les matières qui se rattachent à l'objet de l'association, à ses intérêts généraux et particuliers. Il prononce l'admission des membres nouveaux, fait les règlements d'ordre intérieur que peut nécessiter l'exécution des statuts, préparé les travaux, propositions, ordres du jour à soumettre à la chambre syndicale et aux assemblées générales. Il administre le patrimoine du syndicat et présente, chaque année, à l'assemblée générale, un rapport sur l'ensemble des opérations et sur la situation financière. 16. Les membres du bureau ne contractent, en raison de leur gestion, aucune obligation personnelle ou solidaire envers les syndiqués, les fournisseurs ou les tiers. Ils ne répondent que de l'exécution de leur mandat. 17. - Le président du bureau est président du syndicat. Il dirige les travaux de l'association. Il ordonne les convocations, préside les séances, tant du bureau que de la chambre syndicale et des assemblées générales et a voix prépondérante en cas de partage. Il signe, conjointement avec le secrétaire, les procès-verbaux des séances et les lettres d'admission. Il agit au nom du syndicat et le représente dans tous les actes de sa vie civile. Il exerce toutes actions judiciaires, tant en demandant qu'en défendant, et tous droits immobiliers, tant activement que passivement, en vertu d'une autorisation du bureau et après avis préalable de la chambre syndicale. En cas d'urgence, l'autorisation du bureau suffit, sauf à rendre compte à la prochaine réunion de la chambre syndicale. Il concilie, si faire se peut, les membres du syndicat à raison des différends que ceux-ci lui soumettent, ou il les renvoie aux mêmes fins et devant la chambre syndicale. Il règle librement les dépenses courantes. En cas d'absence ou d'empêchement du président ou vice présidént, le bureau peut déléguer leurs pouvoirs à l'un de ses membres. 18. Le secrétaire général est dépositaire des registres, états, et de tous papiers concernant l'administration du syndicat. Il tient la correspondance et peut la signer par délégation du Président ; il rédige les procès-verbaux des séances. Au besoin, il est remplacé par le secrétaire, ou, à défaut, par l'un des membres du bureau. On peut lui adjoindre un ou plusieurs employés et lui allouer des frais de bureau. 19. Le trésorier est dépositaire des fonds du syndicat; il recouvre les cotisations et toutes les sommes dues ou acquises à l'association ; il solde les dépenses sur le visa du Président ; il soumet l'état des recettes et dépenses à la vérification du Bureau. Il dresse, à la fin de chaque année, le compte de l'exercice annuel destiné à l'assemblée générale. § 2. Chambre syndicale 20. La Chambre syndicale se compose de membres élus par l'assemblée générale .à)a majorité des suffrages exprimés, pour années, et choisis, autant que possible, à raison de par arrondissement ou par canton, Progrès de l'Algérie - 10- FLEUR - DE - MER ROMAN INÉDIT PAR FRANÇOIS D'YX -CHAPITRE III Bédespart après avoir salué courtoisement Yvonne de Prévaré, releva les yeux et rencontra le regard du vicomte. Le capitaine Meigran qui avait la rage de présenter tout le monde a chacun, avait déjà commencé à remplir cette formalité ; mais soudain, la main que Bédespart tendait au blessé, retomba nerveusement le long du corps du lieutenant, en même temps qu'une expression de haine implacable, crispait ses traits et donnait à son étrange physionomie une cruauté particulière. - Oh ! dit-il sourdement. Quant au blessé à, une pâleur subite avait succédé une vive rougeur en même temps qu'il s'affaissait entre les bras du capitaine de