THOMSON. Thomson (Gaston-Arnold-Marie),

Député de Constantine, né à Oran le 29 janvier 1848, était rédacteur à la République française depuis 1873, lorsqu’il fut élu député de Constantine (en remplacement d’Alexis Lambert décédé) le 22 avril 1877, sous le patronage de Gambetta, dont il avait été le secrétaire et dont il resta un des plus intimes amis.
Le grand orateur avait pour M. Thomson une considération dont celui-ci se montre justement fier.
Il fit partie quelques semaines plus tard des 363 qui refusèrent leur confiance au ministère de Broglie, et fut réélu le 14 octobre par 6,497 suffrages.
Il se fit inscrire au groupe de l’Union républicaine.
Aux élections du 21 août 1881, le département de Constantine ayant désormais deux députés à élire au lieu d’un, M. Gaston Thomson fut élu dans les deux circonscriptions
dans la première, par 2,805 voix sur 4,699 votants; dans la seconde, par 2,784 sur 4,647.
Il opta pour la seconde, retourna à la Chambre et fit partie de commissions très importantes, notamment de celle du budget.
Il prononça aussi des discours très remarqués sur l’Algérie.
Le 4 octobre 1885, il a été réélu, le premier sur deux, par 6,213 voix sur 11,918 votants.
M. Gaston Thomson, aujourd’hui le doyen de la députation algérienne, a pris une haute situation à la Chambre; il est très considéré et a toute l’importance d’un chef de groupe.
Il n’a tenu qu’à lui d’être sous-secrétaire d’État et il est regardé comme un futur ministre.
C’est celui qui par ses influences personnelles peut rendre le plus de services à la colonie, — et la liste est longue de ceux qu’il lui a rendus depuis les douze années qu’il la représente.
Enfant de l’Algérie, il est un de ses plus dignes, un de ceux qui lui font le plus d’honneur.

Et il n’a que quarante ans ! Son frère, M. Charles Thomson, né également à Oran, a été rédacteur de l’Akhbar pendant quelques années sous l’Empire, puis successivement préfet de la Drôme, du Doubs, gouverneur de la Cochinchine.
Il est actuellement ambassadeur de France à Stockholm.

Documents particuliers. — Indépendant de Constantine. — Biographie
>

Site Internet GUELMA-FRANCE