LES NÉGRIERS ARABES

'Les Arabes ont razzié l'Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption'.

La plupart des millions d'hommes qu'ils ont déportés ont presque tous disparu du fait des traitements inhumains.

Cette douloureuse page de l'histoire des peuples noirs n'est apparemment pas définitivement refermée. La traite négrière a commencé lorsque l'émir et général arabe Abdallah ben Saïd a imposé aux Soudanais un 'Bakht' (accord), conclu en 652, les obligeant à livrer annuellement des centaines d'esclaves.

La majorité de ces hommes était prélevée sur les populations du Darfour. Et ce fut le point de départ d'une énorme ponction humaine qui devait s'arrêter officiellement au début du XXe siècle.'

La critique [evene] par Thomas Yadan

Le travail de l'anthropologue et économiste Tidiane N'Diaye se définit par un projet clair et précis : réécrire avec objectivité et sans complaisance l'histoire négro-africaine. Tragédie des traites transatlantiques et arabo-musulmanes, des diasporas, grandeur de l'empire éthiopien, ghanéen ou malien, héroïsme des révoltes (les marrons), 'L'Eclipse des Dieux', son livre précédent, était un condensé d'une histoire des peuples noirs falsifiée ou oubliée. Avec 'Le Génocide voilé', l'essayiste se focalise sur le sujet à la fois tabou et polémique que représente la razzia de l'Afrique subsaharienne par les Arabes sous la forme d'un commerce violent et d'un génocide méconnu. Lui-même noir, musulman et chercheur, N'Diaye a su transcender le pathos masochiste occidental et éviter les concessions filiales pour dresser un constat accablant à partir d'une enquête sérieuse et documentée. Loin de se contenter de comparer la traite occidentale à celle évoquée dans ce livre, il préfère témoigner de cette amnésie tout en tentant d'en expliquer les causes. Ainsi, c'est avec courage et sincérité qu'il confirme la persistance de l'esclavagisme dans certaines régions, qu'il interprète, par exemple, le conflit du Darfour de ses précieuses informations, qu'il dénonce la brutalité passée et inavouée du prosélytisme islamique envers les populations africaines, qu'il objective, enfin, la volonté actuelle de "voiler" ce génocide.

L'intérêt de ce livre réside également dans l'absence de ressentiment ou d'idéologie au profit d'un souci évident de réhabilitation historique et d'une justesse des affirmations. Un livre étonnant, exaltant - paradoxalement passé inaperçu - mais qui a l'avantage d'éclairer le passé pour mieux appréhender le présent et investir l'avenir d'un regard neuf et lucide, sans volonté de nuire ou d'opposer.

Morceau choisi
Les négriers acheminaient leurs 'proies' vers le monde arabo-musulman, par milliers de caravanes via les déserts du Sahara. Cette traversée se faisait avec des dromadaires et nécessitait une parfaite connaissance des ressources naturelles de cette immensité. On y trouve certes des points d'eau et des puits en nombre suffisant pour des caravanes commerciales.

Mais pour les transports de captifs l'épreuve était des plus horribles. Elle nécessitait une escale pour rafraîchir ces malheureux, qu'ils recouvrent des forces, une mine présentable, et puissent être vendus au meilleur prix.

Ceux-là étaient des rescapés, car nombreuses étaient les caravanes qui disparaissaient englouties par le désert avant d'arriver au pays des Berbères. Les redoutables tempêtes de sable, l'écart thermique entre le jour et la nuit, les milliers de kilomètres parcourus à pieds et les fréquentes attaques des pillards faisaient des ravages parmi ces caravanes et causaient une forte mortalité chez ces captifs.

Extrait du livre de Tidiane N'Diaye

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE