LE TRANSSAHARIEN...... UN RÊVE UTOPIQUE D'ETUDIANTS

Les quelques notes mises au bas des pages de ces récits ont des réponses aux pourquoi de leur curiosité éveillée.

En voici une dernière.
"Monsieur, est-ce qu'on pourrait faire un transsaharien?" me dit, en allant vers Biskra, un de mes compagnons.
-" Oui, puisque les Russes ont fait le transcaspien travers 12 à 15oo km. de désert, après avoir étudié sur place notre ligne de Saïda à Colomb-Béchar; puisqu'ils ont jeté le transsibérien (7000kilomètres)à travers les vastes solitudes boisées et glacées de la Sibérie; puisque les Américains ont franchie en cinq ou six endroits différents l'immense plateau désert ou neigeux des Rocheuses( 2000 kilomètres),couvert de chaînes plus hautes que les Alpes; puisque les Anglais construisent avec ardeur et célérité le transcontinental africain du Caire au Gap (8000^kilomètres) à travers des marais,des monts, des forêts et des déserts hostiles ou très insalubres.

Les ingénieurs ne connaissent plus d'obstacles insurmontables. Oui, on le pourrait. Et de plus, nous devrions construire le transsaharien au plusvite,car ceserait une des oeuvres les plus grandes et les plus profitables que la France ait jamais faites pour elle."

Et nous voilà à examiner, le crayon en main,les divers tracés possibles pour aller de nos belles colonies nord-africaines au Soudan français si vaste et bien plus riche encore le coût probable de la ligne: 3 à 350 millions au plus, puisqu'on n'aurait point à payer le terrain, les avantages enfin décotte simple et pourtant grandiose entreprise qui pourrait être terminée en 3 ans tout au plus

-Et nous concluons que le tracé Oran, Golomb-Bechar, Lagouat et Tombouctou dont 650 kilomètres ont déjà construis, donc tout le parcours est aujourd'hui parfaitement connu, pacifié,relevé minutieusement par nos officiers, professeurs,savants,voyageurs en ces dix dernières années, est le plus avantageux, le plus facile aussi.

C'est sans doute une des raisons pour les quelles l'action de l'Allemagne se montre si active et si hostile maintenant au Maroc,contre nous; elle va non seulement nous mettre une pointe au flanc en Algérie, gêner notre essor, mais se réserver une route vers le Soudan pour un avenir plus ou moins prochain.

Ce calcul est à longue portée,mais il existe: amener les produits du Soudan central,-ou plutôt les y ramener,car ils y venaient jusqu'en 1885 par les caravanes marocaines- au Maroc où les prendraient en passant les Compagnies de navigation allemandes faisant escale à Tanger devenu port allemand.

Ce problème géographique, politique et commercial se résout, par la simple inspection de la carte et l'étude des éléments africains de la question, aussi aisément qu'un simple problème dogmathématiques. La route soudano-marocaine aux mains des Allemands, même indirectement,serait un des plus gros affluents commerciaux des courants maritimes qui aboutissent à Hambourg par l'Atlantique sud et la Méditerranée.

Les avantages énormes de la créationde la ligne transsaharienne frappent immédiatement l'esprit même des moins avertis:
1er : Elle mettrait Paris à 5 jours de Tombouctou et de la vallée du Niger;
2" en cas de guerre elle permettrait, si la mer n'était plus libre sur l'Océan, les communications entre les deux colonies,et la défense du Soudan parl'Algérie ou réciproquement. Grâce à la réunion possible et prompte des contingents noirs et algériens,le danger germano-marocain serait paralysé ou annihilé aisément,et il serait facile de trouver là au besoin d'inépuisables réserves d'hommes pour la métropole. Le transsaharien serait donc d'abord militaire comme l'a été le transcaspien;
les Algériens, gens hardis, entreprenants, se porteraient volontiers au Soudan, double profit: cet exode décongestionnerait l'Algérie dont la population s'accroît très vite et où les terres de colonisation vont manquer bientôt;
-les produits tropicaux afflueraient en masse en quelques années sur cette, voie qui deviendrait notre chemin du colon.
Quel essor en 20 ans de notre empire africain du nord et del'ouest

Le transsaharien serait la barre d'acier, la soudure qui le rendrait intangible et prospère
le transsaharien prolongé par le transsoudanien en voie d'exécution, et aboutissante Dakar ou à Konakry, nous mettrait à 12 jours de l'Amérique du Sud; et les voyageurs pressés afflueraient sur cette route plus rapide vers Rio, Buenos-Ayres, ou même le Gap.
5" Enfin cela forcerait les Français, inattentifs à leurs intérêts ou trop lents à bien faire, à rendre le Rhône navigable de Lyon à la mer, ce qui donnerait en 3o ans, à Marseillet à Lyon, un million d'habitants,et en ferait des emporia de premier ordre, pareils à Hambourg, à Rotterdam,à Rûhrort, à Dûsseldorf,à Cologne,etc.;

Car la vallée du Rhône, ouverte sur la mer au sud, est une des grandes voies naturelles du mondede depuis l'antiquité, cela saute aux yeux.
- Outre la Méditerranée entière qui redevient si active,trois prodigieux courants commerciaux aboutiraient au Rhône: par l Isthme de Suez: c'esttout l'Orient arrivant cinq à six jours plustôt que par Hambourg ou le Rhin dans la région la plus peuplée,la plus active et la plus riche du monde: l'Europe centrale et occidentale; par le détroitde Gibraltar: c'est toute l'Amérique centrale et méridionale avec l'apport prochain du Pacifique par Panama; 3° par le transsaharien, racine profonde enfoncée au coeur de l'Afrique occidentale,vrai pivot du système.

La France entière verrait se produire chez elle en moins d'un demi-siècle un tel mouvement,et si intense, de vie économique de Marseille à Lille,à Givet, à Belforte et à Genève que tout serait renouvelé chez nous,et qu'il faudrait au plus vite élargir canaux ou fleuves déjà navigables comme la Seine,la Marne,la Meuse, mais encore rendre la Loire praticable, et créer enfin ce canal maritime du Midi qui ne se fera jamais sans cela, parce qu'un non-sens,isolé.
Notre marine marchande,notre population aussi se relèveraient du coup. Sans phrases sentimentales et vaines, ce serait pour nous la résurrection, puis la réalisation immédiate de ce rêve:
l'union des peuples de race latine dont Marseille serait le premier centre économique, dont le Rhône serait,avec ses branches reverdies (Loire,Seine,etc.),

.Nous pourrions alors et sans crainte soutenir ou défier toute concurrence; et il en coûterait un milliard à peine: 5oo pour le Rhône, 3oo pour le transsaharien, autant pour le reste

.Au prix où sont les capitaux, ce n'est là qu'une bagatelle pour nous.

Voilà le programme de demain pour la génération d'aujourd'hui. Quelle vision d'avenir pacifique et de puissance illimitée pour nous

Leroy, nos fils et nos filles en voyage (1856)

Site Internet GUELMA-FRANCE