L'avenir de Guelma jeudi 11 février 1926

LIGUE DES DROITS DE L'HOMME.
Les membres de la section locale se sont réunis en assemblée générale le 30 janvier ne 1926 à 8:00 du soir.
En l'absence du président, le vice-président expose la situation morale de la section.
Il en exalte le rôle joué par M. Bachotet président qui a toujours été l'âme, la cheville ouvrière du groupement est en témoignage de sympathie et de gratitude, propose de le nommé président d'honneur.
L'assemblée ratifie et souligne par des applaudissements cette heureuse pensée.
Il adresse ensuite un souvenir ému au camarade Attali Nessim enlevé à l'affection des siens, et présente à tous ceux que ce deuil atteint et plonge dans la douleur, ses bien sincères et attristées condoléances et les assure de sa profonde sympathie.
Le vice président rappelle le noble but de la ligue : gardienne vigilante des nobles causes et ennemie déclarée de l'arbitraire, de l'injustice, des abus et du mensonge.
Il fait connaître ensuite à l'assemblée les diverses affaires soumises au comité les solutions intervenues ou a intervenir.
Il donne enfin la parole au sympathique argentier de la section qui expose la situation financière. L'assemblée est heureuse de constater la prospérité des finances, la section et acclame le dévoué trésorier.
L'assemblée procède ensuite au renouvellement du bureau.ont été élu par acclamation .
Président d'honneur : M. Bachotet.
Président actif M. Haloot.
Vice-président M. Zuretti Charles, M. R Cueillerier
Secrétaire Brand Henri
Trésorier M Imbard.
Assesseurs : Messieurs Seréno Émile, Carpanetti Emile, Rossi Pierre, Miqueu et Guidice.
De merci l'assemblée de la grande marque de confiance dont il a été l'objet l'assure de son entier dévouement.
Rien n'étant plus à l'ordre du jour la séance a été levée à 21:00.
Le comité

COURSES DE BISKRA.
L'administration de chemin de fer Algériens de l'État à l'honneur d'informer le public qu'à l'occasion des courses hippiques qui auront lieu à Biskra les 13 14 15 février 1926, une réduction de 50 % sur les prix doublés des billets simple de place entière sera consentie aux voyageurs qui se rendront à Biskra.
Les billets d'aller et retour comportant cette réduction seront délivrés uniquement sur Biskra par les garez de l'ensemble des réseaux de l'État algérien et de Bône-Guelma algérien, à partir du premier jusqu'au 15 février inclus sur la distance séparant la gare d'émission de la gare destinataire.
Les coupons de retour de ces billets seront valables à partir des derniers trains du 13 courant jusqu'au dernier train du 7 février inclus au départ du Biskra, et ne seront susceptibles d'aucune prolongation de validité
Les voyageurs ont la faculté de s'arrêter à Batna et à El Kantara, soit à l'aller soit au retour pendant 24 heures pour leur permettre de visiter les ruines de Timgad et l'oasis d'el kantara , sans qu'il puisse en résulter une augmentation de la validité des billets.

