SITE INTERNET DU COLLECTIF DES GUELMOIS

GUELMA-FRANCE

                  Chers compatriotes et amis

                L'INTERNET, c'est le média absolu de ce siècle.

              Avec son accroissement et le nombre de connectés à travers le monde, qui n'a de cesse de se développer de façon exponentielle, Internet nous donne la possibilité de nous exprimer et de raconter notre histoire, celle des Français d'Algérie.
 
               Notre histoire, elle débute pour Bône le 14 septembre 1831 et pour Guelma lors de l'échec de la prise de Constantine en 1836.

             Les documents qui nous intéressent ce sont les débuts de la colonisation, les affres et les souffrances des émigrants, les photos, les joies et l'aboutissement des efforts de nos pionniers (1836-1930)

              Notre site INTERNET est le reflet de la vie des gens de chez nous (où l'humour n'est pas exclu). Il est une matière vivante qui ne demande qu'à évoluer.

             Nous proposons des pages intéressantes et renouvelées sans cesse en recherchant systématiquement des sujets suceptibles d'attirer sur notre site des internautes de France et d'ailleurs.

                Si notre site, qui couvre les villes et villages du département de Bône, vous intéresse, votre aide nous sera précieuse. Votre collaboration se matérialisera par vos souvenirs et vos écrits (nouvelles, livres, essais, oeuvres graphiques etc.).
 

                               Vos textes seront transcrits dans leur intégralité. Votre signature ou vos références, apparaîtront sur chacune de vos pages web. Les photos et cartes postales (accompagnant les textes (1)) seront scannées dès leur réception et retournées sous les 48 heures.

                Cette aventure dans le monde de l'information à l'échelle planétaire devrait vous tenter, www.piednoir.net/guelma/ fera découvrir 'le' Guelma et sa région que vous ignorez (peut-être), la genèse des villes et villages de l'Est algérien depuis chez vous.

                Si vous avez des questions à nous poser par e-mail, : guelma-collectif@orange.fr
n'hésitez pas, nous serons ravis de vous répondre.

Le web master du collectif
G M

(1) Le collectif Guelma-France se réserve le droit du choix de vos écrits. Ceux retenus paraîtront sous votre entière responsabilité.


Dear fellow countrymen and friends,

              The Internet is the absolute media of this century. Through its growth and the ever increasing number of people being connected all over the world, the Internet gives us the means of speaking out and telling our history, i.e. that of the Algerian French.

             Our history starts from September 14, 1831 in Bône, and as for Guelma it starts from the unsuccessful attempt at taking the citadel city of Constantine in 1836.

             The documents we are interested in for that period from 1836 to the 1930s are those of the early days of the French settlement, showing the pains and sufferings of the emigrants, or photographs showing the joys and achievements of the pioneers' efforts.

             Our Internet site is a reflection of the everyday life of our people, and humor is welcome.

             We already offer interesting documents regularly updated through a systematic research for fresh subjects likely to draw cybernauts whether from France or Algeria or elsewhere. If you are interested in our site - which covers the towns and villages of the Département de Bône - be assured that your help will be precious to us. You are welcome to collaborate by sharing your memories and your writings, whether stories, books, essays, paintings, or any other form of contribution. Your texts shall be published complete and unabridged ; your signature and web address will be displayed on each of your Web pages ; the photos or postcards sent along with the printed documents will be scanned and mailed back within 48 hours.

             Should this adventure in the world of global IT be of interest to you, http://www.piednoir.net/guelma/
will help you discover aspects of Guelma and the region around it which might have been unknown to you yet, and the making of the French towns and villages of the eastern part of Algeria - all that from your home computer.

Any question ? Feel free to ask !
Guelma-collectif@orange.fr
We shall be delighted to post an answer.

