LES HYMNES NATIONAUX DU MAGHREB

TUNISIE
Humat Al Hima - Défenseurs de la patrie

Humat Al Halima est l'hymne national de la Tunisie, depuis le coup d'Etat du 7 novembre 1987, qui vit la destitution du président Habib Bourguiba, seul chef d'État qu'avait connu la Tunisie depuis son accession à l'indépendance, en 1956.

C'est le général Zine el-Abidine Ben Ali qui lui succédera. "Humat Al Halima" a remplacé "Ala Khallidi", qui était le précédent hymne national adopté le 20 mars 1958, à la suite de la chute de la monarchie.
Les paroles du chant ont été écrites vers 1930 par le poète Mustafa Sadiq Al Rafi'i.
En ce qui concerne la musique, l'origine de celle-ci est controversée. Elle aurait été composée par le poète Ahmed Kheireddine. Selon d'autres sources, elle serait l'oeuvre de l'Egyptien Mohammed Abdel Wahab, ou de Zakaria Ahmad, un autre Egyptien

Ô Défenseurs de la Nation !
Donnons ses lettres de gloire à notre temps !
Dans nos veines, le sang a tonné :
" Mourons, Mourons pour que vive la Patrie ! "

Que le tonnerre résonne dans les cieux
Et que les éclairs libèrent leurs flammes !
Pour la gloire et la grandeur de la Tunisie !
Les hommes et les jeunes du Pays !
Que ne vive point en Tunisie quiconque la trahit.
Que ne vive point en Tunisie qui ne sert pas dans ses rangs !
Nous vivons et mourrons pour l'engagement
La vie des Augustes ou la mort des Grands !
- Refrain
Parmi les pays,
Nous avons hérité de la vaillance de nos bras :
Des rocs aussi durs que cette construction !
Des membres qui tiennent l'étendard de la nation !
Le drapeau est notre fierté et nous sommes la sienne.
Nos bras nous propulseront au faîte de l'ardeur et de la grandeur
Et seront les garants qui exauceront nos vœux !
Ils se vengeront des ennemis de la Tunisie
Et étreindront ceux qui nous voulaient la paix.
- Refrain
Lorsqu'un jour, le peuple aspire à vivre
Le destin se doit de répondre !
Les ténèbres se dissiperont !
Et les chaînes se briseront !


MAROC

La musique de l'Hymne chérifien a été composée par le capitaine Léo Morgan, chef de musique à la Garde chérifienne.
Cette œuvre est devenue l'hymne national du Maroc en 1956, année de la fin du protectorat français qui avait été confié au maréchal Lyautey. Les paroles ont été écrites par Ali Squalli Houssaini en 1969, à la demande de SM le roi Hassan II. L'Hymne chérifien appelle à la paix, à la fraternité et à l'élévation de l'âme.
Le drapeau de couleur rouge, orné d'une étoile verte à 5 branches, a été adopté en 1915. C' est celui de la dynastie alaouite au pouvoir depuis le XVIIe siècle. Une étoile verte à cinq branches orne son centre. Cette même étoile figure sur les armes du Maroc, entre deux lions.
La devise du est Maroc : " Dieu, la Patrie, le Roi "

Berceau des hommes libres,
Source des lumières.
Terre de souveraineté et terre de paix,
Puissent souveraineté et paix
Y être à jamais réunies.
Tu as vécu parmi des nations
Tel un titre sublime,
Emplissant chaque coeur,
Chanté par chaque langue.
Par son âme et par son corps,
Votre champion s'est levé
Et a répondu à votre appel.
Et dans ma bouche et dans mon sang,
Vos brises ont secoué
À la fois la lumière et le feu.
Mes frères, allons
Vers ce qu'il y a de plus haut.
Nous proclamerons au monde
Que c'est ici que nous vivons.
Avec pour étendard
Dieu, la Patrie, et le Roi.


ALGÉRIE

L'hymne national algérien a pour nom Kassaman.
L'idée de doter la Révolution algérienne d'un hymne national est de Abane Ramdane. Les paroles du chant ont été écrites en avril 1955, par le poète nationaliste Moufdi Zakaria, alors qu'il était incarcéré à la prison de Barberousse, à Alger. La musique a été composée par Mohamed Fawzi, et l'oeuvre a été jouée pour la première fois en 1957, alors que la guerre d'indépendance en était à son paroxysme.
Kassaman a été adopté comme hymne national par l'Algérie en 1963, année qui suivit les accords d'Evian avec la France, et l'indépendance.
Il faut noter qu'à l'époque du président Chadli Bendjedid, lui-même ancien officier ayant combattu dans l'ALN, le couplet qui s'adresse à la France :
"O France ! Le temps des palabres est révolu. Nous l'avons clos comme on ferme un livre. Ô France ! Voici venu le jour où il faut rendre des comptes ! Prépare-toi ! Voici notre réponse ! Le verdict, notre Révolution le rendra" fut supprimé, avec sagesse, tout au long de son mandat.
Il ne sera rétabli que sous la présidence de Liamine Zeroual, en 1995.
L'oeuvre est profonde, sombre et belle, mais on peut regretter qu'un hymne national contienne encore de telles paroles qui, la paix venue, ont pris un caractère revanchard, de nature à nuire au nécessaire rapprochement entre les deux peuples.

Nous jurons !
Par les tempêtes dévastatrices abattues sur nous,
Par notre sang noble et pur généreusement versé,
Par les éclatants étendards flottants au vent,
Sur les cimes altières de nos fières montagnes,
Que nous nous sommes dressés pour la vie et la mort,
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra
Témoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !

Nous sommes des combattants pour le triomphe du droit,
Pour notre indépendance, nous sommes entrés en guerre,
Nul ne prêtant oreilles à nos revendications.
Nous les avons scandées au rythme des canons
Et martelées à la cadence des mitrailleuses
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra.
Témoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !

Ô France ! le temps des palabres est révolu
Nous l'avons clos comme on ferme un livre
Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes
Prépare toi ! voici notre réponse
Le verdict, Notre Révolution le rendra,
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra
Témoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !

Nos braves formeront les bataillons
Nos dépouilles seront la rançon de notre gloire
Et nos vies celles de notre immortalité
Nous lèverons bien haut notre drapeau au dessus de nos têtes
Front de Libération, nous t'avons juré fidélité
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra.
Témoignez-en ! Témoignez-en ! Témoignez-en !
Des champs de bataille monte l'appel de la patrie.

L'œuvre est profonde, sombre et belle, mais on peut regretter qu'un hymne national contienne encore de telles paroles qui, la paix venue, ont pris un caractère revanchard, de nature à nuire au nécessaire rapprochement entre les deux peuples.
Source : Fédération Nationale des Combattants Volontaires )

Pas un seul pays parmi les 24 nations noires africaines devenues indépendantes, pas une seule des anciennes colonies d'Asie n'a fait montre d'agrésivité revencharde en citant nommément l'ancien pays colonisateur (N D R L )

Site Internet GUELMA-FRANCE