GRACIAS ALICANTE


Gracias Alicantel
- Source Boulevard Voltaire
Manuel Gomez

       Samedi 4 octobre à Alicante (Espagne), inauguration sur le port, face à la Méditerranée et à l'Algérie, d'une magnifique statue, de 2,30 mètres de hauteur, réalisée par Toni Mari Sart.
Elle représente un habitant d'Alicante ouvrant ses bras pour accueillir un pied-noir débarquant d'Oranie avec son maigre bagage.

Cette manifestation sera un grand succès et l'occasion de prouver aux Alicantinos et Alicantinas que la reconnaissance des pieds-noirs sera éternelle parce qu'ils n'oublieront jamais 52 ans plus tard, il est nécessaire de rappeler que plus de 30.000 pieds-noirs " colons ", qui génération après génération ont construit l'Algérie française et, pour la grande majorité d'origine espagnole, ont choisi de rejoindre l'Espagne plutôt que la France métropolitaine. Heureuse a été leur décision car ils ont été reçus par les Espagnols comme leurs enfants, leurs frères, leurs familles.
Thierry Vincent·

Quand on voit comment la France actuelle (et depuis qq décennies) accueille désormais toute la misère du monde, les sans papiers, racailles indus, on est encore plus choqué par sa négligence et dureté de 1962 face à ses malheureux compatriotes pieds noirs et harkis, sommés de quitter leur petite patrie d'Algérie à leurs corps défendant. Ils auront bu le calice jusqu'à la lie.

Je me trouvais sur ce même port d'Alicante en juin 1962, envoyé spécial de mon journal L'Aurore, et j'ai eu le privilège d'assister à leur débarquement et d'apprécier comment les Alicantinos et Alicantinas leur ont ouvert leur cœur et leur maison.
Un mois plus tôt, je me trouvais à Marseille et le spectacle était totalement différent. Voilà l'accueil de la France métropolitaine

En France, à Marseille, donc " chez nous ", des centaines de familles couchaient dans les rues et sur la place de l'Opéra, sur des couvertures jetées à même le sol, sous les regards méprisants (pour ne pas dire haineux) de la majorité des Marseillais, avec des dockers qui jetaient les maigres containers à la mer et dérobaient tout ce qui avait un peu de valeur et, surtout, de l'accueil " chaleureux " du maire, le bafouilleur Gaston Defferre:
" Je ne les recevrai pas ici. D'ailleurs, nous n'avons pas de place. Rien n'est prêt. Qu'ils aillent se faire pendre où ils voudront! En aucun cas et à aucun prix je ne veux des pieds-noirs à Marseille. Français d'Algérie, allez-vous faire réadapter ailleurs. Il faut les pendre, les fusiller, les rejeter à la mer. Jamais je ne les recevrai dans ma cité. Qu'ils quittent Marseille en vitesse. "

