10 octobre 1927

ORGANE INDÉPENDANT RADICAL SOCIALISTE PARAISSANT LE LUNDI
Jean LABIANCA Directeur, Rue Sainte-Hélène
LUNDI 10 OCTOBRE 1927

TRIBUNE LIBRE
LE PROBLÈME MONÉTAIRE
La question monétaire continue apparemment de préoccuper certains milieux
Financiers et économiques, où l'on ne cesse c réclamer la stabilisation légale du franc.
Il est certain, que, techniquement, cet opération serait aujourd'hui possible, voir aisée, depuis un an, la Banque de France a accumulé une quantité d'or et de devise étrangères qui représente approximative ment un milliard de dollars, soit un montant au moins égal à celui de son encaisse métallique, proprement dite. Son stock d'or et de change se trouve par conséquent doublé ; nul doute qu'avec une masse de réserves aussi imposante la fixité du franc au niveau actuel ne puisse être assurée, en tout état de cause, pendant une période relativement longue.
Au surplus, les demandes de francs sur le marché des changes qui faciliterait encore, dans la situation présenté, la tâche de l'institut l'émission. Il ne suffit pas que la stabilisation soit techniquement réalisable; il faut, de plus, que la stabilité légalement consacrée apparaisse à l'abri de toute atteinte à l'avenir. Les réserves de devises, quelque considérables qu'elles soient, peuvent s'épuiser aussi vite qu'elles, ont été constituées.
Et pour peu que l'ancienne encaisse menaçât d'être entamée, les pouvoirs publics se verraient moralement contraints de rétablir le cours forcé ; l'on reviendrait ainsi au régime dû papier-monnaie dans des conditions nettement empirées.
La stabilité politique ne se trouve de nouveau compromise, l'éventualité d'embarras tels que le Trésor les connut avant l'avènement du ministère actuel parait donc écartée…
Notre balance extérieure que de troubles d'ordre politique, en raison du nouvel exode des capitaux qui.ne manquerait pas de s'ensuivre.
En troisième lieu, avons-nous dit, il faut que la Banque de France possède le contrôle effectif des billets émis par elle. Pour cela, il est nécessaire que ces billets aient pour contrepartie à peu près exclusif des actifs immédiatement ou rapidement réalisables, c'est-à-dire de l'or, des devises étrangères, des effets de commerce et - dans l une proportion modérée - des avances sur titres. C'est seulement à cette condition r que l'institut d'émission est maitre ie retirer en cas de besoin les instruments d'échange qui se trouveraient en excédent sur le marché et de faire fonctionner normalement le taux de l'intérêt, élément régulateur des mouvements de capitaux

LES NATURALISATIONS
Les intéressés ne doivent pas payer les droits de Sceau
Des droits de sceau, parfois assez élevés, ont été dernièrement réclamés par la Chancellerie à plusieurs, étrangers habitant l'Algérie et sollicitant la naturalisation.
Dès qu'ils ont eu connaissance de ces demandes de droits. MM. Fiori et Mallarmé ont protesté auprès du Ministre de la Justice Ils ont fait observer que la loi du 10 août 1927 sur la nationalité avait eu pour but de favoriser les naturalisations et qu'il était inadmissible qu'on appliquât à celles ci, en Algérie des droits qui rendent plus difficile l'accessibilité à la nationalité française. Ces demandes de droits sont évidemment contraires à l'esprit de la loi.
Le Ministre de la Justice a donné immédiatement donné l'ordre de suspendre toutes les demandes de paiement en cours. D'autre part, il a-fait étudier la question par ses services, qui sont favorables à l'exonération de tout droit de chancellerie pour les naturalisations en Algérie.
La question est actuellement soumise au ministre des Finances.

NOUVELLE LOCALE
Sport
Nos sportmans de la Jeunesse Sportive Guelmoise sont partis pour Philippeville où ils rencontreront en match amical l'équipe à la "Jeunesse Sportive Philippevilloise ", finaliste, la saison dernière en-division d'honneur.
C'est un rude adversaire que rencontrera notre Club pour ses débuts.

CARNET ROSE
Madame Monsieur Lucien Japavaire, professeur de musique, sont les heureux parents d'une charmante fillette qui a reçu le prénom de Simone .Tous nos compliments.

FIANCAILLES
Nous apprenons avec un réel plaisir les fiançailles de Mademoiselle Berthe Tobiana directrice à l'École maternelle de Jemmapes avec notre sympathique concitoyen Gaston Attal patron bourrelier.
Nos sincères compliments aux familles et nos meilleurs souhaits aux nouveaux fiancés,

BIENVENUES.
M. Pulicani Greffier au Tribunal civil nommé en remplacement de M. Ricard, est parmi nous.
" M ". travail, détaché à la Sous-préfecture en remplacement de M. Permasse a rejoint son poste.
Nous leur adressons nos meilleurs souhaits de bienvenue
.

LIGUE DES FAMILLES NOMBREUSES
Section de Guelma
Le Président à l'honneur de faire connaître aux ligueurs qu'une remise de 28.% est accordée pour les fournitures scolaires qui se sont livrées sur commande à l'ancienne Papeterie Nataf, actuellement tenue par M. Armand Krief.
Les personnes, désireuses de profiter de cette remisé devront se présenter au bureau de la ligue où il leur sera délivré un bon par la permanence tous les jours de 5 h. à 6 h. sauf les jours fériés.
Le Président signe ; BRANDE

ACCIDENT MORTEL
Nous avons appris avec tristesse le décès de Monsieur Maraval père survenu accidentellement dans la soirée de Vendredi.
M. Maraval était monté sur un noyer pour cueillir les derniers fruits qui s'y trouvaient malheureusement il perdit l'équilibre et vint s'écraser sur le sol.
Malgré tous les soins qui lui furent prodigués immédiatement M. Maraval expirait quelques heures après.
Que les familles éprouvées par ce deuil cruel vaillent bien trouver ici l'expression de nos sincères condoléances.

