LA MAHOUNA
Guelma, 1er Janvier 1887

OBSEQUES
BONE
On a procédé à l'enterrement des victimes de la collision de la VILLE-VICTORIA;.
Notre ambassadeur, M. Dillot, et le personnel de la légation et du consulat de France, le consulat d'Angleterre, le vice-amiral anglais et les officiers et les matelots de l'escadre Anglaise ont accompagné le convoi jusqu'au cimetière, où M. Dillot a prononcé des émues. Il a remercié les officiers et matelots de l’escadre de leurs sentiment de regret et de leur empressement à s’associer à ce dernier hommage Notre ambassadeur, M. Dillot, et le personnel de la légation et du consulat de France, le consulat d'Angleterre, le vice amiral anglais et les officiers et les matelots de l'escadre Anglaisa ont accompagné le convoi jusqu'au cimetière, où M. Dillot a prononcé des paroles émues .
Il a remercié les officiers et matelots de l’escadre de leurs sentiments de regrets et de leur empressement à s’associer à ce dernier hommage.

CONFIRMATION
On confirme la nouvelle que le général Boulanger a consenti à réduire ses demandes de crédits extraordinaires à la, somme nécessaire pour 1887 soit environ 40 millions.

LE GAULOIS
Le GAULOIS loue le discours prononcé par le général Boulanger à la distribution de récompenses de la Société des Sauveteurs, et dit que le ministre de la guerre a' tenu surtout à protester contre la politique agressive.
Le JOURNAL DES DÉBATS, parlant de ce discours, constate qu’aucune feuille anglaise, avec la meilleure volonté du monde, ne pourra prendre occasion de ce discours pour nous dénoncer aux colères de l'Europe ; mais et journal se demande quel besoin le général Boulanger éprouve de se prodiguer ainsi et d'attirer continuellement t'attention publique sur lui.

Le XIXe SIÈCLE dit qu’au moment que les ennemis du la république portent la nouvelle d'un conflit international imminent, le général Boulanger a eu raison de faire entendre une énergique protestation.
Ce journal le remercie d'avoir saisi cette nouvelle occasion du déclarer qu' il préparait activement à la guerre c'est parce qu’il voulait résolument la paix

METEO La tempête continue ii sévir sur les cotes de la Manche. Une dépêche de Cherbourg annonce que trois navires sortant de la rade portant le pavillon en berne "Le Villars » et le "Coligny" sont portis aussitôt à leur secours. Un remorqueur, des baleiniers et des canaux de sauvetage ont apporté leur aide et ont réussi à sauver cinq hommes.
Des dépêches de Bordeaux et du Havre signalent aussi de nombreux désastres. Une terrible tempête sévit sur les cotes. On craint de nouveaux sinistres. Plusieurs navires sont signalés dans les parages b

BULLETIN
L'année 1886 entre aujourd'hui mémo, dans le domaine des choses passées et de souvenirs d'antan : que nos petits neveux lui fassent grâce ! Elle aurait pu servir plus utilement, peut-être, les' intérêts primordiaux du pays, donner une plus forte poussée à l'union des partis qui divisent la France et à la prospérité des multiples intérêts qui s'attachent à son sol, à son industrie, aux scientifiques-Quel héritage" laisse a sa sœur naissante, l'année qui vient de s'écouler ?
Que notre chère France, déjà si cruellement éprouvée, retrouve dans l’accord, l'union, la générosité de tous ses enfants, le calme, la force, l'encrage et la vitalité sans lesquels nos intérêts moraux et matériels ne pourraient que péricliter et sombrer dans une terrible tourmente.
Ii n'en sera pas ainsi, car le patriotisme, constitue le fonds intime de tout cœur français.
F. T.

INFORMATIONS
L'assassinat d'un fourrier de spahis à Biskra.
Dans la nuit du Il au 12 décembre, un brigadier-fourrier, du 3e régiment de spahis, a été lâchement assassiné, à coups de couteau, rue Lapérouse à Biskra, par un cabaretier espagnol du nom de Vincent Cuesia accompagné d'un cordonnier italien Ignace Achifa, chez lequel le couteau a été trouvé.
L'enquête se poursuit. Le fourrier Kubé était un jeune homme de 23 ans, d'un caractère doux et très gai, il était estimé de tous ses collègues et de ses chef.
Ses obsèques ont eut lieu-lundi à 9 heures du matin, en présence toute, la garnison

