REMEMBER....R.A.F 1945-2014

../I walked in England in the footsteps of my father.../
SUR LES TRACES DE MON PÈRE....

Il fallait que j'aille en Angleterre sur les traces de mon père,j'y suis allée en compagnie de deux de mes petite enfants. Notre émotion était à l'image du souvenir, j'ai vu ....et ma pensée n'a pas quitté cet être cher disparu trop tôt.
J'ai marché, en Angleterre, sur les pas de mon père, là où il vécu avant sa dernière et fatale mission aérienne le 7 février 1945, où de retour sur sa base anglaise, il fut pris avec ses compagnons, sous le feu d'un chasseur allemand, au-dessus de la Hollande.

Cette journée sur "sa" base, transformée en Musée de l'Air, racontant l'épopée de ces hommes canadiens et français, volontaires, m'apporta, alors que je ne m'y attendais pas, une grande sérénité. C'était chargé d'émotion certes, puisque je suis même montée dans l'avion semblable au sien, et mon petit fils s'installa, dans la tourelle à sa place. Malgré tout, j'ai éprouvé un grand bonheur d'être là, de respirer son air, d'entrer dans les "tonneaux" où il dormait, vivait, écrivait ses lettres, heureuse de fouler ce sol.

York, la ville voisine, était dans l'effervescence du passage du Tour de France.
Le tout mêlé à la commémoration du 70ème anniversaire de l'arrivée des volontaires français fit souffler sur la ville comme un vent de folie.

Plein de drapeaux français partout, mêlés aux drapeaux jaunes du "Tour de France", des vélos partout, les vitrines décorées, et un monde fou....La télé vous a bien démontré tout cela.

Il me faut un peu de temps maintenant pour mettre de l'ordre dans ma tête.

Ensuite la Tour de contrôle de l'époque, une prise d'arme devant. Et la Tour de contrôle aujourd'hui

Nous avons assisté à la 1ère représentation de la pièce "Cis and Barbiche" en anglais, tirée de l'histoire d'amour d'une de ces volontaires français "Francis", avec une jeune anglaise "Barbara".
Francis était un copain de mon père, et celui-ci fut d'ailleurs cité deux fois dans la pièce, là alors quelle émotion !!

Voici donc une photo prise au cours du vin d'honneur (champagne !) servi à l'issue de la représentation.

J'ai pu parler aux acteurs, et leur dire que j'étais la fille de Maurice Bordier, et ce ne furent que des "My God !!", impressionnés que nous ayions pu faire ce voyage spécialement, en faisant coïncider la visite du Musée, et leur représentation.

Enfin, voici d'autres photos de notre visite à la Base : prises dans la Tour de contrôle, et surtout le tableau d'affichage où étaient notés les avions attendus, à droite. Celui de mon père, y figura donc....

Des photos d'époque : intérieur de la cantine, où dans la queue qui attend, un petit, les mains dans les poches regarde l'objectif, c'est Rognant, un des hommes de notre équipage. Son fils l'a formellement reconnu ! Et le même bâtiment 70 ans après, avec mes p-enfants, nous allons prendre nos plateaux et déjeuner dehors sur des tables de pique-nique, prévues à cet effet. Incroyable non ?

La Cathérale de York, où tout un monument immense est réservé à ceux qui sont morts dans la R.A.F., avec, derrière contre le mur, les plaques de tous les squadrons qui ont participé au conflit, dont une plaque pour les squadron 347 et 348 des français volontaires.

Une souscription avait été faite auprès de "l'Asssociation des Groupes Lourds", et j'y avais répondu favorablement.

D'autres éléments à l'intérieur. Sur la 3ème photo, le tube noir avec les bandes jaunes horizontales c'est là que mon père devait se glisser pour monter dans sa tourelle ! Et donc mon p-fils dans la tourelle de son arrière gd père ! Je n'ai pas pu le faire !

Quand on entre dans l'immense hangar, et qu'on voit ce géant, c'est vraiment impressionnant. Ensuite quand on y entre, car nous avons eu cet honneur, tout est si étroit ! Comment faisaient-ils à 7, la dedans et pendant des heures !

La Cathérale de York, où tout un monument immense est réservé à ceux qui sont morts dans la R.A.F., avec, derrière contre le mur, les plaques de tous les squadrons qui ont participé au conflit, dont une plaque pour les squadron 347 et 348 des français volontaires. Une souscription avait été faite auprès de l'Asssociation des Groupes Lourds, et j'y avais répondu favorablement.

La dernière photo : le grand Livre sur lequel figure tous les noms de ceux qui sont dcd à Elvington, par ordre alpha. Une page est tournée tous les jours. Hélas nous ne sommes pas tombés sur le bon jour. Mais leur nom est là !

We attended the first performance of the play "Cis and Barbiche" in English, derived from the love of one of these volunteers Francis French history, with a young English Barbara. Francis was a friend of my father, and it was also mentioned two times in the room, there then what emotion!

Here is a photo taken in honor of the wine (champagne!) Served after the performance. I spoke to the players and tell them that I was the daughter of Maurice Bordier, and were only "My God!". Impressed as we had made ?? this special trip matching the visit museum, and representation.
Finally, here are two more photos of our visit to the Base: taken from the Control Tower, and especially the scoreboard were rated as expected, right aircraft. My father's, so figured there ....
It's done, I went in company with two of my little children, and I saw.

I walked in England in the footsteps of my father, where he lived before his last and fatal Mission Aviation February 7, 1945, where return on its British base, he was seized with his companions, under the fire of a German fighter, over Holland.

This day on "his" base, transformed into Air Museum, telling the epic of the Canadian and French men, volunteers, brought me when I'm not expecting a great serenity. It was certainly emotionally charged, since I even mounted in the plane similar to his, and my little son sat in the turret in place. Still, I felt a great happiness to be there, breathe its air, entering the "barrels" which he entered, to tread this ground.
York, the neighboring town, was in the excitement of the Tour de France. All mixed with the commemoration of the 70th anniversary of the arrival of the French volunteers was blowing over the city like a wind of madness. Full of French flags everywhere, mixed with yellow flags Tour de France, bicycles everywhere, decorated windows, and a crazy world ....
I need a little time now to put order in my head.

Un grand merci à Geneviève pour son émouvant témoignage

Site Internet GUELMA-FRANCE