CHASSE RESERVÉE
La chasse est réservée sur toutes les propriétés des Frères BEZZINA y compris l'ancienne ferme: THIBAULT à la MAHOUNA
Des gardes assermentés verbaliseront

FÊTE TRAGIQUE
GUELAAT BOU SBAH
Mercredi des indigènes en fête décidèrent de terminer la soirée par une fantasia et pour ce faire se rendirent sur un terrain appartenant au Maire du village. Plusieurs coups de feu à blanc furent tirés. Puis les munitions faisant défaut, le dénommé Zitouni Mahmoud s'empara d'un fusil qu'il arma. Il tira un premier coup à chevrotines sur son propre frère dont la gandourah fut transpercée sans que toutefois ce dernier fut atteint, se retournant alors vers le dénommé Kermouch Embàrk qu'il blessa d'une balle à la hanche.
Les docteurs n'ont pu se-prononcer sur état du blessé.
Le meurtrier qui a été arrêté a nié énergiquement, et malgré, les témoignages (trop précis peut-être) il a été relaxé.
On se perd en conjectures sur les motifs de ce drame

ETUDE DE MAÎTRE MICHAUT
Notaire à Guelma
Vente de fonds de Commerce
Suivant acte reçu par Maître Michaut notaire à Guelma, les 29 et 50 Septembre 1927, enregistré à Guelma le 6 octobre 1927, folio j, case 8 aux droits de Six cent quatre vingt seize francs cinquante centimes par M. le Receveur Mas.
Madame Quiot (Zulma Alphonsine) sans profession, veuve non remariée de M Etienne Richardot demeurant à Guelma.
Madame Richardot Germaine Alphonsine, sans profession, épouse de M, Dabéziés René, Maréchal des Logis d artillerie, avec lequel elle demeure à Constantine
Monsieur Richardot Aimé Edouard, cultivateur demeurant à Guelma.
Et Mademoiselle Richardot Julienne sans profession demeurant à Guelma, ont vendu ; à M Koch François commerçant et propriétaire à Guelma demeurant à Guelma, le fond de commerce de buvette et épicerie exploité par M Etienne Richardot et qu'ensuite les vendeurs exploitaient à Guelma â l'angle des rues de Carthage et Jugurtha, comprenant, le nom commercial où enseigne la clientèle y attachée, l'achalandage les marchandises en magasin et les différends objets mobiliers et le matériel servant â son exploitation.
Les oppositions s'il y a lieu, devront être faites à M Koch acquéreur dans les 20 jours de la seconde insertion et seront reçues a GUELMA en l'étude de M Michaut notaire, rue de Carthage.
Pour insertion Signé-MICHAUT

VENTE
MAAMERI MOHAMED BEN MOHAMED propriétaire demeurant à Ain Beida. Colicitant, ayant pour avoué constitué M- GEORGES SOREL
Il sera procédé LE MARDI HUIT NOVEMBRE MIL NEUF CENT VINGT SEPT à huit' heures du matin à l'audience des criées du Tribunal civil de première instance de Guelma séant au palais de justice de la dite ville Rue Sadi-Carnot à.la vente aux enchères publiques sur citation au plus offrant et dernier enrichisseur D'un seul lot, des immeubles ci après désignés.
Désignation des biens
A VENDRE LOT UNIQUE
PREMIEREMENT
Une parcelle de terre de culture appelée El Gabel sise au douar El Guessah, commune mixte d'Oum-BOUAGHI, de la contenance totale, de trois hectares,, onze ares, portant au plan le numéro; cinq, et ayant pour limites celles indiquées au dit plan, ci.. 3 ha. 11 a
DEUXIÈMEMENT
Une parcelle de culture appelée Essatha sise au même lieu que ci-dessus, de la contenance totale de dix hectares seize ares portant au plan, le numéro dix, et ayant pour limites celles indiquées au dit plan, ci .. 10 ha. 16a.
Total 13 ha. 27 a.
Mise à prix

Outre les charges, clauses et conditions insérées au cahier des charges^ les enchères seront reçues sur la mise à prix de DEUX MILLE FRANCS fixée parle jugement du vingt huit juillet mil neuf cent vingt, sept sus-énoncé.
PURGE
Il est en outre déclaré conformément à l'article six cent quatre vingt seize-du code dé procédure civile que tous ceux du chef desquels il pourrait être pris inscription pour cause d'hypothèques légales, devront requérir celle inscription avant la transcription du jugement d'adjudication.
Fait et rédigé par l'avoué soussigné à Guelma le octobre mil neuf cent vingt sept.
Pour insertion, Signé : A, D. PRUNETTI Enregistré à Guelma, le octobre mil neuf cent vingt sept, folio case reçu : trois francs.
Le Receveur, Signé .BECK.
Pour tous renseignements s'adresser à :
1° M PRUNETTI, avoué poursuivant.
. 2" M SOREL, avoué colicitant.
3° Et au greffe du tribunal civil de Guelma où le cahier des charges est déposé.

SURDITÉ
Un spécialiste sera à votre disposition au café TOUSSOURIERE, LE 15 OCTOBRE 1927

Site internet GUELMA-FRANCE