Cette inauguration est organisée par la Maison de France d'Alicante sous le parrainage de la mairie d'Alicante.
Merci à l'Espagne, merci à Alicante.
Marcel Baarsch
Si c'est vrai ce qu'il a dit, Defferre, c'est pendu qu'il aurait dû être acques Verdier
Defferre aurait dû être frappé d'indignité nationale Mireille Pares
Monsieur Defferre était bien un homme de "GOCHE "non ? Ministre et député de surcroît Bel exemple donné et bien suivi par les hordes actuelles de nos hommes politiques Voter mais de la seule couleur qui soit encore propre "le blanc" si vous n'osez le bleu ... Le rouge étant la couleur du sang de la révolution vers laquelle lentement mais surement nous marchons !!
Marc Emmnenecker
Bien sur un homme de gauche, philanthrope, humaniste, compassionnel, égalitariste ... et j'en passe; Le symbole de la gauche à lui tout seul!
Marc Blondel
... Le devoir de deuil, le soutien psychologique et la grand'messe de la commisération ont remplacé l'inhumanité du gouvernement et l'indifférence de la métropole de 1962, qui partit en vacances d'un cœur léger, d'autant plus soulagée qu'elle se sentait "libérée du problème algérien" ... Le tout accompagné de discours haineux à "égard des Pieds-Noirs et de l'ouverture de camps pour accueillir les Harkis. La solidarité nationale en prit un sérieux coup que les nostalgiques de de Gaulle devraient méditer et cesser de vouloir en ignorer les raisons ... comme certains leaders socialistes, détenteurs exclusifs de l'humanité et pas seulement ce pauvre Deferre que Pagnol n'aurait même pas eu le talent d'imaginer ... Il est tellement facile aujourd'hui de se donner bonne conscience et d'imaginer une solidarité nationale par les larmes de circonstance versées au cours d'une commémoration..
La nomination de B. Stora à des fonctions officielles lui permettra d'officialiser la thèse (déjà formulée par E. Joly) que le retour des Pieds-Noirs et Harkis ne fut qu'un épisode de l'immigration
Gabriel Fradel
J'avais 17 ans alors quand mes parents ont été rapatriés de Tunisie, les premiers Français de l'Empire à revenir, croyaient-ils, dans la mère patrie! L'accueil (si on peut retenir ce mot) fut très violent, les syndicats s'opposèrent à leur réintégration en France au prétexte que ce n'étaient pas de vrais Français, ma mère a été traité publiquement d'étrangère "et vous le demeurerez". Pour avoir vécu cela et ensuite avoir essayé de comprendre ce peuple je ne suis jamais senti en sécurité en France!
Marion Vernier
Je ne connaissais pas les propos de G.Deferre ... ami et ministre de Mitterrand, parfaitement odieux! Joël Adam
Gérard Yacono .
Lorsque mon père et ses deux frères, débarquèrent sur les cotes de Provence, en 1944 en compagnie des 175.000 autres pieds noirs,(Sur ce site : voir la rubrique LES PIEDS-NOIRS MORTS POUR LA FRANCE) venus libérés une patrie qu'ils ne savaient pas ingrate, ils reçurent l'accueil que l'on réserve aux héros parce qu'ilS ne pouvaient pas savoir que 18 ans plus tard, la France et Marseille tout spécialement, les accueilleraient en pestiférés avec des cris de haine, savourant l'immense plaisir que ces gens abattus, vaincus par la douleur et le chagrin, de séparations multiples d'une terre qui était la leur, de parents, de famille, d'amis et d'un univers perdu à jamais, que la détresse ce petit peuple simple et laborieux leur procurait au point de s'en faire une fête s'ils avaient osés et peut-être même que dans le secret de chez soi le vin avait coulé pour l'événement. Les passagers du bateau dont mon père...
Gilbert Nitard
Se souvenir qu'il n'y avait pas que la gauche tout entière, les gaulliste y étaient pour une grande part dans notre malheur!
Jacques Sicherman
Non, Monsieur Boutté, l'assimilation n'est pas une vue de l'esprit, et si votre "polonais de la troisième génération" a conservé une culture propre, qui l'enrichit, il y a fort à parier qu'il parie parfaitement le Français, a un métier, a adopté le mode de vie Français dans ses rapports avec les autres, suit de près les études de ses enfants, ne crache pas dans la rue, ne se prête pas à des actes de délinquances, etc ...
Voilà ce dont la France était capable quand elle était fière d'elle, de son histoire, et ce qu'elle a, hélas, renoncé à imposer aux nouveaux immigrants ...
Danièle Nouen
Je ne regrette qu'une chose, c'est de ne pas nous être orientés, ma famille et moi-même, vers l'Espagne et Alicante ! Beaucoup de pieds-noirs; étaient d'origine espagnols et nous connaissions bien leur sens de l'hospitalité et leur joie de vivre. Pour ma part, il ne m'aurait pas fallu une semaine pour que je parle couramment la langue ... mais voilà pour mon père être français c'était un honneur et il n'aurait pas été question de se réfugier dans un autre pays! En ce qui nous concerne, nous avons eu la chance d'être accueilli â Montpellier par un Maire compréhensif et bon :
François Delmas auquel je rends hommage.
Néanmoins merci mille fois a l'Espagne et à Alicante pour cette magnifique statue, personne en France n'a eu cette belle idée! VIVA ES PANA y VIVA ALICANTE '!
Marie Bernardini
Muchas gracias a esta ciuda, es mejor que en Francia. Yo vivia en Tanger y todas la vente hablaba el espanol (se falta la tilde, no la tengo, ) A riba los "pieds noirs"
Erick Puig
Alli estan numerosos !l!
Gérard Nabet
Apres un rappel d'histoire, une question qui me taraude depuis des décennies: comment un Pied Noir peut toujours voter socialiste ??
Philippe Jean
Si, il Y a aussi des pieds noirs cons, ça existe. Heureusement ils sont très rares dans le cas que vous évoquez.
Philippe Jean
J'ai affirmé cela parce que je suis moi même Français d'Algérie et que j'en ai connus qui votaient à gauche.
Gérard Nabet
Toulon a su les accueillir par contre. Mais à Toulon les élus étaient de Droite et plutôt Algérie Française; non Gaullistes.
Hubert Piat
Bravo à l'Espagne. Honte à ceux qui ont craché sur les français d'Algérie comme trop souvent. Honte surtout au gouvernement de l'époque, président l'homme du 18 juin, membre du cabinet de la défaite, et homme de l'Algérie indépendante. A ce sujet, de Gaulle est celui qui a fait prisonniers le plus de généraux ou amiraux français au cours de l'histoire de France. D'où sans doute la grande croix de Colombey sur laquelle cependant on a pas encore crucifié le peuple français, oubli ou modestie?
Viva Maria Merci Alicante!
C'est dur de se sentir étranger dans son propre pays!
Régine Lafont
Je répète "merci à l'Espagne
"

Site Internet GUELMA-FRANCE