Prévaré. Blanc-d'Espagne s'était précipité, ainsi que le capitaine Maigran, pour soutenir le blessé, tandis qu'Yvonne, habituée à ces accidents assez fréquents, pénétrait vivement a l'intérieur de l'habitation pour y chercher les sels nécessaires en l'occasion. Le capitaine Meigran et Blanc-d'Espagne, seuls, connaissaient la cause de la faiblesse du vicomte ; eux seuls avaient remarqué cet échange de regards haineux et pressentaient entre ces deux hommes une inimitié irréconciliable sinon mortelle. On emmena le vicomte dans sa chambre, où Fleur-de-Mer lui prodigua immédiatement les premiers soins en attendant que le docteur, que Blanc-d'Espagne avait été quérir en toute hâte, arrivât, afin de préserver le blessé d'une complication toujours à redouter. Je le pensais bien, disait le capitaine de Prévaré, je le pensais bien : c'est le grand air et la fatigue qui ont occasionné tout le mal, tu vois l'effet de ton imprudence, dit-il à Yvonne, faisant ainsi retomber sur sa fille toute la responsabilité d'une faute qui aurait dû être au moins partagée. Aussitôt que sa présence ne fut plus nécessaire, le capitaine Meigran prit Bédespart sous le bras. –Allons nous-en, lui dit-il. Une fois dehors, il s'arrêta et, se plaçant en face du lieutenant : Il y a quelque chose de terrible, entre vous deux, lui dit-il. - Vous croyez, repartit ce dernier en simulant l'indifférence. Et, sans un mot de plus, ils regagnèrent la ville. La ville me plait, dit Bédespart au capitaine en le quittant; j'y demeurerai. Et les deux amis se séparèrent. CHAPITRE IV UNE SCÈNE DE LA TOUR DE NESLE - Oh ! là! tavernier du diable, notre hôte, double empoisonneur, il faut donc t'appeler par tous tes noms avant que tu répondes ! - Et le-second maitre du yacht Attila, sombré en vue de Bougie peu de mois auparavant, lequel yacht était commandé par le capitaine Luc Blaid, sous les ordres directs du vicomte Himton de Vauvehourrey, qui, étant maitre à bord, réglait l'itinéraire, frappa de plus belle sur la table du Café de la Porte Sarrazine, ainsi que se dénommait prétentieusement un cabaret de bas étage établi sous ladite porte. L'équipage, mis en joie par un tel vacarme, faisait chorus et soutenait son supérieur en accompagnant le bruit qu'il faisait d'un bruit plus triomphant encore. Administration du Syndicat (suite) Par commune. Ils sont renouvelables par tiers, d'après un roulement établi au début de l'association et par voie de tirage au sort ; ils sont toujours rééligibles. La chambre syndicale se réunit au siège social, sur la convocation du président, obligatoirement tous les mois et facultativement toutes les fois que le président ou cinq de ses membres le jugeront nécessaire. Elle délibère valablement, quel que soit le nombre de membres présents. 21. Elle pourra se diviser en sections de membres chacune, entre lesquelles sont partagées, pour leur étude et leur examen, les différentes matières dont s'occupe le syndicat. (A réglementer par l'assemblée générale). 22. Elle nomme le bureau et pourvoit aux vacances qui peuvent se produire dans le sein de ce bureau. Elle émet son avis sur tous les objets qui lui sont soumis par le Bureau et qui se rattachent au but de l'association. et lui fournit les renseignements ou documents qui peuvent intéresser ou éclairer sa direction. Elle doit être expressément consultée sur les actions judiciaires à intenter ou à défendre. Elle examine les affaires contentieuses qui sont portées directement devant elle par les membres du syndicat, ou qui lui sont renvoyées par le Président. Elle les concilie ou rend à leur égard sa sentence. Cette