MONUMENTS ANTIQUES DE L’ALGÉRIE
PAR
STÉPHANE GSELL

Le présent ouvrage paraîtra peut-être prématuré et incomplet.J'aurais assurément mieux fait, avant de l'écrire, d'achever l'exploration archéologique de l'Algérie : dans certaines régions que je n'ai pas encore pu visiter, il y a des monuments qui ne sont signalés nulle part ou qui le sont d'une manière trop sommaire, et qui, pourtant, mériteraient sans doute d'être décrits. Bien des ruines, même parmi les plus connues, ne pourront être étudiées avec fruit que quand on les aura fouillées. D'autre part, l'illustration de notre texte, quoique abondante, devrait l'être encore davantage : dans des livres comme celui-ci, il est à souhaiter que chaque description soit accompagnée, sinon d'une vue, du moins d'un plan. Nous avons dû renoncer à reproduire tout ce qui se rattache à la décoration proprement dite : chapiteaux, autres morceaux d'architecture sculptés, mosaïques, etc.

Il nous aurait fallu augmenter considérablement le nombre des planches et des figures, par conséquent les frais de la publication. D'ailleurs, à vouloir trop attendre, à vouloir faire trop bien et trop beau, on risque de ne pas aboutir. Il ne s'agissait point d'entreprendre un de ces ouvrages luxueux et de format imposant, qui ont la prétention d'être définitifs, qui coûtent de fortes subventions à l'État et se vendent très cher aux particuliers, dont les fascicules paraissent de loin en loin et qui, bien souvent, ne s'achèvent pas(1).
Notre ambition a été plus modeste. Nous avons eu le désir d'indiquer, aussi brièvement que possible, ce que l'on sait aujourd'hui sur les ruines antiques de l'Algérie. Ce tableau d'ensemble sera peu à peu complété, et aussi corrigé, par des fouilles, par des relevés minutieux de quelques édifices importants au point de vue artistique(2), par des monographies locales ou régionales, par des études consacrées à telle ou telle catégorie de monuments, à tel ou tel mode ou style de décoration. Presque toutes les phototypies contenues dans ces deux volumes ont été exécutées d'après mes clichés j'ai cependant fait plusieurs emprunts la collection du Service des monuments historiques. Certains plans sont copiés dans des publications antérieures ou sur des plans dressés par les soins du même Service ; pour les autres, mes relevés ont été mis au net par M. Godard. MM. Laurent Gsell, Emonts et Ferrand ont dessiné, en général d'après des photographies, les vues insérées dans le texte.

Stéphane GSELL, Septembre 1901

CIVILISATION ROMAINES LES ARCS ROMAINS

Site Internet GUELMA-FRANCE