NOMMINATIONS
Par arrêté du Gouverneur général: 26 décembre, M. Plotz, administrateur de Ouled Soltan. A été nommé dans l’Aurès, adjoint à Attia et premier adjoint dans l’Aurès ; M. Ghisolette, adjoint à Sédrata, est nommé deuxième adjoint dans l’Aurès.
M. Arripe, adjoint aux ulémas, est nommé administrateur aux Ouled Sultan ; M. Ernach: stagiaire à Attia, est nommé adjoint dans la même centre.
M. Bresset. Stagiaire à Bordj bou Arridj est nommé adjoint à Sédrata', M. Bibet est nommé stagiaire ans la même commune.
M. De Behagie, stagiaire, est nommé à Ain-Touta.
M.Rauch de Robertv, administrateur de Châteaudun-du-Rumel, est nommé a Mlila. M. Opeti, ancien stagiaire à oued Zenati; est nommé à Châteaudun de-Rummel.
M. Benoit, adjoint est nommé a Châteaudun, en remplacement de M. de la Chapelle, mis en disponibilité sur sa demande. M. Pelleta est nommé adjoint a oued Marsa.
M. Albert, administrateur à M'Sila est nommé aux Bibans. M. Campion, stagiaire à M'Sila, est nommé à Ain el-Kzar.
M. Dumant des Golfes, bachelier en lettres, est nommé stagiaire aux Ulémas. M. Messonier, bachelier es-sciences, est nommé stagiaire à Bordj-bou-Arréridj. M. Dimgens, est nomme stagiaire à Msila. Allemagne Berlin annonce que le gouvernement allemand s*est décidé a mettre en liberté M. Letellier, officier français arrête à Carsruh.

FRANCE
On mande de Lyon qu’une bombe explosive avait été placée à l'entrée de l’église S: Nizier. Le chargé du service d'ordre attiré par l’odeur de la mèche a réussit à l'éteindre dans 1e ruisseau. Un expert examina la bombe déclara qu'elle aurait pu occasionnée de grands malheurs.
Le parquet a ouvert une enquête.

PRESSE
Le MATIN publie une conversation d'un haut personnage russe, lequel aurait annoncé que la Russie veut la guerre et qu'elle sera dans le courant de l'année prochaine.
Cette guerre éclaterait d'abord avec l'Autriche, mais ce serait pour la continuer contre l'Allemagne qui est surtout odieuse au peuple russe.
Le collaborateur du MATIN semble croire que l'Italie et l'Angleterre garderont la neutralité : l'Italie pense qu'elle n'a rien à gagner avec l'alliance autrichienne, et l'Angleterre, parce que la Russie ne veut prendre ni Constantinople, ni les Indes.
L'organisation de l'armée russe est du reste au jour d hui complète ; et pourrait mettre sur pied 2,400,000 hommes, sans compter 1,500,000 territoriaux.

LE DIRECTEUR DE LA MAHOUNA
Le Directeur de "la Mahouna", se permet d'exprimer ici à M.M. les abonnés et lecteurs du Journal ses vœux et ses souhaits les plus sympathiques, et les plus sincères pour la nouvelle année

L ARRESTATION D'UN BANDIT
Nous avons signalé, il y a quelques jours, la terrible agression dont le nommé Taieb ben Mohamed ben Abda a été victime à l'entrée de la forêt du Djebel Hallouf. Grâce à un service de surveillance habilement organisé par M. Pisani qui le dirigeait personnellement, le redoutable bandit a été arrêté, et remis dans les mains de la Justice.
Après confrontation avec la victime qui l'a reconnu, il a déclaré se nommer El Abidi ben Allia :
C est une sorte de brigand Calabrais, à l'aspect féroce et aux formes athlétiques : il est sans profession ni domicile fixe.

La nuit du 24 au 25 décembre, s'est passée avec calme et tranquillité. Il n'y a eu ni vol ni arrestation ni incident. Il y a bien eu quelques festoyeurs plus ou moins pris de boisson, mais leur conduite n'a donné lieu à aucune plainte.

