PROJET DE COLONISATION DE
L'ALGÉRIE
-
Par J.P Kremer créateur de la pépinière de Guelma

Les hommes détenus dans les prisons en France, ainsi que ceux qui doivent être transportés hors du territoire français, coûtent beaucoup à l'Etat, et ne sont d'aucune utilité pour leurs familles; ce sont des parasites de la société. Les employer à la colonisation de l'Algérie, serait a la fois un acte d'humanité et un acte d'utilité générale.
Avec le système pénitencier, on choisirait de préférence les hommes mariés qui, devenus libres et propriétaires plus tard, feraient venir leurs familles.
Pour remplacement des fermes et des bourgades, il faut rechercher la salubrité, la fertilité, la présenee de l'eau et du bois.
La fertilité se rencontre presque partout, et principalement à l'est.

Pour la salubrité, il faut éviter le voisinage des eaux stagnantes, et choisir de préférence de légères haueurs, s'il y a des sources, ou si l'on peut y conduire par des canaux l'eau des ruisseaux et des rivières. Les cours d'eau. à l'intérieur, ont en général une forte pente, ce qui permet souvent de les conduire à des hauteurs considérables, en les prenant à une certaine distance et les maintenant au même niveau.
Dans le cas où il faudrait. pour avoir de l'eau, s'établir au bord des rivières, on choisira de préférence la rive NordOuest t parce que les vents de ces points cardinaux sont ceux qui dominent dans ce pays, et charrient vers le Sud-Est les émanations putrides des cours d'eau en été.
Le bois ne se rencontre pas partout, surtout le bois de construction qui, à part quelques forêts de la province de Constantine, est assez rare.
Les rives de l'oued : Medjerda (sur les frontières de Tunis, que nous avons parcourues sur un assez long trajet, du Nord au Sud, dans une excursion exploratrice, faite en 1845, réunissent au plus haut degré toutes les conditions de colonisation. Ce pays pittoresque est salubre, bien fertile, et arrosé par une foule de cours d'eau. Il existe des chênes zénes, des frênes, des ormes, des peupliers blancs, .etc. qui peuvent servir pour les constructions.
Les ruines romaines qu'on y rencontre à chaque pas, attestent d'ailleurs de la richesse de la contrée. Il est â regretter que nous n'y ayons ni routes, ni occupations militaires.
Mais l'un et l'autre seraient faciles à y établir. Une route romaine, encore bien conservée dans certains endroits, parcourait ce pays, et parait d'après sa direction, avoir relié Hippone avec Tunis, avec des embranchements pour Carthage, d'un côté, et Cirta (Constantine) de l'autre.
De petites occupations militaires pourraient être établies sur les ruines de Souk-el-Rass (l'ancienne Thagaste); sur celles de Madaurouch (Mador), et sur celles de Khamissa, ou l'ancienne Damise.

Après cet exposé, nous avons d'abord formuler notre projet, et ensuite nous ferons l'évaluation des dépenses.