sentence est sans appel et n'est pas soumise à l’exéquatur du tribunal ; la partie qui refuserait de l'exécuter serait exclue du syndicat. Elle étudie les affaires qui sont soumises à son appréciation par les tribunaux et dresse à cet égard son rapport. Ce rapport est tenu à la disposition des parties qui peuvent en prendre communication et copie. § 3. Assemblée générale 23. Les convocations à l'assemblée générale doivent être faites huit jours au moins avant la réunion, et indiquer les questions à l'ordre du jour. L'assemblée générale, composée de tous les membres du syndicat, a lieu une fois par an à l'époque qu'elle aura fixée. Elle pourra, en outre, être réunie extraordinairement toutes les fois que le bureau le jugera nécessaire. Les décisions sont prises à la majorité, quel que soit le nombre des membres présents. Ne sont admis au vote que les sociétaires qui ont payé leur cotisation. 24. L'assemblée générale procède, quand il y a lieu, aux élections pour le renouvellement de la chambre syndicale. Elle entend le rapport du bureau et celui du trésorier. Elle statue sur toutes les propositions qui lui sont faites. Toutefois, les propositions émanant de l'initiative individuelle devront être faites par écrit et préalablement adressées au bureau, qui en saisira, s'il y a lieu, l'assemblée générale. En cas de conflit entre le Bureau et le syndicat le débat est porté devant l'assemblée générale, qui juge souverainement. 25. Toute discussion politique, religieuse ou étrangère à l'objet du Syndicat est formellement interdite , TITRE V 1 Patrimoine du Syndicat 26. - Le patrimoine du syndicat est formé au moyen : 1° Du droit d'entrée des associés ; 2° De leurs cotisations annuelles ; 3° Des dons et legs qui peuvent être faits au syndicat; 4° Des subventions qui peuvent lui être accordées ; 5° Des intérêts de placement des fonds sans emploi ; 6° Des amendes qui peuvent être prononcées pour infractions aux règlements. 7. Il est constitué sur les ressources générales du syndicat, un fonds de réserve dont le montant sera fixé annuellement par la Chambre syndicale. TITRE VI Dissolution du Syndicat 28. - La dissolution ne pourra être prononcée que par l'assemblée générale et à la majorité des trois quarts des membres présents. La Chambre syndicale sera chargée de la liquidation. L'actif sera appliqué à des œuvres d'utilité agricole qu'elle désignera. TITRE VII Dispositions Générales 29. Les statuts seront imprimés. Un exemplaire en sera remis à chaque sociétaire, et portera l'indication de son nom et la date de son admission. 30. Les présents statuts peuvent être re visés ou complétés par l'assemblée générale. Aucune modification ne pourra venir en discussion devant l'assemblée générale qu'après délibération et motivé de la chambre syndicale, et elle ne sera valable et exécutoire qu autant qu'elle aura été approuvée par deux tiers des membres présents. 31. Les membres du bureau sont chargés de faire le dépôt, à la mairie, des statuts et des noms des membres dudit bureau, conformément à l'article 4 de la loi du 21 mars 1884. Ce dépôt sera renouvelé à chaque changement de la direction ou des statuts. 