À L'AMICALE DES CORSES.
Samedi dernier à l'hôtel Toussourière, l'Amicale Corse donnait son banquet annuel.
Les compatriotes de Guelma et les environs s'y trouvaient réunis.Plusieurs dames étaient venues rehausser de leur grâce cette fête de famille.
Le menu franchement merveilleux de finesse et même d'abondance le Vatel Toussourière appelé à la fin du repas y fut félicité chaleureusement.
Au dessert M. Prunetti, président de l'amicale, fit excellente qu'en conférence qu'on lira plus bas. M. De -Perétti vice préside convia à son tour tous ses compatriotes à ne pas se départir de cet esprit de solidarité qui leur force et dont les avantages, dit-il, et dont les avantages dépassent de beaucoup les inconvénients. Puis M. Bavaiilot, président d'honneur, vanta les bienfaits de l'union et remercia les convives de marques de vive sympathie qu'il me était manifesté.
Les chansons, en patois corse, des monologues en français, des couplets républicains et puis l'Ajaccienne.
Conférence de monsieur Prunetti
L'usage veut qu'à tout banquet un discours vienne agrémenter le menu le plus exquis, le plus complet. C'est un entremet, ou plutôt un plat in extremis qui n'est pas aimé de tous, et cependant toujours attendu, toujours servi.
Cela s'explique et sa nécessitait est encore plus apparente dans une société, qui ne le se réunis au u complet, qu'en cette occasion, une fois l'an.
C'est là que nous pouvons nous connaître, voir les nouveaux venus noter les anciens partis pour d'autres lieux ou, disparus à jamais.
C'est alors le devoir de votre président d'adresser ses souvenirs émus aux amis qui ne répondent plus à notre appel et nos regrets éternels à ceux que la fatalité a frappé pour toujours.
Nous ne voyons plus notre vénéré président Poggi. qui était le patriarche de notre famille corse : nous n'avons plus autour de nous notre brave Camilli vice président qui personnifiait le symbole de l'amitié, plus heureux que notre président, il a pu surmonter les attaques d'une sournoise maladie et rejoint son village natal où tous nos vœux de rétablissement l'accompagnent.
Nous n'avons plus notre commandant Rutly qui incarnait l'âme du soldat corse gagnant les hauts grades à la force du poignet les figures sympathiques qui nous entoure et que la nécessité de la vie, de la fonction ont obligé à nous quitter .!À tout le regret et le souvenir ému d'une confraternité qui n'avait au début que notre origine corse, mais qui était par la suite soudée du plus puissant de l'amitié doublée de l'affection.

C'est encore mon devoir d'adresser à votre nom de vous tous la bienvenue aux nouveaux amis qui viennent combler les vides dans nos rangs. Plus ils viennent nombreux, plus notre amicale aura de vitalité.
Qu'ils soient les bienvenus. Ils tourneront en toujours au sein de notre société les principes de la raison d'être : hospitalité, amitié solidarité.

Messieurs je dois aussi en votre nom saluer les dames de nos secrétaires qui ont voulu venir parer de leur grâce et de sourire nos agapes fraternelles.
Ne-fusse, Mesdames, que pour vous remercier et vous témoigner combien nous sommes touchés de votre gracieuse présence, que le discours d'usage aurait sa raison d'être.

Mais vous m'excuserez, je le dis sans malice je ne reconnais plus grand vos sœurs antiques, encore bien moins nos " mamoni ", mais qui n'avaient d'autre luxe que celui des jupons elles en mettaient deux ou cinq aussi différentes par la couleur et débordant l'un sur l'autre de manière qu'on les distingue ; leur coiffure était un simple mouchoir enserrant les cheveux en forme de bonnet ; leur corsage un caraco de laine, emprisonnant la poitrine. Par-dessus une jupe plissée d'étoffe noire plus longue par derrière et relevée sur la tête en forme de voile, c'était la FALDETTA.

Vous me direz, et vous aurez raison que vous ne reconnaissez plus en nous les hommes nos ancêtres, à barbe hirsute, cheveux longs visages basanés, habillés d'une courte veste, sans poches, une grande culotte avec de longues guêtres en peau de chèvre, coiffé d'un bonnet. Le tout confectionné, avec ce drap grossièrement tissé dans le pays en poil de chèvre ou laine de mouton appelé PELONE.
Ils ne manquaient pas d'élégance, croyez-le, avec leur ARQUEBUSE sur le bras.
C'était l'âge ou la maison était aussi simple que le costume. Elle tenait le milieu entre la cabane la maison moderne. Quatre murs en grosses pierres, de la terre glaise, sans crépissage ; le toit bas , construit avec des arbres à peine équarris recouverts de dalles de schiste ; les uns à rez-de-chaussée ; les autres à un étage l'entrée situées à cinq ou 6 m au-dessus du sol, une échelle mobile pour y accéder. Car il fallait être prêt à repousser toute attaque. L'intérieur d'une simplicité plus que antique une table quelques escabeaux, des coffres pour le linge et les provisions des bains à dossier des paillasses servaient lui.
L'âtre au milieu de la pièce et un morceau de bois résineux du nom de deda, éclairait cette intérieure aussi sobre que l'habitant.

