DEPARTEMENT DE CONSTANTINE
LISTE DES JOURNAUX NON POLITIQUES

Les journaux liés à la vie économique.
Les journaux agricoles :
Le bulletin agricole de Guelma.
La revue agricole vinicole industrielle DE SOUK HARAS
La petite revue agricole de Bône.
Les journaux commerciaux :

Philippeville.
Les petites affiches du département de Constantine.

Constantine.
Le journal général d'affiches algériennes tunisiennes.
La revue commerciale du département de Constantine.

Bône
La publicité
Les annonces périodiques de l'Est algérien de la Tunisie.
Exposition universelle de 1889.
Le journal destiné au public métropolitain : l'AVENIR ALGERIEN

Les journaux culturels et littéraires.

Le Sifflet.
L'entracte.
La lorgnette de Constantine.

Bône
Le passe temps algérien.
Le Figaro algérien.
La petite revue algérienne.

Quelques feuilles originales.
La bonne nouvelle.
Les moniteurs d'études et d'Algérie.
Illustré de Philippeville.
Parmi les journaux non politiques les plus importants sinon les plus nombreux, naissent de l'activité économique. Celle-ci constitue un domaine que la presse dans son ensemble, aborde volontiers, tant elle importe aux intérêts locaux et tant elle est sous-jacente à certaines rivalités politiques.
Cependant certaines feuilles sont créées qui l'abordent sous un aspect plus technique est directement utilitaire.

Les journaux liés à la vie économique.
Les journaux agricoles.

C'est le cas tout d'abord des journaux agricoles publiés sous l'égide des organismes professionnels : syndicats agricoles, comices, sociétés d'agriculture qui se multiplient après 1870, et animés par des personnalités dûment intéressées à la production, ils envisagent l'activité agricole d'abord dans ses modalités pratiques. Leur but premier est de donner des conseils pour la bonne marche des exploitations ; il ne faut pas oublier que nombre de colons sont des néophytes en matière agricole et que bien peu sont au courant des pratiques culturales en zone méditerranéenne.

Les différents journaux ou bulletins sont hélas mal connus. La plupart des collections ont disparu et seules les mentions éparses des confrères de la presse départementale permettent de reconstituer leur histoire.
Ainsi, à Guelma, le bulletin agricole de Guelma qui paraît en août en juillet 1886 n'est connu que grâce au Progrès. L'organe Guelmois du parti radical annonce en effet le sept août 1886 qui vient de recevoir le premier numéro.
Mais le contenu de ce bulletin " Organe du comice agricole " nous reste totalement inconnu : aucun sommaire, aucune publicité n'ont été retrouvés comme c'est le cas pour d'autres publications du même genre.

Ces confrères n'y font jamais référence et semblent ne lui avoir jamais emprunté aucun article. Sa diffusion est sans doute très restreinte, limitée à la ville de Guelma ou villages environnants. Peut-être a-t-il vivoté jusqu'à la première guerre mondiale ? Il en est de même de la revue Agricole Vinicole Industrielle Souk-Ahras publiée sous le patronage du comice agricole local ; seule la Gazette Algérienne le mentionne le 25 avril 1886, à l'occasion de la sortie du premier numéro.

LA PETITE REVUE AGRICOLE fondée à Bône la même année atteint au contraire une grande notoriété. Sa diffusion s'étend même au-delà des limites du département lorsque son créateur monsieur F Lecore- Carpentier en abandonne le contrôle en 1886 a Jules Royer. Celui-ci en assure la direction jusqu'à sa mort en 1909. Fils d'un officier, il est né en 1850 " aux environs de Mostaganem ". Son père ayant pris sa retraite à Guelma, il poursuit ses études au collège de Bône et début comme commis aux ponts et chaussées de cette ville. Après son mariage avec Mlle Augier de Maintenon, fille d'importants colons négociant Bônois, il abandonne l'administration pour se consacrer à l'agriculture. Il est un des promoteurs de la reprise des essais de culture du coton, mais celle-ci échoue dans sa tentative pour mettre sur pied une coopérative cotonnière.
Il se retourne alors vers la viticulteur et réussi à créer un important vignoble dans son domaine de l'Allelick, aux portes de Bône. Son rôle dans les organisations professionnelles agricoles est celui d'un animateur de premier plan. Fondateur du syndicat des agriculteurs de l'arrondissement de Bône, il participe à 1903 à la création de l'union syndicale agricole du département de Constantine dont il est élu vice-président. Secrétaire trésorier du comice agricole de Bône, de 1900 -1909, il encourage le développement des organismes de crédit agricole dans toute la région. Enfin, agent général des compagnies d'assurances Aigle et soleil, il est élu vice-président du syndicat commercial Bônois.

La personnalité entreprenant de Jules Royer et les nombreux liens qu'il entretient avec les milieux d'affaires et la grosse colonisation, favorise l'essor de LA PETITE REVUE AGRICOLE. Mensuel à ses débuts, elle devient bimensuelle à partir du 1er février 1888. Ces confrères qui signalent cette transformation, en profite pour lui rendre hommage :
l'habile direction de M. Jules Royer de LA PETITE REVUE AGRICOLE a rapidement pris une grande place dans la presse départementale. Ces articles font autorités et sont reproduits dans les principaux journaux d'Algérie et dans tous ceux de la presse française qui s'intéressent aux succès de notre belle colonie. M. Royer a fait appel à toutes les bonnes volontés et a réussi à grouper dans la salle de rédaction une pléiade d'écrivains qui ont fait LA PETITE REVUE AGRICOLE un organe indispensable à ceux qui s'occupent d'agriculture et de viticulture en Algérie.

L'audience s'est, d'autres ne de tirage dépasse largement les limites de la région Bônoise ont pu constater que la plupart des grands organes de Constantine, Philippeville, ce qui, lui, recommande la consultation et publie régulièrement le sommaire du dernier numéro ; il n'hésite pas à lui emprunter les articles pour étoffer leurs propres données agricoles.

LA PETITE REVUE AGRICOLE , en effet, se tient l'écart des luttes politiques. Elle se présente comme une publication dont le but est de traiter en priorité tout ce qui concerne la vigne et le vin ; son sous-titre est d'ailleurs : organe des intérêts viticoles de l'est algérien et de la Tunisie. Elle précise autre part qu'elle est dirigée par " Jean Royer avec le concours d'un groupe viticulteurs patriciens ". La majorité de ces articles sont donc purement techniques. Ils portent les méthodes culturales de la vigne et sur l'élevage du vin. La commercialisation du vin et les divers problèmes afférents sont également abordés.

Mais de façon plus générale. Enfin les activités et démarches des organismes professionnels de la viticulture, les mesures administratives, font l'objet d'une grande publicité et d'analyses diverses, en particulier lors de la crise du phylloxéra.

Les autres aspects de l'agriculture algérienne : céréaliculture, tabac, élevage du mouton, sont aussi traités, bien que succinctement, puisque la revue se veut le porte-parole du défenseur de tous les colons.

Source A Montoy. Constantine

Site Internet GUELMA-FRANCE