SOCIETE ANONYME DES
USINES LAVIE
CONSTANTINE
ALGERIE


Les usines LAVIE ont été fondées en 1837 par Marc François LAVIE né à Bourguignon en 1786 dans le DOUBS: il était le fils du Dr LAVIE, député du tiers état des bailliage D'HUNIGUE et de Belfort aux états généraux de 1789 et membre de l'assemblée constituante.
Marc Jean-François LAVIE, ruiné par l'invasion prussienne en 1792, voyant après la prise d'Alger, la conquête s'étendre, aborde aux rives algériennes à BÖNE avec toute sa famille pour venir à Constantine, suivant de près l'armée conquérante.

Au début de l'occupation, l'armée française et la population n'avaient que des farines venues à grand frais de la métropole. Marc François LAVIE acheta alors soit à des indigènes, soit à l'état des moulins arabes situés au chutes du Rhumel, et installa une minoterie devenue par la suite une des plus importante de l'Algérie.

Après de patientes recherches et de persévérants efforts pour obtenir des farines panifiables en utilisant le blé dur produit par la région, il parvint à livrer à la consommation locale d'excellentes farines de blé dur à prix réduits.
L'exemple fut suivi, et de nombreux moulins ne tardèrent pas à se créer.

Il est mort à Constantine, en 1863, chevalier de la Légion d'honneur, et laissant 10 enfants dont trois fils :

Pierre LAVIE, né à DANJOUTIN ( Haut-Rhin), en 1828, qui continua l'œuvre de son père FRANCOIS LAVIE qui fonda les minoteries LAVIE à Guelma (Algérie)
Léon LAVIE qui créa celles de Marseille

Pierre LAVIE, succédant à son père à Constantine, développa l'importante minoterie et la plaça au premier rang, obtenant 10 médailles d'or et d'argent aux différentes expositions de 1860 à 1867.
Il devint président du tribunal de commerce à Constantine en 1859, vice-président de la chambre de commerce 1875.
Il est décédé à Constantine, en 1893 chevalier de la Légion d'honneur, conseiller général d'EL ARROUCH et délégué au conseil supérieur du gouvernement général de l'Algérie.

Les usines LAVIE continuèrent leur progression sous direction de son fils ainé Alfred LAVIE qui eut l'idée de créer une usine de production à Constantine d'électricité en marge de la minoterie et la satisfaction avant sa mort de voir fonctionner les premiers groupes électrogènes.
Alfred LAVIE est décédé encore très jeune à Constantine, en 1910, chevalier de la Légion d'honneur et conseiller général d'EL ARROUCH

Aujourd'hui, les usines LAVIE transformées en Société Anonyme dirigées par deux administrateurs délégués, M. Édouard GUEIT, docteur en droit, délégué financier, et M. Pierre de Sainte-Croix, ingénieur électricien, sont divisées en deux branches autonomes : la minoterie, huilerie, semoulerie, et le secteur électrique de Constantine.

MINOTERIE :
LA minoterie comprend une SEMOULERIE, un moulin à blé tendre et une fabrique d huile d'olives
La semoulerie se compose de 30 paires de cylindres, triturant 700 q de blé dur par 24 heures
Le moulin à farine comprend 10 paires de cylindres, écrasant journellement 200 q de blé tendre.

L'olivier fait partie des cultures méditerranéennes, et les olives se trouvant en abondance dans le département de Constantine, les usines LAVIE comportent une fabrique moderne huile d'olives, triturant 150 q d'olives par 24 heures.

Un chemin de fer souterrain à traction par câble (funiculaire) d'une longueur de 1200 m, relie la minoterie aux entrepôts de la société en ville. Ce funiculaire a été construit en 1890 et permet un approvisionnement rapide des usines en blé en même temps que l'évacuation très rapide des produits fabriqués.

Quinze quintaux de blé descendent au moulin en même temps que 15 quintaux de farine ou de semoule remontent aux magasins à chaque voyage.

La différence d'altitude d'entre la ville et la minoterie étant de l'ordre de 250 m, les transports étaient très difficiles et onéreux avant l'installation de ce funiculaire.

SECTEUR ELCTRIQUE DE CONSTANTINE Installations hydroélectriques.
Le barrage de Sidi Rached

Un barrage en béton armé et en maçonnerie a été construit à l'entrée des gorges du Rhumel, afin de dériver dans le canal d'amenée une partie ou la totalité de ce cours d'eau suivant le débit de celui-ci.

La capacité de ce canal creusé entièrement en galerie dans la roche calcaire sur une longueur de 2800 m, et de 10 m³ seconde.

CHAMBRE DE DECANTATION
Le canal débouche à la sortie des gorges du Rhumel dans une première chambre d'eau creusée dans le rocher et dans laquelle a été installée, en 1931, une grille à nettoyage automatique destinée à enlever les corps étrangers charriés par le torrent
Une deuxième chambre permet la décantation des boues et du sable et enfin deux bassins de charge des deux conduites forcées.

CONDUITES
La première conduite en tôle rivée d'un diamètre intérieur de 85 cm a été installée en 1909.
La deuxième conduite forcée également en tôle rivée d'un diamètre de 2 m à l'origine et de 1 m 10 à la base été mise en service en 1930.
La première de ces conduites est à joints boulonnés à la seconde entièrement rivée à la seconde et pourvue de joints de dilatation

Ces conduites d'une longueur de 600 m environ sont posées entièrement à l'air libre sur des socles et massifs en maçonnerie et traversent un terrain très accidenté


Usine hydro électrique de sidi M'cid

USINE HYDROELECTRIQUE DE SIDI M'CID
L'usine contient cinq groupes :
Deux groupes PELTON de 550 chevaux, mis en service en 1909.
Un groupe centripète de 1000 chevaux à 1000 tr/m.
Un groupe semblable de 2500 chevaux à 1000 tr/m.
Un groupe semblable à CINQ MILLE CHEVAUX à 750 tr/m, mis en service en 1930
Le régime torrentiel du Rhumel explique l'échelonnement de puissance de ces différents groupes, le débit de la rivière variant de 500 litres seconde à plus de 50 m³ seconde.
La hauteur efficace de la chute est de 128 m.
Toutes les turbines sont directement accouplées à des alternateurs produisant du courant triphasé à 3000 V et 50 périodes.