C'est ainsi que l'histoire montre nos ancêtres du XVIe siècle ; mais c'est ainsi aussi que vous pouvez en voir encore quelques uns là où le village a gardé sa forme primitive, austère, agreste, et ou il faut pour y parvenir du temps et de la fatigue.
Simplicité dans le costume et dans les mœurs ne veut pas dire esprit simplet arriéré.
Si vous lisez l'histoire vous verrez que la Corse a devancé la France et l'Europe dans la voie de la liberté des institutions démocratiques.

Jamais le despotisme ne s'est établi chez nous comme une coutume. Au temps de la féodalité, la Corse n'a pas connu de servage, il était facile à l'homme robuste et repris d'indépendance, comme l'avait toujours dit les Corses, au dire même de Stabon, de s'isoler dans la montagne ou dans les bois pour d' garder sa liberté.
Le seigneur, suzerain faible, sans espoir de recevoir du secours du pouvoir central, avait intérêt à ménager ses sujets. Car il n'était pas fort et ne pouvait résister aux convoitises du voisin, à l'attaque d'un envahisseur que s'il avait beaucoup de partisans ; et il n'avait beaucoup de partisans que s'il était juste et bon

L'histoire nous apprend que lorsque le seigneur devenait trop puissant, et faisait trop durement sentir son autocratie à un instar des seigneurs de la cour de France le peuple se révoltait.
Témoin de cette révolte qui sous la conduite Sambacuccio d'Alendo réuni à Morosaglia en 1807, la moitié des habitants de l'île en une diète générale, et décida du pouvoir .
Notre héros, homme de génie, fut nommé lieutenant général de la nation, et organisa un vrai gouvernement démocratique ; le pays fut divisé en 12 districts ; chaque district élisait un représentant les 12 formaient le conseil supérieur qui faisait des lois ; c'était les pères du commun et l'état s'appelait la terre des communes.
Lisez cette partie de notre histoire et vous comprendrez que si l'Europe a secouer le joug despotisme qu'au XVIIIe siècle, s'il a fallu en France des philosophes, des écrivains et des clubs, pour réveiller les consciences du peuple,, en Corse la lutte pour la liberté avait pris naissance en même temps que le despotisme.

Lisez la constitution que Pascal Paoli donna à l'ile en 1755 ; c'est un modèle du genre qui proclame le grand principe de la souveraineté du peuple et de la séparation du pouvoir.
Tous les Corses sont libres et égaux en droit comme devrait l'affirmer en 1789 l'article premier de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.
Le but de l'association et la conduite et la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme .C'était une réponse aux prétentions de Gènes qui voulaient faire des insulaires sudditis naturalis.
Le principe de l'autorité réside essentiellement dans la nation Corse ; la loi est l'expression de la volonté générale et tout bon citoyen y concourt par eux-mêmes ou leurs représentants.
C'est a s'y méprendre, les principes de 1789 qui sont proclamés et sont appliqués en Corse depuis 1755.
Vous m'excuserez, Mesdames et Messieurs de vous avoir montré quelques pages de notre histoire. Il n'y a que les peuples heureux qu'ils n'ont pas ; la Corse en est une !
Elle mérite d'être lue et connue ; nous serions mieux compris. Mais ce qui mérite d'être mieux connu, c'est le pays même.

Celui qui aurait rêvé une heure dans le maquis aimera la Corse à tout jamais, a dit René Bazin dans une des descriptions magistrales sur la beauté de la Corse !
Qui de vous, Messieurs, ne se remémore pas une promenade en montagne par une de ces belles matinées, appelé d'un si beau nom " una Matinata latina ".