INCENDIE
Le 24 au soir, un commencement d'incendie s'est déclaré dans un tas de paille qui se trouvait dans une cour située derrière le magasin du nommé R. J. Il a été éteint immédiatement. On en ignore les causes.
AGRESSION
Le 26 au matin le nommé Pastosé Charles âgé de 36 ans, terrassier demeurant au Taya, a été admis à l’hôpital de Guelma ; la veille vers 2 heures de l'après-midi étant dans son gourbi, il a entendu une discussion qui avait lieu au dehors. Il est sorti et au même moment il a reçu à la jambe gauche un coup de fusil tiré par un autre ouvrier dont il ignore le nom, mais qui a aussitôt été garroté par ses compagnons,

AVIS A partir du 1er Janvier les Recouvrement par la poste pourront se faire dans la localité même, Le receveur AMIEL

PETITE CORRESPONDANCE RAGOTS
On nous adresse la lettre suivante, avec prière instante de l'insérer :
Nous n'y voyons aucun inconvénient en la reproduisant dans toute son exactitude, nous déclarons en laisser la responsabilité entière à son auteur.

Monsieur le rédacteur de la Mahouna.
Au sujet d'un Agent nommé Guillot, il se trouve deux dames ensemble dans maison portants le numéro 3 rue Négrier les deux dames sont mitoyennes avec Guillot, les dames la cigarette à la bouche et qui cherchent a détourner les autres femmes, Monsieur Guillot entend tout mais ne dit rien:
Au Rédacteur de la Maouna recevez mes profonds sentiments CARRAS ouvrier charron a Guelma
P. S, ne pas oublier que dans le courants du mois d'aout les mêmes gens ont dit a ma femme que faite vous avec une veuve comme ça CARRAS

CAUSERIE DU DIRECTEUR
Nous sommes à une époque de l'année, où avec le froid, nous constatons l'apparition des maladies de l'appareil respiratoire, les enfants, plus que les autres personnes, et cela parce qu’ils sont moins prudents, sont exposés à être malades de ce côté.
Il ne sera peut-être pas inopportun de donner un aperçu des maladies que le froid peut occasionner du côté des bronches et du poumon.
Pour aujourd'hui nous étudierons la bronchite observée chez les enfants, puisque ce sont ces petits êtres que nous avons choisis comme sujet d'étude dans ces causeries •…/…

FAITS ALGERIENS
Par décret paru au Journal officiel, sont nommés dans la Légion d'honneur :
Grands officiers (liste suit)

MEDAILLE MILITAIRE
Abdallah ben Hamed, caporal au 3e tirailleurs. Djelloul ben Ammam, sergent au 4eme tirailleurs. Berger, adjudant au 28 bataillon d'infanterie légère. Filipini sergent major-major à la compagnie de fusiliers de discipline. Orlh adjudant au 1er étranger. Boyer, adjudant ; Vaucher, maréchal-des-logis au 1er chasseurs d'Afrique. Mustapha ben Saul, maréchal des logis au 1er spahi. Mohamed ben Kouissi et si Abdelkader ben Mra.maréchal des-logis au 2e spahis. Moliaine Salah ben Maklouf, cavalier aux 3 eme spahis. Ahmed ben Ali ben si Said, interprète à Constantine. Padovani, sergent au conseil de révision, à Alger. Duquesne, adjudant au pénitencier de Douera. Poinol, Prosperi et Crimaldi, adjudant aux ateliers de travaux publics numéro 652, Mohamed Saldgaleb, brigadier de spahis au bureau arabe. Maimbiei Mohamed cavalier, de 28 spahis au bureau arabe de Tiaret. El Habid Albadda, cavalier du 1er spahis au bureau arabe de Bou-saada, El mihoul ben Amar, cavalier de spahis au bureau arabe d'Aumale. Messaoud ben Amar, chaouch à la division de Constantine.

FAITS DIVERS
Nous lisons dans "la Gironde" : On nous télégraphie de Grenoble qu'un grave accident a failli avoir lieu hier soir sur la ligne de la compagnie Paris Lyon Méditerranée.
Le train de marchandises 4831, composé de 42 véhicules, parti de Lyon a destination de Grenoble, gravissait, a huit heures trente, la rampe qui sépare la gare de la Tour-du Pin de celle de Saint-André.
Les wagons étaient mal attachés et une rupture d'attelage se produisit entre le quatrième et le cinquième wagon. La locomotive et les quatre premières voitures continuèrent leur route, mais les trente-huit, autres wagons, par leur poids redescendirent la rampe avec une vitesse de vingt kilomètres a l'heure.
Le danger était imminent, car un train de voyageurs suit, a vingt; minutes, le-train 4831. Les deux conducteurs Toreue et Ardas essayèrent vainement de serrer les freins de wagons en dérive ; ils durent sauter sur la voie, au risque de se tuer Ardas courut sur la voie et a tirer les signaux d'usage.
Le conducteur du train de voyageurs les aperçut et renversa la vapeur. Il n était que temps, car le convoi s'arrêta a moins de dix mètres du train de marchandises.