32. - Le syndicat de Constantine, constitué par les présentes, pourra, par une délibération de la chambre syndicale, solliciter son admission dans l'union des Syndicats des Agriculteurs de France. CHRONIQUE LOCALE Les agents des postes. A partir du 1" novembre prochain, les employés des postes et télégraphes auront la faculté de voyager en chemin de fer à demi-tarif. Voilà une nouvelle qui sera bien accueillie par les agents du service le plus utile et le moins rétribué de nos multiples administrations. LA HALLE DE BIZOT. Au sujet de la lettre de Bizot que nous avons publiée dans l'un de nos derniers numéros, nous avons reçu les explications suivantes : 1° Depuis des années, la halle de Bizot ne rapporte pas un centime à la commune, personne n'y entrepose un sac de céréales car la municipalité ne peut payer les frais d'un gardien ; 2 L'unique chevalet et les deux double-décalitres qui forment tout le matériel de cette halle ont bien été prêtés à des négociants en grains, mais moyennant rétribution. Ce sera le seul rapport de la halle de Bizot cette année. Nous ne voulons retenir de ces explications qu'un fait incontesté : la parfaite inutilité de la halle de Bizot. Voilà donc une dépense de 45.000 francs faite en pure perte. Les conseils municipaux des communes rurales devraient, examiner ces questions, entrainant de lourdes charges pour leur budget, d'une façon plus sérieuse avant de se lancer. Certainement, les édiles de Bizot ont cru bien faire en dotant ce charmant village d'une belle halle, où l'on fait danser chaque année de jolies filles à la fête patronale. Mais le résultat démontre pourtant qu'ils ont agit un peu à la légère. Ce doit être leur avis aujourd'hui. LE MARCHÉ DU KROUB. Par exemple, la municipalité du Kroub mérite le reproche contraire : elle craint trop la dépense. Depuis bien longtemps, les acheteurs européens qui fréquentent le marché du Kroub, le plus important de l'Algérie, se plaignent du manque d'abri contre le soleil, en été et les intempéries en hiver. Ils croient que la commune pourrait sacrifier deux ou trois mille francs pour leur donner satisfaction. Nous sommes un peu de leur avis et nous croyons qu'il aura suffi d'appeler l'attention de M. le maire du Kroub sur ce point pour mettre sa sollicitude en éveil. AU HAMMA. L'adjoint indigène de la commune du Hamma a été relevé de ses fonctions. C'est la « queue » de l'administration précédente qui s'en va. Allons, Monsieur Desjardins, maintenant que la place est nette, marchez et faites prospérer ce joli village du Hamrna. ",' CHÂTEAUDUN-DU-RHUMEL. Un proverbe dit : « qu'à cheval donné on ne regarde pas la bride. » Vous ne regardez même pas le cheval. Allech ? (pourquoi en français ndrl) CHAMPIONNAT DE 1890. - Les prix obtenus à ce grand concours par les membres de la société de tir militaire de Constantine, sont les suivant : 1° Une médaille argent grand module (de l'Union). M. Mercadier, capitaine territorial d'artillerie 2 Une médaille bronze (don de M. le ministre de rintéiieur), M. Le Gac, lieutenant au 7e Bataillon territorial de zouaves. 3° Une médaille bronze grand module (de l'Union). M. Abadie. 4° Une médaille bronze petit module (de l'Union), M. Jauffret, sous-lieutenant de réserve d'artillerie. 5° Une médaille bronze petit module (de l'Union).à M. Parat. 6° Un diplôme à MM. Lavillat, Dalmon, Sergeant, Deloy et Menesclou. SOCIÉTÉ TERRITORIALE DE TIR. Le chef de bataillon, Président de la société, informe les membres de la dite société, qu'un tir préparatoire de concours (200m) aura lieu le dimanche 7 septembre courant, au Polygone d'artillerie. Dans cette même séance, les retardataires en règle vis-à-vis du trésorier, pourront effectuer des tirs de rappel jusqu'à concurrence de trois, chiffre suffisant pour être admis au concours. Départ des voitures à 6 h. et demie et 8 h. et demie du matin, et à 2 h. et 4 h. du soir. DEUIL Les deuils se succèdent autour de nous avec une rapidité désolante. A peine avons-nous jeté une pelletée de terre sur le cercueil d'un ami, d'un