L'air est frais, le ciel pur et 1000 parfums divers s'exhalent, suivant les saisons, d'innombrables crucifères qui mêlent le goût de leur miel aux parfums résineux des grands végétaux ; ce qui faisait dire à Napoléon à Sainte-Hélène qu'il reconnaîtrait la Corse, les yeux fermés, rien qu'à l'odeur de son maquis.
Aussi nous tous, que nous soyons rattachés à l'île par la naissance ou l'alliance, avons-nous un grand désir : Revoir le pays.
Je souhaite pour vous tous, que ce projet se réalise cette année, certain que l'an prochain …vous y retournez.

VULGARISATION MUSICALE
De nombreux virtuoses sont de passage à Bône et a Constantine où ils donnent des auditions d'un caractère artistique transcendant. Notre population n'a pas cette satisfaction.
Tous les musiciens et les amis des arts, n'ont pas dans notre ville l'occasion de faire leur éducation musicale, aussi considérons nous une belle œuvre : celle de la vulgarisation du musical
Cette tâche incombe à la municipalité qui devrait entreprendre même au prix de concessions, cette tâche digne du plus haut intérêt.

HELIOPOLIS
Rixes sanglantes.
Ces derniers temps à Heliopolis un drame passionnel se déroula et produisit dans le village une vive émotion. Tayeb ben Ahmed louait une partie de ce logement ménage chirouf amar . Comme ce dernier ne payait pas son loyer le propriétaire lui donna congé.
Chirouf parti au mois de juillet dernier mais la femme ne voulut pas le suivre, car disait-elle, son mari voulait la livrer à la prostitution.
Le 8 février les deux personnages se trouvaient assis en compagnie de quelques coreligionnaires sur le ponceau qui se trouve au milieu du village, la femme de Chirouf, vint à passer. Cela fut l'occasion de lassis à l'adresse de Chirouf. Celui-ci se fâcha et à une rixe éclata. A un moment donné Chirouf dégaina son bou Saadi et porta un violent coup à Menta qui s'écroula. Le meurtrier tenta de fuir, mais il fut arrêté.et mis sous mandat de dépôt.

NOUVELLES LOCALES : Cérémonie nuptiale.
Ce matin a été célébré en l'église paroissiale, le mariage de notre concitoyenne Mlle Marcel Petit, fille de Mme et M. Auguste Petit, capitaine en retraite, avec M. Portal, employé à la banque de l'Algérie à Didjelli. Nous adressons nos meilleurs vœux aux jeunes époux et nos sincères compliments à leur famille.

Samedi 27 février, sera célébré le mariage de mademoiselle Blanche Roure, fille de Mme et M. Roure, négociant avec notre ami Joseph Azzaro, entrepreneur de peinture. Nous formons des souhaits sincères pour les futurs époux et adressons nos sincères félicitations aux parents.

LA FRATERNELLE DE CALAMA. Les membres actifs et visiteurs, ainsi que les francs-maçons de passage à Guelma, sont priés d'assister à la tenue qui aura lieu ce soir au local habituel des séances.

À QUAND LE STATDE MUNICIPAL ?
Nous posons simplement cette question, qui est d'actualité. Nos sportifs organisent d' intéressantes manifestations sportives, il faut donc que la municipalité, sans retards, se souviennent de ses engagements et elle se met à l'œuvre.
Il ne s'agit plus de promesses électorales, il faut maintenant aider et encourager les sports.
Le stade municipal peut et doit être créé à brève échéance.

NECROLOGIE.
Nous avons appris avec peine le décès de M. Mariotti, cultivateur très connu et très estimé à Guelma.
Nous prions les familles atteintes par ce deuil de trouver ici l'expression de nos condoléances attristées.

THEATRE.
La " Danse des Libellules " a obtenue sur notre scène un succès inoubliable. Cette délicate opérette, dans la musique et du célèbre Franz Léhar, fut parfaitement interprété par les excellents artistes de la troupe Malinconi.
Une salle archicomble assistait à ce spectacle et saluait par des bravos frénétiques les acteurs dans les principales scènes de l'ouvrage.
Nous avons a déplorer le départ de la troupe d'opérettes, qui avait su s'attirer de nombreuse sympathies parmi le public Guelmois.
Nous espérons néanmoins que la saison théâtrale ne s'achèvera pas ainsi et que nous aurons sous peu le plaisir d'annoncer de nouvelles représentations de gala.