EFFROYABLE ACCIDENT
Un terrible accident vient d'avoir lieu sur le Mississipi.
Le vapeur "White", sur lequel se trouvaient 140 jeunes filles, élèves d'un pensionnat, qui se rendaient dans leurs familles pour y passer les vacances de Noël, a brulé au milieu du fleuve sans qu'on ait pu sauver une seule des passagères.

VOLS
Depuis près de deux ans, des vols étaient commis à la gare de Perrache, à Lyon, sans qu'on puisse découvrir comment ils étaient opérés. Une descente de police faite chez un marchand de soldes, nommé Favier, à la Guillotière, a amené la saisie.de marchandises volées, consistant soieries, lainages, etc.
Les propriétaires de ces déballages n'ont pas été arrêtés, mais ils sont à la disposition de la justice, pour recel.
L'enquête se poursuit. Les vols s'élèveront à plus de 60,000 francs.

INSTALLATIONS
Que de changements prodigieux, véritables merveilles se sont produites en Algérie l’espace de ces quinze années ! A l’époque où je fus appelé pour la première fois, Sidi-Bel-Abbès était un simple chef lieu du canton, que de longues heures de voyage séparaient d Oran. Aujourd'hui, c'est une florissante cité, pleine de vie et d'avenir, centre de considérables transactions commerciales, reliée par des voies ferrées à la mer et aux plateaux, chef-lieu d un important arrondissement. et ou s'élevait 1 humble prétoire du magistrat de paix, se dresse fièrement le Palais de Justice.
L'exemple de Sidi-Bel-Abbès n'est-il pas celui de l'Algérie entière ? Je suis saisi d'admiration en constatant ce développement de civilisation. N'est-ce pas là une preuve irréfutable du génie colonisateur de la race Française, et de cette puissance d'expansion qui s est manifestée avec tant d'éclat, dans les siècles passés, au Canada, aux Indes, et dans tous ces pays lointains où le peuple Français avait jeté des racines profondes, Ici surtout, la France accomplit une œuvre grandiose aux prix de la vie de milliers de héros obscurs, soldats et colons.

Partout, maintenant à travers ce radieux pays de plus en plus prospère et salubre, les villes et les villages sortis de terre se peuplent et grandissent.
La colonisation continue sa marche progressive ascendante.
La population des premiers temps de la conquête, dédaigneuse du péril, insouciante de la maladie, a fait souche, et de cette race vigoureuse est sortie une génération de travailleurs opiniâtre qui décuplent les richesses de cette terre si fertile et une phalange d'esprits éclairés qui honorent la magistrature, le barreau, la presse, toutes les carrières libérales,
L'Algérie attire de plus en plus l'attention de l'Europe, Économistes, voyageurs des diverses nations, s'écrient dans leur impartiale admiration que l'œuvre accomplie sur ce sol n'a été surpassée ailleurs au monde.
Sous l'administration patriotique libérale et féconde de notre éminent Gouverneur Général, grâce aux efforts incessants, à l'infatigable dévouement des représentants de l'Algérie, la prédiction de Prévost-Paradol se réalise chaque jour davantage.