Traduction Henri Lunardelli



SITUATION GEOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE


            Située à 64 km au sud de Bône et à 114 à l'Est de Constantine, la ville est couchée sur les pentes septentrionales du djebel Mahouna et arrosée, dans la plaine, par l'oued Seybouse. Les ruines de Guelma furent découvertes le 10 novembre 1836 par les troupes du maréchal Clauzel lors de la première tentative de conquête de Constantine. Elles étaient totalement inhabitées, abandonnées, couvertes de ronces et d'épineux depuis 7 siècles. Elles furent occupées définitivement le 12 décembre 1836.
              Sous l'impulsion française, en 1848 la ville commence à renaître de ses ruines et en 1843 apparaît le premier plan d'urbanisme. L'armée recense 200 colons en 1844. En 1845 la ville s'organise, tracé et nivellement des rues, distribution de l'eau, début de la construction d'une église, d'une école, de lavoirs publics et de la pépinière le recensement dénombre 540 habitants.
              En 1847 on compte 950 personnes dont 203 juifs et musulmans. Avec l'arrivée des chalands de 1848 des ouvriers spécialisés s'activent pour construire une ville mais en 1849, l'année du choléra, il meurt plus de colons que de nouveaux arrivants. En 1854 l'organisation militaire cède la place à l'administration civile et en 1858 création d'un réseau d'eau potable et de rejet des égouts à partit des tracés romains.
              En 1866 la presse fait son apparition dans l'édition du premier journal " La Mahouna ". En 1873, Monsieur Chautard est élu maire de la citée, il le sera encore en 1874, 1881, et en 1896. Le théâtre municipal embellit la ville en 1880.
              En 1882 créations des centres de Communes Mixtes, en 1885 la Banque Agricole de Guelma ouvre ses portes et en 1886 Pierre Poggi est élu maire .
              En 1888 naissance du comité des fêtes et en 1989 les vins et les huiles de la région se distinguent à l'Exposition Universelle de Paris. 1891 des vols considérables de sauterelles annihilent les récoltes. En1892 électrification de la ville.
              La sous préfecture prend sa place en 1896 et d'autres journaux sont édités : Le Petit Guelmois, Les Echos, Le Progrès, La Numidie. L'Avenir de Guelma.
              Le président de la république Emile Loubet visite la cité en 1903 première Foire Exposition.
              En 1908 le maire Emile Mas organise les fêtes de Calama.
              En 1912 C. Joly est élu maire de la ville succédant à monsieur Louis Panisse.
              La guerre de 1914-1918 mobilise les enfants d'Algérie comme en 1854-1856 (guerre de Crimée), la campagne d'Italie (1859), l'expédition de Chine (1860), du Mexique (1861-1867), et ces coloniaux tombent pour défendre l'idéal français.
              En 1923 inauguration du monument aux morts.
              En 1927 Monsieur Cotoni est le nouveau maire qui reçoit en 1930 Gaston Doumergue, président de la république.
              En 1934 construction des Docks de stockage des céréales, en 1936 démolition des remparts 1939-1945 la France entre en guerre et mobilise une fois encore les algériens qui se retrouvent en premières lignes.
              Le 8 mai 1945 sonne la fin des hostilités. La France retrouve la Paix. Pour nous à Guelma, c'est le massacre des innocents, journaliers, commerçants, chauffeurs de car, paysans dans leurs champs, fonctionnaires isolés, postiers, livreurs, bref des gens politiquement sans importances, sans défenses et totalement surpris de la violence des manifestations anti françaises sont assassinés.
              Le livre "Il était une fois Guelma" rend compte, partiellement, des exactions commises dans la région.
              La suite,….1962 l'indépendance, le choix entre la valise ou le cercueil prôné par le FLN. L'exode, la douleur de partir de son pays, de se couper de ses racines, l'arrivée et l'accueil de la France restent de douloureuses plaies qui ne se cicatriseront que lorsque les acteurs de cette tragédie auront disparus et que, sans passion, les Historiens analyseront la colonisation de l'Algérie.
              C'était notre ville, elle fut Malaca la Punique, puis Calama sous Rome, chrétienne jusqu'en vers l'an 604, rasée par les guerres successives et deux séismes, demeurera en ruines jusqu'à l'arrivée des troupes françaises en 1836, avant de devenir :

GUELMA