TELEPHONIE SANS FIL. Lundi et mardi une foule nombreuse assistait dans la grande salle du café glacier à une audition de la T S F. Tout ceux qui à ce jour ignoraient les prodigieux résultats de cette belle invention sont maintenant fixés.
Nous félicitons sincèrement les organisateurs de ces agréables soirées.

CARNAVAL. Dimanche, à l'occasion des fêtes de carnaval les conscrits de la classe 27 organisent à la salle des fêtes un grand bal paré et masqué.
Les nombreux couples aux déguisements fantasques, gracieux et comiques s'offriront à coeur joie le plaisir de la danse et le public ami de la gaieté, assistera au spectacle traditionnel en même temps qu'il rendra hommage à Terpsichore.

LE GENDARME EST BON ENFANT.
Les instructions reçues nos policemen sur l'application formelle du code de la route, semble être exécutés avec vigilance et ce à juste raison.
Notre concitoyen Monsieur M conduisait l'autre jour sa moto et lorsqu'il eu l'idée saugrenue, de maintenir l' allure accélérée, alors qu'il rentrait en ville.
Procès-verbal lui fut dressé pour excès de vitesse.
Le gendarme chargé de cette mission se crut dans l'obligation d'employer des formes voire même une allure hypocrite.
Pour déclarer en fait un motocycliste imprudent que sa prouesse aura son dénouement au tribunal simple de police.
Ce gendarme bon enfant, ferait bien pour la bonne règle et pour la parfaite exécution de ses fonctions d'éviter des discours ou l'ironie lui convient mal.

MANIFESTATION SPORTIVES. Nous donnons ci-dessous un compte rendu sportif des matchs qui ont eu lieu dimanche, sur notre stade. Nous commettrions une grossière omission si nous n'adressions pas de vie félicitations aux dévoués organisateurs de cette belle manifestation sportive.
Nous n'oublions pas non plus la société philharmonique qui a exécuté un concert pendant les matchs.
La municipalité a mis gracieusement la salle des fêtes à la disposition du comité, M. Artus qui a fourni l'éclairage, l'orchestre " l'Infatigable " qui a offert son concours et assuré le succès du bal.
Car il est légitime de faire remarquer qu'un bal, dont l'éclat fut remarquable, clôtura la fête, et enfin tous les dévoués collaborateurs

FOOT BALL ASSOCIATION.
Dimanche se jouait sur le terrain de sport route de la Mahouna le match retour entre la Jeunesse Sportive de Biskra et la Jeunesse Sportive Guelmoise, comptant pour le championnat de promotion.
La foule des grands jours assistait à cette rencontre favorisée par un temps calme.

Stade de football en 1926, qui laissera place au marché aux bestiaux au lieu dit : bab-souk

