NOUVELLES BREVES

le 12 mai 1936.
M. Maubert est élu maire de Guelma avec comme deuxième adjoint M. Prunetti et M. Cotoni.
M. Cotoni quitte donc le fauteuil de maire avec la dernière satisfaction de voir que les hommes qui lui étaient dévoués assumeront l'héritage au mieux des intérêts de la ville.

Réflexion sur 1935.
Il est clair que pour l'année 1935 le fait marquant pour la ville de Guelma fut sans conteste les élections municipales, et l'arrivée de M. Maubert à sa tête.
Autre fait marquant, la mort de M. Chemla ancien et nouveaux conseiller municipal, élu leader de la communauté israélite, et sa mort semble avoir soulevé une vive émotion à travers toute la vie.

2 mai 1936.b Élections législatives : Monsieur Serda député sortant de la circonscription est réélu sous l'étiquette " gauche socialiste " le candidat communiste arrive en deuxième position.

20 juin 1936 manifestations du Front populaire.
Le Front Populaire à manifesté le 7 juin 1936 à 10:15 h. 600 manifestants, concitoyennes, concitoyens et enfants ont défilé dans un calme impressionnant. En tête de la manifestation, des enfants décorés de Rouge portaient des symboliques; les trois flèches et la couronne rouge.
Ils étaient suivis par les responsables de la manifestation au milieu desquels se trouvaient des camarades BORRA,PALOMBA,PETIT, ENTROPE,MAILLOT, ESTIVAL etc....venus de Bône,d'oued Zenati et de Sédrata.
Derrière les responsables, des dizaines de fanions rouges et tricolores s'alliaient harmonieusement scellaient en quelque sorte l'ordre politique nouveaux.
Une garde de solide et irrésolue entourait ces symboles. Dans la masse des manifestants, des banderoles rappelaient les principaux symboles du programme de ce rassemblement populaire :
" Travailleurs de tous pays unissez-vous"
" Le pain, la paix et la liberté"
Dans un ordre parfait traduisant une force d'individus, calmes et pacifiques, la masse guidée symboliquement par deux enfants figurant les lutteurs de demain, gagne par les rues Sadi Carnot et des Combattants le monument aux morts pour la patrie.

Samedi 26 décembre 1936 :
la JSG toujours à l'honneur.
La ligue Constantinoise de "Football Association" dont le dessein est de récompenser les meilleurs serviteurs du football départemental a décidé la création de médailles qui seront décernées chaque année.
Le premier janvier 1937, dans la première promotion qui vient de paraître, nous relevons pour Guelma le nom de deux grands sportifs, M. François Poggi, président et capitaine de la Jeunesse Sportive Guelmoise, qui fut trois fois consécutivement champion du département et qui reçoit la plus haute récompense, en l'espèce la Médaille de Vermeil.
M. Toto Zuretti, capitaine de la J S G et maintes fois capitaine de l'équipe sélectionnée du département, reçoit la Médaille de Bronze.
Nous ne pouvons qu'applaudir la ligue de football pour ce choix judicieux qui sera approuvé et fera plaisir à tous les Guelmois et nous complimentons bien cordialement nos amis pour la distinction dont ils font l'objet.

Samedi 15 février 1937 :
Violentes secousses sismiques : une très forte secousse sismique, précédée d'un grondement souterrain, a été ressentie dans toute notre région, mercredi vers 8:30.
En ville, de nombreux édifices ont été lézardés et les dégâts matériels sont élevés. Certaines pièces d'appartements sont difficilement habitables et on nous a signalé un peu partout des cloisons crevassées, des plafonds délabrés, des objets brisés, la conduite d'eau de la ville est endommagée.
Ce tremblement de terre, le plus violent que l'on a enregistré à Guelma depuis de nombreuses années, a provoqué une vive émotion, voire un commencement de panique chez nos concitoyens, dont plusieurs quittérent leur demeure, fort heureusement, on ne signale aucune victime.
Il n'en est pas hélas de même dans la région, principalement dans les villages jumeaux de Lapaine et Bled Gaffar , il semble avoir été à l'épicentre de ce séisme.
Ces hameaux sont gravement frappés, des fermes détruites et en dehors des pertes matérielles considérables, on nous signale la mort de deux indigènes, un vieillard et un enfant, plus une douzaine de blessés.
Également à Héliopolis, notre ami Legros secrétaire de la mairie de cette commune, en voulant fuir les lieux devenus dangereux a été atteint par l'éboulement de la corniche de cet édifice et dut être transporté d'urgence à l'hôpital de Guelma.
M. Legros a les deux jambes fracturées.
Les maisons sont menacées de ruines et les dégâts sont très importants. De Millesimo, on annonce de sérieux dégâts.
À Kellermann, Guelat bou sba, Petit et Hammam Meskoutine, la secousse a été ressentie avec moins de violence, mais des maisons cependant eurent des murs lézardés.
Dès que fut connu l'étendu du désastre, les autorités régionales se sont rendues sur les lieux du sinistre et ont pris toutes les dispositions utiles.
Afin de connaître l'ampleur des sinistres monsieur LE BEAU, Gouverneur Général de l'Algérie s'est rendu sur les lieux pour apporter le soutien du gouvernement aux populations. Son arrivée fut accueillie par 15 coups de canon , toutes les autorités locales et départementales étaient présentes.

20 février 1937
Nouvelles secousses sismiques :
Guelma a très peu souffert de ce tremblement de terre, mais le village de Clauzel est durement atteint. Trois jours après la secousse du 9 février qui ravagea la région dans la nuit de vendredi au samedi à 2:30 du matin, que les populations furent secouées par de nouvelles et vives secousses, semant à nouveau la panique parmi les Guelmois qui se réfugièrent dans les espaces libres de la cité

A la suite de cette catastrophe naturelle, Guelma et toute la région sinistrée reçoit la solidarité de toute L'Algérie, en numéraires, en vêtements et matériels, et cela durera pendant plusieurs semaines

Textes relevés par Jean-Pierre Walter

Site GUELMA-FRANCE