LA GAZETTE DE GUELMA

Septembre 1893

LA FÊTE DE SAINT AUGUSTIN Á LA MAHOUNA

Pour la première fois depuis l'exploitation de la carrière de "La Mahouna" les ouvriers et l'administration ont organisé samedi une charmante petite fête de famille à laquelle les tacherons ont à bien voulu nous inviter et nous remercions M Sadusky

A onze heure et demi samedi matin, nous arrivons et prenons place à une table largement servie, autour de laquelle sont réuni une trentaine d'ouvriers Le site est charmant ; A gauche un coteau couvert de broussailles où la société de chasse de la saint Hubert ferait choux gars tant cela parait giboyeux En face la monumentale carrière de saint Augustin, ouverte depuis seulement 8 ans mais qui promet de donner un des marbres les plus apprécié et les plus beaux de la région.
Avec les jumelles on aperçoit perchée sur les flancs du Fedjouz la ferme Dubois cachée au milieu du forêt d'eucalyptus, plus bas Guelaat Bou Sbâa et encore plus haut St Anne la ferme Pailhès et le col du Fedjouz toujours aussi magnifique dans son écrin de verdure. La table est dressée au fond d'une cour dont le centre est occupé par une vaste citerne. D'un autre côté les écuries et de l'autre les appartements de l'ingénieur de la carrière et sur le troisième plan les logements pour les ouvriers, leur cuisine et les ateliers.
Toute la cour est pavoisée aux drapeaux français et par ceux des arabes habitants la région qui nombreux se trouvent mélangés à la foule. De riches lanternes vénitiennes sont suspendues tout au long des allées et de la cour de réception et prédisent une charmante illumination des lieux pour le soir. Nous avons un regret à exprimer c'est que personne ne nous ait prévenu. Nous aurions pu faire connaître à nos concitoyens cette charmante fête. Nous le disons hautement, une excursion aux carrières de la Mahouna est une saine et utile distraction. Combien de Guelmois savent ce qui se passe et ce qui s'extrait de ces carrières ouvertes par les romains ! . Non seulement c'est une bonne et agréable promenade à faire mais encore on peut admirer les magnifiques gisements de marbre qui rivalisent avec les plus beaux spécimens du monde.
Quand voudra-t-on rendre justice à l'Algérie et s'occuper de ses richesses inconnues ou délaissées, mais nous y reviendrons.

Le soir après un dîner présidé par M. Joly ingénieur géologue aux carrières de la Mahouna, un magnifique feu d'artifice a été tiré depuis la terrasse du bordj et un bal, sous les lampions, s'en est suivi.

On s'est séparé tard dans la nuit, se donnant rendez-vous pour l'année prochaine.

Nous ne terminerons pas sans raconter un petit épisode du retour. Après 5 kilomètres effectués au milieu des montagnes à 1 heure du matin, nous arrivons à la carrière de "Calama", où harassés nous prenons place dans un wagonnet qui doit nous conduire aux carrières du "djebel Khalouf", notre but distant de 1800 mètres de notre point de départ.
Savez-vous combien de temps il nous a fallu pour parcourir la distance; à peine deux minutes. Aussi devons nous avouer que nous n'étions pas rassurés sur notre sort. Qu'une pierre se trouve là sur les rails des wagonnets et nous aurions pu nous retrouver tous au fond du ravin profond.
Enfin soyons heureux nous sommes sortis saint et sauf de cette aventure et de cette course vertigineuse en nous proposant de visiter en détail cette exploitation dans un proche avenir.

Site Internet GUELMA-FRANCE