À 13:30 l'arbitre siffle le coup d'envoi qui échoit l'équipe Guelmoise, les locaux descendent en passes, mais l'arrière de Biskra intercepte et dégagera en touche.
Touche irrégulière du demi-guelmois. Coup franc pour les visiteurs qui descendent, mais le demi Arella arrête et c'est l'extrême gauche qui file sur la touche et centre. Bockler reçoit et envoie par-dessus. Le demi droit Guelmois intercepte son tour sert son aile ; l'extrême passe à Buffet qui botte à côté.
Puis c'est un essai de Vanneau bloqués par le goal biskrit. Les avants Guelmois le gène sérieusement mais il parvient tout de même, à dégager loin et donne l'occasion à l'attaque des visiteurs d'aller inquiéter les bois Guelmois. POGGI arrête et transmet à sa ligne d'attaque qui arrive tout près des bois. Le goal sort pour sauver, mais Bockler qui a suivi, d'un léger coup de tête fait dévier la balle et l'envoi dans les filets, ouvrant le score pour Guelma.
Biskra ne se décourage pas et les avants repartent à l'attaque. Ils se voient chaque fois arrêtés par la défense locale qui bien combiné ne les laisse même à tenter laissai.
La ligne d'attaque Guelmoise régulièrement servi par les arrières Poggi et Azzaro bien secondés par la ligne intermédiaire ne cessent inquiéter le goal des visiteurs qui est mis plus souvent et sérieusement à l'épreuve.
Il se défend bien et se fait applaudir par ces beaux aux arrêts. Toutefois Vanneau sur une passe courte de Pucheux parvient à battre une seconde fois le gardien biskri, malgré un superbe plongeon de ce dernier.
Le but n'est pas accordé. L'arbitre ayant sifflé involontairement à une seconde avant.
Mêlée devant les bois de Biskra sans résultat. Les Guelmois dominent. Leur ligne d'avant descendant tantôt par petites passes à ras de terre, tantôt filant vitesse sur la touche, mais la défense adverse sur les dents, obligeant les avants à se replier.

L'extrême défense des visiteurs plus d'une fois débordée, dégage où elle peut et plusieurs corners sont concédés aux Guelmois, sans que ceux-ci parviennent à ajouter à la marque. La mi-temps est sifflée sur le sur leurs résultats : Guelma 1 Biskra zéro.
A la reprise le jeu change. C'est au tour des visiteur d'aller inquiéter les but de Saïd .
La ligne d'avant semble plus homogène et joue bien mieux qu'à la première mi temps. Cela permet aux arrières locaux de montrer leurs qualités. Pendant plus d'un quart d'heure le jeu se maintient devant le camp Guelmois. Mais les biskris manquent plus d'une occasion d'égaliser mais les essais sont rares et très imprécis. Les Guelmois se ressaisissent et le jeu devient égal. L'extrême gauche de Guelma file sur la touche et centre devant le but. Mais l''arrière dégage mais la balle reprise par le demi gauche est transmise à l'extrême puis passée à Bockler bien placé au centre n'a aucune peine à marquer un second but pour les locaux.
Les biskris nullement découragés font leur possible pour rattraper leur retard mais ils se heurtent à une défense bien décidée à ne et ne parviennent pas à violer les bois Guelmois. La fin est sifflée sur ce résultat : Guelma 2 - Biskra zéro.
Les meilleurs ont gagner.

Biskra possède de bons éléments, mais qui ne fut pas assez homogène. La défense ne sert assez souvent et dégage au petit bonheur. La ligne intermédiaire ne seconda pas suffisamment au moment voulu la ligne d'attaque qui fit de son mieux, mais manqua surtout de décision. Le gardien fit une partie très belle partie et sauva son équipe d'une défaite plus lourde.
À Guelma, qui parait bien au point fit une partie pleine d'entrain, d'un bout à l'autre. Tout furent impersonnel et surent s'effacer. Seul le gardien n'eut pas l'occasion de nous faire connaître sa valeur.
Le jeu fut plaisant et rapide, toujours correcte, l'arbitre bon et impartial. La galerie très sportive applaudit les visiteurs et les locaux.
La Jeunesse Sportive Guelmoise se place par cette victoire parmi les favoris du championnat de promotion.

MATCH
Le deuxième match met au prise l'Association Sportive Souk Ahras et Etendard Club Musulman Guelmois.
La partie est très mouvementée, la balle menée avec précision de part et d'autre.
La ligne d'avant de l'Etendard Club Musulman Guelmois attaque? mais se heurte à une très belle défense de souk Ahras.
La partie et très mouvementée, la balle menée avec précision de part et d'autre
L'Etendard Club Musulman Guelmois joue bien et maintient longtemps son offensive dans les 18 m du camp adverse.
La supériorité de Guelma fut très marquée ; la victoire le couronna justement.
Le résultat est le suivant l'Etendard Club Musulman Guelmois bat l'Association Sportive Souk Ahras par deux à un.
Sont à féliciter Addad goal, Ferchichi, Allouche, Fieschi, Faci, Grari Maadi.