concitoyen aimé et respecté qu'une catastrophe nouvelle nous plonge dans la désolation. Ce matin à sept heures et demie, une foule nombreuse rendait les derniers devoirs à M. Madon, directeur des contributions diverses, décédé après une courte maladie. M. Madon était un fonctionnaire modèle, très aimé de ses inférieurs, ce qui est un éloge de son caractère et de la bonté du cœur. Il avait reçu, au 14 juillet, la récompense de ses loyaux services : la croix d'honneur. Nous adressons à Mme Madon et à ses enfants si cruellement atteints, l'expression de nos profonds regrets. LES COMPÉTITEURS. La liste des compétiteurs au concours d'Alger s'allonge. Chaque jour apporte un nom nouveau. L'ours n'est peut-être pas mort ; mais on se partage sa peau quand même. A l'heure actuelle, nous avons par ordre de chances : MM. Cambon, préfet du Rhône ; Le-lueur, sénateur de Constantine ; Picard et Ditière, présidents de Chambre au conseil d'État; Poubelle, préfet de la Seine, fameux par ses boites à ordures; Thomson, député de Constantine; etc. A qui la pomme ? ECLAIRAGE ÉLECTRIQUE. - C'est dimanche prochain 7 septembre qu'a lieu l'inauguration du nouveau mode d'éclairage de la ville à l'électricité. » Plus de mauvais réverbères à la lumière jaune. La douce et triomphante lumière électrique a pris possession de la cité. Voilà un progrès réel. Nous allions oublier de dire que c'est la ville de Batna, et non Constantine, oui est dotée de la lumière électrique. Quand on est chef-lieu, on se distingue à rebours. ÉTAT CIVIL DES INDIGÈNES MUSULMANS. Le préfet du département de Constantine, fait connaître que les opérations de l'état civil dans le territoire de la commune de Constantine, ont été homologués par un arrêté de M.le Gouverneur général en date du 19 août 1890. - En conséquence, c'est â partir du 23 août 1890, que conformément aux prescriptions de l'article 26 du décret du 13 mars 1883, l'usage du nom patronymique devient obligatoire pour les indigènes de la circonscription ci-dessus désignée, et que les naissances, les décès, les mariages et les divorces doivent désormais être déclarés à l'autorité municipale. NOS CHEMINS DE FER. – M. X., d'Oued-Athménia, nous demande où en est la question du chemin de fer de Châteaudun à Constantine. Nous répondrons à notre concitoyen que le railway de Châteaudun attend, comme les autres lignes en projet, la mise à l'enquête qui, obligatoirement, doit précéder le vote du conseil général. LA MAISON AKIBA. - Depuis quelque temps les ouvriers travaillent ferme à la transformation des magasins Akiba, rues Dar-El-Bey et Crémieux. - Tout l'angle du corps de bâtiment sous la galerie est occupé maintenant par cette importante maison, qui étend considérablement ses affaires. La valeur réelle et le bon marché des marchandises de la maison Akiba sont tels qu'on ne s'explique pas que certains de nos concitoyens aient encore recours aux maisons de France et aux colis postaux. COURSES DE BATNA Ces Courses auront lieu sur l'Hippodrome de Ravin-Bleu, les 7 et 8 septembre 1890. En voici le programme sommaire ; Dimanche- 7 Septembre 1° Course au trot monté. Prix : 650 francs au premier ; 150 au second. 2° Course plate indigène. Prix : 800 francs au premier ; 200 fr au second. 3° Course plate européenne. - Prix : 1.200 francs au premier; 200 fr. au second et 100 fr au troisième. 4° Poule des propriétaires indigènes. Prix : 100 fr. ajoutés à une poule de 30 fr. Le second retire son entrée. 5° Poule des colons (trot attelé. Prix : 200 francs ajoutés à une poule de 30 fr. Le second retire le double de son entrée. 