C'est également de l'Algérie que part ce grand mouvement d'impulsion de la race française vers cette mystérieuse Afrique centrale où tant d'héroïques pionniers, missionnaires de l'idée, ont déjà marqué de leur sang la route de la civilisation. Qui sait ? le siècle futur verra peut-être se réaliser le rêve du général Faidherbe : nos possessions du Sénégal reliées par une voie sure et fréquentée à l Algérie et à la Tunisie.
J'ai la conviction après M. le Premier Président que par votre grande expérience des choses de ce pays, notre bonne volonté, notre énergie à tous, notre profond désir de protéger les intérêts des populations indigènes, nous surmonterons les difficultés de cette tâche nouvelle.
Messieurs, avec une légitime fierté au sein de ce corps judiciaire si digne de sa haute mission, depuis vous qui siégez dans les régions sereines du droit, jusqu'au plus modeste des juges de paix lequel, là-bas. au désert, fait aimer et respecter la France
Je viens ici le cœur plein de reconnaissance envers M. le Président de la république et M, le garde des Sceaux auxquels je dois cette haute distinction. Qu'ils me permettent de leur offrir l'hommage de ma respectueuse gratitude un peu inquiété, je dois vous en faire l'aveu, à raison même de la grandeur de la mission qui m'est confiée et dont les difficultés ne m'échappent pas.
J'ai consacré au gouvernement de la République mon entier dévouement. Je saurai faire respecter les institutions que la nation s est librement données. A ce titre du moins ma tâche sera facile au milieu d'une magistrature, qui a un si vif sentiment de son devoir et de ces patriotiques populations fermement attachées à l'Idée Républicaine. Est-il du reste besoin d'affirmer que dans une Société démocratique, la Justice, doit. plus que partout ailleurs, être indépendante, impartiale, en dehors et au dessus des agitations des partis ? Soyons magistrats avant tout, n'avons d'autre passion querelle du Droit et de la vérité, bannissant de notre conscience toute autre préoccupation.
Tels sont les exemples que j'ai reçus de chefs excellents, sous la direction desquels j'ai gravi les divers degrés de la hiérarchie. Je leur dois tout en ce moment ma pensée me ramène vers eux avec un sentiment d'inaltérable reconnaissance. Et vous. Messieurs, qui devenez une nouvelle famille, permettez-moi de vous demander tout votre concours. Je vous apporte en échange, ma bonne volonté, mon ardent désir de faire avec vous le bien par la Justice, simplement loyalement, en m'inspirant de leçons, que nous donne le premier magistrat de la République dont l'existence n'est qu'une suite de devoir et d'honneur.
(à suivre)

VENTE de M* PIERRE POGGI, docteur en droit, avoué près du tribunal civil de première instance de Guelma et demeurant, rue d'Announa n* 27.
VENTE SUR FOLLE-ENCHÈRE APRÈS SAISIE IMMOBILIERE UN LOT DE TERRE A Ain-Seynour
Il sera procédé le mercredi dix-neuf Janvier prochain mil huit cent quatre-vingt sept en l'audience des criées du Tribunal civil de première Instance de Guelma séant an Palais de Justice à Guelma à dix heures du matin.
A la requête du sieur Sens Olive propriétaire demeurant à Bône créancier du sieur Choffard, pour lequel domicile est élu à Guelma rue d'Announa numéro vingt-sept dans l'étude de Maitre Pierre Poggi, Avoué près le tribunal civil de première instance de Guelma, lequel occupera pour lui sur la présenté poursuite.
A la revente sur folle enchère d'un lot de terrain d'une contenance de douze ares sis à Aïn-Seynour dont la désignation suit :
DÉSIGNATION DE L'IMMEUBLE A VENDRE :
Une contenance de terre de douze arcs comprise sous le numéro quinze du plan urbain de lotissement du centre d'Ain Seynour sur un lot de terrain est édifiée une maison d'habitation composée: de rez de chaussée divisé en deux pièces et grenier pardessus ; la dite maison qui est construite en pierre de taille moellons chaux et sable est couverte en tuiles, a façade au nord ,de ce côté une porte d'entrée et une croisée, aussi façade du côté sud, de ce côté une porte et trois lucarnes ou œil-de-bœuf dans le grenier. Elle a, à l'est une porte d'entrée et la porte d'entrée du grenier à laquelle on monte à l'aide d'une échelle. Dans la dite maison existent les murs d'une grange ou étable démolie ; on aperçoit dans le toit de la dite maison deux tuyaux de cheminées la dite maison qui a environ dix mètres de longueur, sur cinq de profondeur est édifiée comme il a été dit ci-dessus sur le terrai ci-dessus désigné qui confronte Petit, Perruche, use rue et le boulevard.

TRIBUNAL CIVIL DE GUELMA
Trois novembre mil huit cent quatre-vingt-six. Sur la saisie immobilière pratiquée contre le sieur Choffard colon propriétaire à Aïn-Seynour, par le sieur Sens Olive propriétaire demeurant à Bône ayant pour avoué Maitre Pierre Poggi, suivant procès verbal de Maitre Roses huissier à Souk Ahras du douze Juillet mit huit cent quatre-vingt-six enregistré et transcrit au bureau des hypothèques de Guelma le vingt neuf juillet mil huit cent quatre-vingt-dix, volume trois numéro vingt-huit, moyennant la somme principale du deux mille francs outre les charges.
MISE A PRIX
La dite revente sur folle enchère se fera aux clauses et conditions insérées dans le cahier des charges déposé, pour parvenir à l'adjudication au greffe du tribunal civil de Guelma et en outre a la charge des frais de poursuite (et sur la mise à prix de deux cents francs,
Il est déclaré conformément aux dispositions de l'article 696 du code de procédure ci vile modifie, que tous ceux du chef desquels pourrait être pris des inscriptions - d'hypothèques légales, devront requérir cette inscription avant la transcription du jugement d'adjudication sous peine d'être déchus du droit de la faire inscrire.
Fait et rédigé par M* PIERRE POGGI docteur en droit, avoué poursuivant, à Guelma le" vingt-quatre décembre mil huit cent quatre-vingt-six.
Signé : PIERRE POGGI. Docteur en droit, Avoué.Enregistré à Guelma le vingt sept décembre, mil huit cent quatre-vingt-six, reçu quatre-vingt trois décimes compris.
Signé: VILLEGUÉRIN.