Un dispositif de couplage automatique permet la mise en parallèle de l'usine hydraulique de Sidi M'cid d'avec la centrale à vapeur de la compagnie du gaz et de l'électricité pour la France et l'Algérie, de Philippeville.
Les régulateurs des tensions TIRRIL maintiennent la tension constante aux bornes des machines qui sont protégées par des disjoncteurs à relais et des régulateurs d'intensité Brown Bovery. U Un commutateur électrique permet de modifier en charge la tension des départs de la ligne de Philippeville sans modifier LA TENSION des services de l'usine.
Un autre dispositif de ce genre est installé sur le départ de la ligne alimentant le poste de l'Union Electrique et Gazière de l'Afrique du Nord qui dessert les réseaux ruraux de la région.

USINE THERMIQUE
Le régime très variables du cours d'eau a nécessité l'installation de groupes thermiques disposés dans un bâtiment voisin de la garde de Constantine.
Cette usine thermique comprend trois groupes diesel :
Un groupe SULZER de 1200 chevaux à deux temps et trois cylindres et ces deux groupes TOSI de 600 chevaux six cylindres à quatre temps.

Des citernes souterraines en tôle rivée permettent l'entreposage de 100 tonnes de fuel oïl et sont alimentées par une "pipe line" aboutissant dans la gare Constantine pour la vidange directe des wagons-citernes.
La puissance de ces groupe diesel est devenue insuffisante, un accord est intervenu entre la société des usines Lavie et la compagnie du Gaz et de l'Electricité pour la France et l'Algérie qui possède une centrale à vapeur, dans le port de Philippeville distant de Constantine de 85 km environ. Cette usine a été reliée à la centrale hydroélectrique de Sidi MCID par une ligne de 60 000 V.

Cette interconnexion permet des échanges de courant, Constantine fournissant l'énergie nécessaire à la distribution de la C G E F A dans la région de Philippeville pendant la saison des hautes eaux et au contraire, l'usine thermique de la C G E F A fournissant l'appoint nécessaire à la distribution dans la région Constantinoise lorsque le débit du Rhumel devient insuffisant
Cette interconnexion a été mise en service en 1930 et donne d'excellents résultats.

Un poste transformateur du type extérieur élève la tension de 3000 à 60 000 V. La puissance des transformateurs installés est donc de 3000 kva et le poste est disposé en vue d'agrandissements futurs, la puissance actuelle étant dès 1932 complètement utilisée.
Tous les appareils du poste à 60 000 V sont commandés électriquement depuis le tableau de l'usine de Sidi M'cid.

Des signaux lumineux indiquent à chaque instant la position de ces appareils.

Un appareillage permettant de réaliser automatiquement le couplage de l'usine à vapeur de Philippeville avec l'usine de Sidi M'cid a été installé dans cette usine en plus des dispositions à main habituel
.

L'énergie échangée est enregistrée dans un poste de comptage construit au Col des Oliviers à mi-chemin de la distance qui sépare les deux stations.

Des relais à impédance gradués en distance ont été installés dans l'usine de Sidi M'Cid et permettent de localiser par simple lecture la distance des défauts qui peuvent se produire en ligne, limitant ainsi considérablement la durée des interruptions.
Un WATMETRE à double déviation enregistre d'une façon continue la puissance fournie et reçue de part et d"autre d'une ligne origine.

TELECOMUNICATIONS
. Une installation de radio-téléphonie par ondes dirigées permet à l'usine de Constantine de communiquer avec celle de Philippeville.
Ces postes utilisent deux longueurs d'onde, une pour l'émission et l'autre pour la réception

Les courants de haute fréquence se propagent le long des conducteurs de la ligne à 60 000 V

Le couplage des poste émetteur et récepteur avec cette ligne se fait au moyen de capacité à fort isolement et la présence de circuits bouchons empêche les courants hautes fréquences d'avoir accès dans les installations d'énergie.

Tous les appareils de radiophonie se mettent automatiquement en activité par le simple décrochage du combiné téléphonique, les communications sont ainsi tout à fait analogues aux communications téléphoniques ordinaires.

RESEAUX DESSERVIS
La ville de Constantine est desservie par un réseau souterrain à 3000 V, comprenant 60 postes transformateurs, ramenant la tension à 200 / 115 V.
La banlieue et la région du KROUBS distante de 16 kilomètres sont desservies par des lignes souterraines et aériennes à la tension de 22 000 Volts
.

Le poste transformateur 3000/22 000 du type intérieur est installé dans les bâtiments de l'usine thermique près de la gare de Constantine.

Un poste transformateur appartenant à l'Union Electrique et Gazière est construit dans le voisinage de l'usine de Sidi M'CID et desservi par des cables armés au moyen de courant triphasé de 3000 V.

Ce poste alimente les réseaux ruraux de l'est de Constantinois et les différents secteurs de l'Union Electrique et Gazière par des lignes à 22 000 V d'un développement actuel de 174 km, distribuant l'énergie dans l'ouest Constantinois et s'étendant jusqu'à la Kabylie.

Un contrat de 10 années assurera à la société LAVIE la fourniture du courant à cette importante société.

Site internet GUELMA-FRANCE