6° Course de haies pour sous-officiers. Prix : un objet d'art. 7 Course de haies pour Européens et indigènes. - Prix : 300 fr. Le second retire son entrée. ,- Lundi 8 Septembre 1° Course au trot attelé. Prix : 650 francs au premier; 150*fr. au second. 2° Course plate européenne. Prix : 900 fr. Le second retire son entrée. 3° Course plate indigène. - Prix : 1.000 fr. au premier ; 200 fr. au second. 4° Course plate pour Européens et indigènes Prix : 300 francs au premier, 100 francs au second. 5° Course au trot monté. Prix : 200 francs au premier ; le second retire son entrée. 6" Steeple chase pour officiers. Prix : un objet d'art. 7° Course d'honneur, pour officiers et gentlemens français. - Prix : un objet d art (de Sèvres) offert par le gouvernement. 8° Course de consolation. - Prix : 300 fr. Pour tous renseignements, s'adresser à M.de Saint-Germain, président; à Batna. COMPAGNIE ALGERIENNE SOCIÉTÉ ANONYME Capital : Quinze millions, entièrement versés COMPTOIR DE CONSTANTINE Rue Caraman (Dar-el-Bey) Escompte, recouvrements, avances sur titre et marchandises. Chèques, lettres de crédit sur tous pays. Encaissements de coupons, ventes, achats et garde de titres. Intérêt, bonifié aux déposants de fonds 3 %• Émission de bons produisant 4 et 5 f/o d'intérêt par an. SYNDICAT DES CONSTRUCTEURS DE LA PROVINCE DE CONSTANTINE Président d'honneur M. G. LESUEUR, chevalier de la Légion d'honneur, Sénateur du Département. Présidents honoraires M. A. HUNEBELLE, chevalier de la Légion d'honneur, Président du Syndicat des Constructeurs de France ; M. A. LAFFORtT, Adjoint au Maire de Constantine. Président du Syndicat M. L. GARÈS,.conseiller municipal de Constantine. (Le Bureau du Syndicat des Constructeurs est situé rue Nationale,%36J. Il est ouvert le matin de 8 à 10 heures et demie et le soir de 1 et demie à 5 et demie. Les membres du syndicat et les entrepreneurs y trouveront tous les renseignements qu'ils peuvent désirer. VILLE DE BONE GÉNIE : Le 22 Septembre 1890, adjudication publique des travaux d'achèvement de la BATTERIE DU FORT-GENOIS, à BÔNE. Importance des travaux : quatre-vingt-dix mille francs (90,000). Renseignements : au bureau du Génie, à Bône. COMMUNE MIXTE D'AKBOU Coinstruction d'une Ecole Arabe-Française au village de TAOURILT (ou ABLA). Le lundi 29 septembre 1890, à deux heures de relevée, il sera procédé, à la mairie de la commune mixte d'Akbou, à l'adjudication des travaux de construction d'une Ecole arabe-française au village de Taouriltou Abla. Les travaux sont évalués comme il suit : Travaux à l'entreprise. 7.427 92 Somme à valoir 1.072 08 Total 8.500 00 Le cautionnement est fixé à 250 francs. Akbou, le 25 août 1890. L'administrateur, BILLIARD. BELGIQUE Le 24 octobre, à midi, au gouvernement provincial, à Mons, construction de la 3eme section du canal du centre 3. 860.000 fr., caution. : 95.000 fr. Soumissions recommandées adressées à M. le gouverneur de la province de Hainaut, par lettres recommandées, remises à la poste le 20 octobre 1890, au plus tard. Les plans des travaux sont déposés dans les bureaux de M.de Pauw, ingénieur en chef directeur des Ponts et chaussées, à Mons. Le 14 septembre 1890. à midi, à l'hôtel du gouvernement provincial, à Anvers. Adjudication publique de l'entreprise des travaux de construction d'une écluse avec vantellerie accolée, à exécuter sur la Dyle, en amont de Malines. Estimation, 303.180 fr. 34. Cautionne ment préalable 15.000 fr. Les soumissions doivent être adressées à M. le gouverneur de la province d'Anvers, par lettres recommandées, remises à la poste le 11 septembre 1890, au plus tard. Le plan des travaux est déposé dans les bureaux de M. Joniaux, ingénieur en chef, directeur des ponts et chaussées, à Anvers. ADJUDICATIONS Le 3 septembre 1890. à deux heures et demie de relevée, il sera procédé à Constantine, dans la salle du Conseil de préfecture, à l'adjudication au rabais, sur soumission cachetée, des travaux de rechargement du chemin d'intérêt commun numéro 44, d'Aïn-Kerma à El-Malah, ainsi que des travaux de construction de trois ouvrages d'art sur le même chemin, entre l'origine et le point 3 k. 225, lesquels travaux sont évalués a 15.000 francs, y compris une somme à valoir de 5.479 francs 44. Le cautionnement est fixé à 300 francs. Communication des pièces du projet à Constantine, au 48 éme bureau de la préfecture, et dans les bureaux de Monsieur Daujon, ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées, Le Lundi 8 septembre 1890, à deux heures de l’après midi, il sera procédé, à la mairie d'El-Kseur, à l'adjudication des travaux en dehors des adjudications spéciales, pendant les années 1890, 1891 et 1892. - Ces travaux sont évalués à 5.000 fr. par an. Le cautionnement est de 200 fr. Renseignements à la mairie d'El-KMur. DERNIÈRE HEURE Paris, le Septembre 1890. Mauvaise Besogne Les journaux continuent à s'occuper des anciens faits et gestes de Boulanger. On annonce que son valet de chambre va publier aussi ses Mémoires (!!!) , , AU TONKIN , Les dernières nouvelles du Tonkin signalent une recrudescence de la piraterie. Nos troupes sont sur les dents. Par suite, le rapatriement des soldats libéré à dû être retardé. ELECTION LÉGISLATIVE Le scrutin de dimanche, dans le Cantal, n'a pas donné de résultat. Il y a ballottage entre MM. Raynaud, républicain modéré, Chanson, radical, et Andrieux, révisionniste. M. Raynaud arrive en tête. GRANDES MANŒUVRES Le 1er corps d'armée a commencé ses opérations ce soir. Un grand enthousiasme règne parmi les troupes, et dans la population, qui fait des ovations aux officiers et soldats. ANNIVERSAIRE De grands préparatifs se font en Allemagne pour célébrer l'anniversaire des batailles de Sedan. EN ITALIE La police à découvert un complot ayant pour but le renversement de la Monarchie et la proclamation de la République en Italie. On croit que le complot est l œuvre d'agents provocateurs. , TRIBUNAL CIVIL Etude de Me PAUL GAILLARD, avocat-défenseur à Constantine Assistance - Judiciaire Décision du Bureau de Constantine du 23 novembre 18$9 Suivant jugement rendu par défaut par le tribunal civil de première instance de Constantine, le vingt-neuf juillet mil huit cent quatre-vingt-dix, enregistré. Il appert que la dame Marie Lambert, épouse Pierre Lagier, ménagère, demeurant à Ain-Kercha, a été divorcée d'avec le sieur Pierre Lagier, colon, demeurant à Aïn-Kercha, actuellement en traitement à l'hôpital civil de Constantine, aux torts et griefs de ce dernier. Pour extrait certifié conforme par le défenseur soussigné. Constantine, le 29 août 1890. GAILLARD. Enregistré à Constantine, le 30 août 1890, folio 36, case 8. Débet : un franc quarante trois centimes décimes compris. LEVADOUX. VENTES JUDICIAIRES Étude de Me Eug. LANON, avoué à Bougie Le mercredi 10 septembre 1890, à sept heures et demie du matin, au tribunal de Bougie. Vente de trois Parcelles de terre sises à l'Oued-Amizour, d'une contenance de 44 hectares 33 ares 10 centiares, Mise à prix : 2.000 fr. Étude de M' PANISSE, avoué à Guelma Le mercredi 10 septembre 1890, à sept heures et demie du matin, vente au tribunal de Guelma, d'une propriété bâtie, de dix hectares environ, et de six parcelles de terre de 18 