NÉCROLOGIE M. Bascou, chef comptable du domaine Clouet des Pesruches à Medjez Amar, vient de décéder à la suite d'une courte maladie.
Nous adressons nos condoléances attristées aux parents que ce deuil plonge dans l'affliction.

UN MATCH SENSATIONNEL.
Une indiscrétion nous permet d'annoncer qu' un grand match sensationnel sera disputé à Guelma le 21 février prochain.
Les clubs en présences seront la Jeunesse Sportive Guelmoise et le Racing Club Philippevillois actuellement en tête du championnat de division d'honneur. L'équipe première du R. C P arrivera complète, avec l'international Bardot.
Devant cet adversaire la J S G, qui de son côté, compte de belles victoires à son actif, renforcera son équipe, en se dotant de l'arrière réputé Antoine Zuretti.
L'excellent capitaine de l'équipe François Poggi, dont le passé sportif est une garantie indiscutable de ses fonctions, nous promet d'obtenir des prodiges de la JSG.
Cette grande nouvelle va être accueillie avec enthousiasme par les nombreuses sportifs, aussi nous ne doutons pas qu' à foule considérable assistera à cette belle manifestation.

ACCIDENT
Une auto, pilotée par M. Prosper Kalifa dans laquelle avaient pris places M. Kalifa père, M. Rey, directeur du Crédit Lyonnais de Constantine et son fils, se dirigeait vers Guelma, lorsqu'à 300 m environ d'Heliopolis, Boudra Amar qui se trouvait sur la route, fut aveuglé par la présence du véhicule.
Indécis, il se dirigea à droite, puis à gauche. Le chauffeur risqua la catastrophe pour éviter le piéton ; malheureusement les circonstances lui furent défavorables. L'auto heurta Boudra Amar avec le capot.
Les voyageurs ont été gravement contusionnés, mais leur état n'inspire aucune inquiétude.
M Boudra Amar a succombé à ses blessures.
Combien d'automobilistes sont victimes de l'ignorance de ces campagnards qui circulent naïvement sur la route ! Si leur coreligionnaires pouvait être informés de cet accident, ce serait une excellente mais bien triste leçon.
Nous adressons nos souhaits de prompts rétablissements aux infortunés voyageurs.

A VENDRE LE RESTAURANT DU MARCHÉ place st Cyprien: S'adresser sur place, à M Pergeant Georges à Guelma

A LOUER : Hors de la ville près de la gare

MAISON 3 grandes pièces, quatre petites cours bien fermées, écuries, et 3 ha environ, de bonne terre, s'adresser au bureau du journal.

RECLAME
GRAND HOTEL place Saint Augustin Guelma. Jules Toussouriere, chef cuisinier. Propriétaire. cuisine de première ordre.

SOLDE SUR TOUS LES ARTICLE D'HIVER, rabais importants Au Bon Marché Loufrani place st Cyprien Guelma.

PEINTURES Transformez et embellissez votre salon, salle à manger, chambre à coucher, vestibule avec les "Superbes Papiers" les plus variés. Pour renseignements et devis s'adresser à un Joseph Azzaro entrepreneur de peinture.

MAJESTIC GARAGER.DOURNAC rue saint Ferdinand Guelma, agence exclusive des automobiles De Dion Bouton, Hispano Suiza, Hotsckich, Rocher-Schneider

AGRICULTURE: Super phosphates, HENRI BRANDE dépositaire

Nous vous prions d'excuser les coquilles, ou fautes non corrigées survenues dans nos textes. Par manque de temps, nous appliquons le "copier-coller" sans corrections préalables. De même nous avons exclu les articles de politique générale, nous consacrant exclusivement aux nouvelles de Guelma et de la région. Nous vous remercions pour votre compréhension, Le webmaster Gilles Martinez

Site internet GUELMA FRANCE