S I. Création des colonies - Composition du personnel. - Engagement.
Art. 1.
Il sera créé des fermes-colonies sur les points les plus favorables des diverses provinces de l'Algérie.
Art. 2.
II sera affecté trois mille hectares de terre à chaque ferme.
Arl. 3.
Le personnel de chaque ferme-colonie se composera :
1- de 175 cultivateurs, non mariés,· âgés de 20 à 30 ans, divisés en six brigades:
20 de 25 maçons et tailleurs de pierre, dans les mêmes conditions, formant une brigade;
3- De 23 colons des divers autres métiers, réunissant les conditions des premiers, formant une brigade et composée de:
Deux marécbaux-ferrants, - un serrurier,-deux menuisiers , - deux charrons, - deux charpentiers, .oo.. un cbaufouronier. - deux tuiliers , un bourrelier, - un vitrier, - un ferblantier, -deux tailleurs d'habits,-deux cordonniers~deux boulangers, - un boucher, - un cuisinier.
4" De vingt femmes;
50 Du personnel administratif, savoir :
Un directeur, - on sous-directeur, - on secrétaire, un arpenteur, - un docteur en médecine, - un vétérinaire, - un aumônier.
Les brigadiers seront nommés par le directeur et choisis parmi les hommes les plus capables.
Art. 4.
Les colons cultivateurs et ceux des divers métiers contractent un engagement de cinq ans.
L'engagement des femmes n'est que pour un an, et se renouvèlera tous les ans, s'il y a lieu.
Art. 5.
Les colonies, provisoirement campées sous des tentes, fournies par le gouvernement, travailleront, d'après un plan donné, des fermes-colonies, dans lesquelles les colons vivront et travailleront en commun pendant cinq ans sous la direction du personnel administratif, ,dont le directeur sera le chef.
S II. Avances faits par le gouvernement.
Art. 6.
Le gouvernement fournira:
1 Les matériaux pour la construction que les colons ne pourront fournir eux-mêmes, savoir: les bois, le fer et le Terre.
2· Les outils et instruments aratoires; les outils et instruments des divers métiers; dix charriots; 25 charrues et autant de herses avec dents en fer; le harnachement de 25 attelages; batterie et vaisselle de cuisine; ameublement, literie; deux pompes à incendie avec dépendances.
3· Les bestiaux nécessaires dans une ferme, savoir:
Bœufs, 50; - vaches et taureaux 1 100; - juments) 20; - étalons, 5; - mulets, 10; - moutons, 200 ; - porcs, 25; poules, 200.
4" Toutes les graines pour ensemencer la première année, el l'orge nécessaire pour l'entretien des bestiaux jusqu'à la première récolte.
5" Les vivres de campagne pendant cinq ans. Ils se composeront par jour :
De 250 rations de 500 gram. de viande; 250 id. de 500 gram. de vin; 250 id. de 1 kilog. de pain; 250 grammes riz.
Sel, quantité suffisante
(La moitié de la ration de vin pourra être remplacée en été par une ration de café.)
6· Une masse de 30 fr., une fois payée, à chaque colon. (Les femmes et le personnel administratif sont exemptés dans cette disposition.) 7· Les vêtements, savoir:
Un pantalon de drap bleu, avec bande verte, pour deux ans et demi; une Vesle en 1 drap bleu, avec collet vert, pour deux ans et demi; un pantalon en toile bleue, avec bande verte. pour 18 mois; un sarrau en toile bleue, avec collet vert, pour 18 mois; un chapeau en feutre gris, à larges bords, dit de Provence, pour deux ans.
Les brigadiers porteront les gallons de leur grade. Le personnel administratif est excepté de celle disposition. Les femmes auront 8 mètres carrés de toile bleue par an. Les effets de linge et chaussure, ainsi que les pantalons de travail, seront pris sur la masse.
80 A chaque colon (à l'exception du personnel administratif et des femmes) 55 centimes par jour, dont 15 centimes seront versés à la masse, 2o centimes à l'ordinaire. Reste 20 centimes à la main
Les brigadiers auront 10 cent. par jour en sus.
Les femmes, quoique vivant à l'ordinaire, n'y verseront que leurs vivres de campagne.
9° A chaque colon (à l'exception du personnel administratif et des femmes) 1,500 fr. à la fin de son congé, au moment où il entre dans sa propriété.
10· Les médicaments nécessaires, dont nous donnerons plus loin la nomenclature, ainsi que quelques ustensiles de pharmacie.
11 Aux femmes, 365 fr. par an.
12 A chaque ferme-colonie les principaux journaux d'horticulture, d'agriculture et une petite bibliothèque, composée d'ouvrages de connaissances usuelles, de littérature et de morale.
§ III. Appointement du personnel administratif.
Art.7.
Les appointements du personnel administratif seront fixés ainsi qu'il suit:
Directeur", 4,000 fr. + Frais de bureau, 600 fr
Sous-directeur, 3,000.
Secrétaire, 1,300.
Docteur eu médecine, 1,800
Arpenteur, . 1,600.
Vétérinaire, 1,500.
Aumônier, 1,200.

Site internet GUELMA-FRANCE