GUY LAMOUROUX
UN HÉROS DE LA GUERRE D'ALGÉRIE

Le lieutenant Guy Lamouroux repose désormais, loin de sa terre natale, dans le carré militaire du village de saint Egrève (Isère), où lui furent rendu les honneurs militaires.
Son nom est inscrit à jamais sur une plaque du monument aux morts


Emouvantes obsèques du lieutenant Guy LAMOUROUX (4), mort pour la France, le 30 mai 1961.
Le lieutenant Guy Lamouroux et deux sous-officiers de la même unité ont été tués sur le coup par l'explosion d'une mine posée par les hors-la-loi.
Leurs obsèques ont eu lieu en présence des autorités civiles et militaires.
Après que l'aumônier militaire ait bénit les corps, le chef de bataillon dit un dernier adieu au lieutenant Guy Lamouroux.

"Vous qui depuis cinq années parcouriez l'Edough en seigneur de la guerre dit-il, vous ne deviez pas mourir quand les combats ont cessé, tué par l'explosion d'une mine, quelle fatalité. L'adversaire qui vous redoutait vous connaissant bien n'a pas osé vous aborder en face.
Votre franchise n'était pas à sa mesure. Dans la période actuelle il s'est diminué pour vous atteindre. Le crime et la lâcheté ne paient pas. Un sort aveugle vous a choisi avec vos deux sous-officiers.
Votre disparition laisse parmi nous un grand vide.
Vous commandiez le Commando 146 - votre unité - Il s'identifiait à votre personne devenant le commando Lamouroux. Par votre magnifique exemple, par votre âme de chef et d'entraîneur d'hommes, vous lui aviez communiqué votre dynamisme, votre volonté d'aller toujours plus loin dans l'effort, votre confiance. Comme vous étiez suivi et admiré par tous les sous-officiers et soldats musulmans et européens que vous commandiez, à tout moment vous pouviez compter sur leur entier dévouement. Mardi soir, je les ai vu pleurer, ici autour de vous, leur peine est immense.
"Six années dans l'armée et une fin tragique met un terme à votre glorieuse carrière. Appelé à l'activité le 6 novembre 1956, vous étiez nommé aspirant le 1er novembre 1957, sous-lieutenant le 15 octobre 1957, lieutenant le 15 octobre 1959. Vous aviez pris la décision de rester parmi nous, l'armée vous apportait le champ d'action que réclamaient votre tempérament et la noblesse de vos sentiments. Servir avec désintéressement, abnégation, sacrifice vous aviez tout accepté, totalement dévoué à la cause que vous défendiez - vous aviez trouvé votre vocation.
"Cinq citations à l'ordre de la brigade, de la division, du corps d'armée témoignaient de votre courage. Toutes font état de votre calme, de votre maîtrise au combat toujours à la tête de votre commando, une grave blessure reçue le 19 mai 1959 n'avait pas diminué votre ardeur. Par décret du 12 août 1959, le lieutenant Lamouroux était nommé au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur.

"Vous, ses chers parents qu'il adorait, je sais que toute consolation est vaine dans ce deuil cruel qui vous frappe. Je demande à Dieu qu'il vous donne la force de supporter cette terrible épreuve. Nous ses camarades du 83ème Régiment d'Infanterie de Marine, soldats et harkis, nous communions avec vous dans la douleur et le chagrin. Nous garderons précieusement le souvenir du lieutenant Lamouroux, homme de grand cœur et officier prestigieux.
"A sa famille, je vous associe Mademoiselle, vous qui deviez partager sa vie, je ne vous dirai qu'un mot simple et humain à l'image de votre fiancé : vous aviez bien choisi.
"Lieutenant Lamouroux, au nom du 83ème R.IMa, de tous vos camarades, des harkis, je vous dis adieu. Il est des sacrifices qui ne sont pas vains".

NDLR : Le corps du lieutenant Lamouroux a été transféré et inhumé en terre française en avril 1963 à la demande de son frère Robert.

s
, Hommage rendu à Bône par le colonel Carle

Sur le livre dédicacé par le général FAURE, il est écrit;

Monsieur Robert Lamouroux
En souvenir de son frère que j'ai longuement évoqué dans les pages sur le secteur de Bône, car il était parmi les meilleurs, parmi les plus décidés à faire le sacrifice de sa vie pour une cause qu'il estimait juste..et qui l'était
le 4 aout 1980

NOTE DE L'EDITEUR
l'auteur s'est trouvé au coeur du drame des Pieds-Noirs et de l'Avenir énergetique de la France
Le livre est écrit par René Laure, ancien colonel commandant le secteur de Bône 1959-1960, Edition Odil; 40 rue du Fer à Moulin 75005 Paris

Avec l'aimable autorisation de Robert Lamouroux, époux de Jocelyne née Ménard Julien

Site Internet GUELMA-FRANCE