Etude de M* Pierre Poggi, docteur en droit, avoué près le tribunal civil de première instance de Guelma, y demeurant rue d'Announa Guelma
EN UN SEUL LOT LES ETRANGERS ADMIS ADMIS
D'un lot de jardin avec sis au territoire de Guelma
Adjudication fixée nu mercredi dix neuf janvier prochain mil huit cent quatre vingt sept, à huit heures du matin à l'audience des criées du tribunal civil de première instance de Guelma séant au palais de justice de ladite ville rue de la Pépinière.
DESIGNATION DE L'IMMEUBLE A VENDRE
Un lot de jardin sis au territoire de Guelma au lieu dit « les jardins » d'une contenance de seize ares portant le numéro quatre cent quatre vingt treize sur le plan du di territoire confrontant un chemin de service. Levasseur et la veuve Felli - ensemble la maison et édifice composée de deux pièces et une cave .
La dite vente a été ordonnée par jugement du tribunal civil de première instance de Guelma enregistré et signifia, à la requête de dame Zohra Vidal veuve Seyman propriétaire demeurait à Guelma, ayant pour avoue constitué Maitre Pierre Poggi exerçant de cette qualité près le tribunal civil de Guelma.
Contre les époux Jacob Kerkousse propriétaires à Guelma défenseur de défaillants.
Outre les charges clauses et conditions insérées au cahier des charges dresse pour 1 avenir à la vente et dépose au greffe du tribunal civil de première instance de Guelma, où tous les intéressés peuvent en prendre communication les enchères seront reçues sur la mise à prix de deux mille cinq cents francs qui est celle Fixée par le jugement qui a ordonné la vente.
Signé: POGGI PIERRE, Docteur en droit Avoué.

TRIBUNAL DE COMMERCE DE GUELMA FAILLITE LAURENT VELLA ex-épicier à Souk-ahras AVIS
MM.les créanciers de cette faillite sont prévenus que le procès-verbal des opérations de vérification et d'affirmations des titres de créances sera ouvert à partir du vingt-sept janvier mil huit cent quatre-vingt-sept :
Qu'en conséquence, par ordre de Monsieur le Juge Commissaire, ils sont convoqués à se réunir le jeudi vingt-sept janvier mil huit cent quatre-vingt-sept, à dix heures de relevée, dans la salle des audiences du Tribunal de Guelma.
Ils sont invités à remettre leurs titres entre les mains de Monsieur Vidal Cyprien, syndic de la dite faillite, si mieux ils n'aiment en faire le dépôt au greffe du Tribunal.
Guelma ,Le Greffier du Tribunal MAZEL.

TRIBUNAL DE COMMERCE DE GUELMA
FAILLITE
THÉRÉZE GRIMA femme Louise Xerri, ex-commerçante à Souk-Ahras.
Avertissement aux créanciers de la faillite.
Par ordre de Monsieur le Juge commissaire de la faillite Thérèse Grima époux Xerri, de Souk Ahras.
Justice, salle des faillites, pour être consultés tant sur la composition de l'état des créanciers présumés que pour la nomination de nouveaux syndics
Guelma le vingt-huit décembre mil huit cent quatre vingt-six.b Le Greffier du Tribunal , MAZEL.

A VENDRE
Pour cause de départ, un fonds de commerce, vins et liqueurs : facilitée de payement.
S'adresser à Madame Veuve MENVILLE, Place d'Armes, à Bône.


MILA FABRIQUE DE SALAISONS
Spécialité de Saucissons Poitrines salées. Jambons Graisse en boîte S'adresser à M. DE CHALUS, propriétaire à Mila.

Gérant J. P. GARROT Guelma, Imp. - F. TAPI

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 58 %.
Site internet GUELMA-FRANCE