Le 29 juillet 1926.

LE COIN DU GRINCHEUX

À une simple réponse.
Très bien ! M. " L'avoué " de " bonne humeur ", je remarque par votre admirable" simple réponse ", avec quel désintéressement vous défendez l'infortuné du " trône " philharmonique.
Jamais ce dernier n'a connu autant d'importance pendant sa carrière d'agent de police à La Calle !...
Il me plaît cependant de constater que vous avez la mémoire courte et je vous rappelle que vous avez admis et déclaré vous-même que le chef de musique municipale n'était pas à la hauteur de sa tâche.
Pourquoi donc maintenant chanter victoire d'un succès dont tout le monde a su apprécier la valeur et vanter les louanges de ce " grand musicien " dont vous n'avez jamais reconnu le talent.
Êtes-vous sincère ? dans ce cas vous pourriez craindre de la fatigue cérébrale et alors il serait prudent de consulter votre voisin.
Quant à ce qui concerne la parfaite entente de MM. Fiorini et Gaspérini, vous n'ignorez pas que pendant longtemps ce dernier n'était même pas son client et qu'il a fallu un concours de circonstances pour les remettre en……. relations.
Que pouvaient un employé communal et un conseiller municipal ?
Je vous remercie, d'autre part, de la leçon de savoir-vivre, vous avez l'intention de m'en faire donner par cet ex-agent de police de La Calle. Seulement je serais heureux auparavant que vous me fassiez connaître s'il me donnera cette leçon avec le " browning " qui s'est acheté ces jours derniers chez un armurier de Guelma ou bien par l'intermédiaire de quelques-uns " pôvres " philarmos qu'il a dressé sur mon chemin ?
M. Gaspérini est disposé, dites-vous, à me donner des leçons de musique. Soit.
Ayant besoin de leçons d'harmonie et de composition, j'aimerais imiter M. Gaspérini dans la simplicité avec laquelle il a recopié " Gracieux Hommages " (marche) d'un auteur italien dont il a substitué le nom pour le remplacer par le sien. Cette marche exécutée à La Calle a d'ailleurs obtenu un vif succès et a déchaîné un gracieux scandale.
En raison du talent de cet excellent " compositeur " j'accepte donc de prendre des leçons. Et bientôt je pourrais faire exécuter sur la place Saint-Augustin : la Tosca, par Charly.
Je crois M. l' " avoué " que vous perdez votre temps à défendre votre énergumène. Rien ne changera l'opinion déjà faite à Guelma, sur ce sujet
Charly

LES HABITATIONS Á BON MARCHÉ
Nous recevons, avec prière d'insérer, la lettre de M. le Ministre du Travail adressée à M. le Président de la Prévoyance Guelmoise.
Nous nous faisons un devoir de la reproduire ci-dessous :
A la suite de la demande de prêt que vous avez adressée à la caisse des Dépôts et Consignations, j'ai l'honneur de vous informer que la commission d'attribution des prêts prévue par l'article 24 de la loi du 5 décembre 1922, a décidé que la caisse les Dépôts et Consignations pourrait consentir, pour le compte de l'État, des prêts à la Société d'Habitations à Bon Marché " la Prévoyance Guelmoise ", jusqu'à concurrence de 459 600 F.
Avant toute réalisation, la société devra produire à la caisse des dépôts et consignations le titre de propriété du terrain et justifier d'une dépense préalable de 96 464 F sur construction.

UN AVION FAIT UNE CHUTE.
Un avion de passage à Guelma, au moment de l'atterrissage près de l'hippodrome, accrocha un arbre et se renversa. Il n'y eu que des dégâts matériels.

AVANCEMENT.
Nous apprenons avec plaisir la nomination au grade de maréchal des logis de gendarmerie, de notre sympathie concitoyen M. Marius gendarme à Guelma. Ce dernier rejoindra son nouveau poste à Philippeville. Nous lui adressons nos sincères félicitations élevées et exprimons les regrets que nous cause son départ.

LES SPORTS
Au match retour le Football Club Guelmois a été battu par trois buts à un par la Ferme Ecole de Guelma. Bravo, vaincus et vainqueurs.

