21 janvier 1899.

THEATRE
Cyrano de Bergerac.
Les troupes théâtrales en prennent décidément trop à leur aise avec Guelma. Elles dérangent toute la ville et les habitants des environs par annonces de représentations attrayantes battent longtemps autour de la grosse caisse de la réclame, se font précéder d'affiches sensationnelles et de prospectus mirobolants, empochent même l'argent des amateurs trop pressés, puis filent à l'anglaise au moment psychologique, "brûlant" Guelma sous n'importe quel prétexte.
C'est la troisième fois que cela nous arrive, avec la troupe qui devait donner "Cyrano de Bergerac".
Nous mettons nos voisins de petites villes du département en garde contre cette troupe.

ARRESTATION D'UN GENTLEMAN. Le service de la police vient d'arrêter sur signalement du parquet d'Alger, un soi-disant gentleman du nom de Schmidt qui avait disparu depuis quelque temps du boulevard de la république. Cet individu qui menait en Alger une vie très large avait, en son départ creusé des trous qu'il avait laissé chez quelques commerçants de cette ville, il a quitté Guelma avec une charrette anglaise et son cheval qu'il avait pris chez un loueur de Mustapha.

GUELMA MAI 1899.
La "Philharmonique". Un triple succès remporté au concours musical d'Alger par la "Philharmonique" de Guelma. C'est le plus grand honneur à notre ville, aux organisateurs de la société, aux musiciens et plus particulièrement à leur chef M. Rolando, dont le zèle et le talent ont trouvé leur légitime récompense dans les félicitations et le diplôme de direction qu'il a obtenu du jury.
Les trois premiers prix, dont le prix d'honneur accordé à nos musiciens, sont pour eux aussi la juste récompense de leurs efforts mérités et justifiés de la confiance de leurs concitoyens par leur esprit de concorde et de discipline. Leur succès, nous les avons prévus et souhaités, ils sont les précurseurs de succès futurs et plus grands encore.
Si la ville de Guelma peut être fière de ses musiciens, elle pouvait eux aussi de s'enorgueillir de leurs nouveaux lauriers.
Honneur à eux ! Ils voient que la population par l'accueil enthousiasme qu'elle leur avait réservé à leur retour, ne leur marchande ni sa joie, ni sa gratitude, ni ses encouragements.
Que les Guelmois, continue de se montrer dignes des sacrifices que la ville a fait et fera encore pour la prospérité de leur valliante société.
Vive Guelma !
Vive la philharmonique..

MONT DE PIETE. Nous apprenons que l'administration du mont de Piété de la ville de Constantine vient installer une succursale à Guelma.
C'est M.CHAMPS LOUIS, qui est nommé le correspondant.
En conséquence, les industriels, colons, ouvriers ayant une gêne momentanée, trouveront dans de très bonnes conditions les moyens de parer à cette gêne en s'adressant à M. Champ..
Prêt sur gages mobiliers tels que : bijoux, meubles, ustensiles, linges, marchandises neuves, etc…..
La succursale commença fonctionner dès maintenant.

Site Internet GUELMA-FRANCE