hectares, sis à Ain-Defla, territoire de Guelma. Mise à prix : 2.000 fr.. , Étude de M* VELLARD, avocat défenseur à Philippeville. Le vendredi 19 septembre 90, à sept heures et demie du matin. Vente au tribunal de Philippeville, d'une Propriété rurale, sise à Robertville, d'une contenance de 36 hectares 50 ares 58 centiares, comprenant bâtiments d'habitation et d'exploitation, terres labourables et oliviers. Mise à prix : 1.000 francs Le Gérant : SCHWAB-WELLING. Constantine. Imp. LE NOUVEAU PROGRÈS DE L’ALGÉRIE Publie toutes les Annonces commerciales, industrielles, agricoles, judiciaires et administratives Fortuné DUSSU Marchand de Vins boulevard Victor Hugo, fg. St-Antoine, Constantine Maison de confiance MEUBLES M fils, Tapissière et Ébéniste, Marchand de Meubles, rue du 26e de Ligne, Constantine La Maison se recommande par la bonne exécution et le bon marché de ses travaux. Maison de confiance. GRAND HOTEL DE L'ARCRE D'ESPÉRANCE - RUE NATIONALE Tenu par M. KELLER Cet établissement se recommande par la situation exceptionnelle, son brillant Aménagement et sa modicité de prix. Repas depuis 1 fr. 50, Chambre 1 fr. 50 et 2 fr. - On prend des pensionnaires. Bureau de Nourrices DE MIDI A DEUX HEURES Mlle Lucie Martin Sage-Femme de 1re classe 20, rue de France, 20 A CONSTANTINE L. GABBS ENTREPRENEUR DE • Travaux publics rue Nationale, 36, à Constantine. Matériaux de construction, Chaux du Teil, Ciment, etc. Vente de Futailles, Foudres Et cuves de toutes Dimensions HOURDANT frères CETTE (Hérault) JULES SAIGNES, REPRÉSENTANT, Constantine, route du Bardo, 38. Restaurant GRÉS ANCIEN RESTAURANT DROUOT , rue Caraman Repas à la Carte, à Prix fixe, Pensions BORIVENT PATISSIER CONFISEUR ,'- rue Caraman (Dar-el-Bey) » entrée rue Caraman et voûte Dar-el-Bey SPÉCIALITÉ DE PIÈCES MONTÉES - DEMANDEZ PARTOUT L' ;Absinthe Berger Agent général : BRIOURE CONSTANTINE 4» A VENDRE ..- EXCELLENT VIN DE PROPRIÉTAIRE S'adresser à M. LAFFORÊT, fils CONSTANTINE LIBRAIRIE PAPETERIE H DE TIOGUÉ MÉDAILLE D'ARGENT ¿ 61, RUE DAMRÉMOMT, 61 PAPIERS ET REGISTRES A BON COMPTE 1, PLACE D'ORLÉANS 1. Grand Déballage DE PORCELAINE, FAIENCE, VERRERIE Vendu à des prix DÉFIANT TOUTE CONCURRENCE A LOUER DE SUITE RUE NATIONALE, 55 * APPARTEMENTS de 3 et 4 pièces, commodités A Un FOURNEAU de cuivre cuisinière en fonte, presque neuf, avec bouillottes. S'adr. bur. journal, Carmichaël frères et Cie ,,;,';, VENTE et LOCATION de SACS Spécialité de Toile Flidj supérieure J. Moatti, rue du Marché, près la Halle, à Constantine. SOURIAUD TRANSITAIRE COMMISSIONNAIRE Bougie CABINET D'ÉTUDE et de contentieux Louis GALINET INGENIEUR CIVIL Secrétaire dit Syndicat des Constructeurs de la Province de Constantine. A VENDRE UN TABAC fondé depuis vingt-cinq ans - SITUÉ dans un très beau quartier 1, S'adresser au bureau du journal CHAUDRONERIE ET PLOMBERIE J. TOUCHE '- prés l'Usine à Gaz, Constantine Canalisation d'eau et de gaz Appareils divers (RÉPARATION DE TOUTE SORTE) Travail soigné * M. LEDOUX qui tenait rétablissement thermal de Sidit-M'cid, informe le public qu'il vient d’acquérir le CAFÉ DIVINE Place Perrégaux RUE NATIONALE Carrefour Perrégaux : ALGERIENNE ET. TUNISIENNE Journal Littéraire, Artistique et Mondain Paraissant une fois par semaine Abonnements : un an, 12 francs. 6 mois, 6 francs. On s'abonne au Bureau du Progrès Imprimerie S. SCHWAB-WELLING 38, rue Nationale, à Constantine PROSPECTUS, FACTURES, TÊTES DE LETTRES, ETC. IMPRIMÉS ADMINISTRATIFS ET COMMERCIAUX GRAND Hôtel de France Place de la Marine A PHILIPPEVILLE Aménagement supérieur VUE SUR LA MER Site internet GUELMA FRANCE