UNE BRUTE
Tous les jours, un jeune homme infirme va, conduisant son attelage, chercher des farines pour la boulangerie de son oncle
Quel pénible spectacle !
Le pauvre bourriquot qui doit traîner 3 ou 4 balles, plus deux ou trois passagers, est roué de coups au point de perdre haleine. C'est marche ou crève.
Nous prions instamment notre police d'assister un soir à ce tableau et de ne pas craindre d'offenser cette brute en lui dressant procès-verbal.

LA PATISSERIE.
En raison des fortes chaleurs la pâtisserie Gisselbretcht sera fermée du mardi au vendredi de chaque semaine.

NÉCROLOGIE
Les obsèques de Mme veuve Biltiger ont eu lieu ce matin, au milieu d'une nombreuse affluence. Nous prions les familles atteintes par ce deuil de recevoir nos condoléances attristées.

GRANDES FETES CHAMPETRES

C'est dimanche 1er août que " La Boulomane des Cheminots " donnera sa première fête.
Le matin de sept heures à dix heures et le soir de 17 à 18 heures un programme de jeux variés divertira les plus moroses.
De 18 heures à 19 h matinée dansante. Le soir à 21 h.: grand bal avec attractions. C'est dans un cadre champêtre, au faubourg de la gare, que se déroulera la fête. Les forains seront nombreux, nous ne doutons pas d'un franc succès.

À VENDRE: un générateur acétylène pour moto. Parfait état s'adresser au bureau du journal.

TRIBUNE LIBRE :
Nous accueillons ici toute communication intéressante sous la signature ou le pseudonyme de leur auteur et sans que cette publication engage la politique ou la responsabilité de notre journal.

NOUVELLES LOCALES.
Madame et M. Gustave Mas sont les heureux parents d'une jolie fillette prénommée Madeleine. Meilleurs vœux aux nouveau-né et sincères compliments parents grands-parents.

SUCCÉS GUELMOIS.
Au concours d'admission de l'école d'Art et Métier de Dellys, de notre jeune concitoyen Lucien Atlan , bijoutier qui y a été brillamment admis. Toutes nos félicitations au lauréat ainsi qu'à ses parents.

DISTINCTION
Parmi les cheminots qui viennent d'obtenir la médaille d'honneur des chemins de fer, nous sommes heureux de citer M.M Lancioni, Truchet, Daniel. Nous leur adressons nos sincères et cordiales félicitations.

À VENDRE : un fourgon neuf forces quarantaine quintaux prix 3200 F s'adresser au bureau du journal

L'ECHO D'ALGER CONTRE LE GOUVERNEUR !
L'organe du sénateur d'Alger défenseur, j'allais dire souteneur, des gros colons algériens victimes de la mévente des blés sont accablés d'impôts (paraît-il) ne peut concevoir un gouverneur général s'intéressant " aux indigènes, aux fonctionnaires, et aux questions d'assistance sociales ".
Il est évident que subventionner largement des coopératives agricoles montées par de pauvres millionnaires ! Répartir la plus grande partie du budget en faveur de travaux pour les Cent Hectares ! Serais bien plus utile….. N'est-ce pas Messieurs les délégués financiers colons et NON COLONS, lesquels, comme chacun sait, sont presque tous colons…. Comme par hasard.
S'il fallait une preuve de plus de la nécessité de la Réforme des Assemblées Algériennes, venez de la donner vous-même.
Messieurs.
L'essentiel, le plus pressé, et surtout de réformer le mode d'élection les Délégués Financiers.
Il faut absolument obtenir du parlement français que cette question, vitale pour l'Algérie, soit discutée et résolue au plus tôt. Le scandale a assez duré de voir un Délégué se portant et étant élu comme non colon, (mais en réalité possédant moult hectares) nommé par des électeurs inscrits comme non colons et élu par des électeurs colons possédant 3 m² de terrain devant leur porte ! Et, en réalité, étant commerçants ou employés !....
Pour faire cesser cet état de choses, il est indispensable que les délégués financiers soient élus tout comme les députés d'Algérie, conseillers généraux ou municipaux..
Ainsi disparaîtraient ces inégalités et ses distinctions stupides et non justifiées de délégués colons et non colons.
Il est du devoir des élus du parti socialiste au parlement français, de porter cette intéressante question à la tribune et de faire aboutir sans délai cette réforme attendue depuis si longtemps par tous les travailleurs d Algérie.
Un électeur non colon

Site Internet GUELMA-FRANCE