HOMMAGES A ROBERT LAMOUROUX
par ses enfants Aimé, Jean-luc, Eric,et Jocelyne.
( Septembre-Octobre 2016 suite)

Robert Lamouroux

      En premier lieu, nous les Lamouroux, voulons rendre grâce à Dieu de nous avoir donné un époux, un père, un grand père aussi bon que Robert.
     Ton choix, Dieu d'amour a été parfait, nous ne pouvions espérer mieux.

     Notre père, c'était la bonté, la générosité, la droiture, la simplicité et surtout, SURTOUT, l'amour de sa famille avant tout: pour sa femme, ses enfants, ses petits enfants, quelques mots suffisaient pour vous faire comprendre ses pensées, quelques gestes suffisaient pour apaiser une douleur.
Et pourtant, sa vie n'a pas été facile.
      Né en Algérie en 1928, il a vécu son enfance et son adolescence au milieu de la nature et de la Méditerranée. Cette mer qui le fascinait et qu'il apprivoisait tous les jours. Cette mer qui lui a valu le surnom de " ROI DE LA MER ".
      En 1957, il se marrie avec l'unique, l'immense amour de sa vie, notre maman Jocelyne.

      Mais la guerre d'Algérie va aussi lui donner son plus grand chagrin.
La mort de son frère et le douloureux souvenir qu'il en gardera tout au long de sa vie.
     L'arrivée en métropole fut lui aussi douloureux. Il fallait dans l'urgence trouver un point d'attache et c'est Grenoble qui s'est imposé, loin de sa méditerranée chérie. Trouver un travail fut très difficile mais par son courage et sa ténacité, il nous a toujours protégé, et évité les privations.
     Malgré la nostalgie persistante de son Algérie natale, il a su à force de volonté construire petit à petit une famille qu'il a voulu à son image.
     Ce n'est malheureusement qu'à la fin de sa vie, son devoir de père accompli qu'il a pu enfin exaucé son voeu très cher en venant s'installer à Marseillan : retrouver la mer.
     Tu peux être fier, PAPA. De la haut, je sais que tu nous vois tous réuni pour te dire au revoir, enfants et petits enfants. Je veux te dire également un immense merci pour tout l'amour que tu nous a donné.
Tu peux être heureux maintenant que tu as retrouvé ton frère et tes parents. Je sais que tu veilleras sur nous, et nous, nous essaierons de nous montrer digne de toi.

J'aime profondément mes parents, ma famille.
J'adore mon père, et suis si reconnaissant de la vie qu'il m'a offert.
Il nous a tellement donné, en nous guidant, sans rien imposer, en nous éduquant par l'exemple, par l'exemplarité. Il y avait chez lui tellement de force, de vrais bonnes valeurs, tellement de connaissances sur le monde et la nature, tellement d'amour, tellement à prendre, que nous avons pu piocher sans réserve, et ainsi construire celui que nous voulions être.
Le but étant d'essayer de devenir aussi bon homme et aussi bon Papa que tu l'as été.
Alors voila, maintenant et comme nous le faisions au paravent, avec Àimé, Jean-Luc et Jocelyne, mes enfants se moquent gentiment des blagues foireuses, des chansons d'opérettes, des expressions exotiques que je t'ai emprunté.
Mais je me surprends aussi parfois, à les réconforter, à les câliner par un geste qui était tien.
Très important Papa, ils ont l'amour de la mer et des océans, comme moi, grâce à toi.
Il y a tellement de richesses en toi.
Il y a tellement de choses en moi qui sont toi.
       Un bon père, ça ne se perd jamais, ça perdure, indéfiniment.
Tu es toujours là avec moi, avec mes enfants et j'en suis sur avec les leurs plus tard.
Peu de personne dans ma vie ont réussi à me passionner, à ni m'enthousiasmer.
J'ai eu pas mal de professeurs, mais c'est à ton école Papa, ou je me suis éveillé, formé, accompli.
Je n'ai pas suivi toutes les matières que tu m'as proposées. Tes passions étaient si nombreuses : le chant, la peinture, la chasse, la pêche, la chasse sous marine, tes diverses collections, la pétanque, le jardinage, ta connaissance de la nature, mais aussi ta matière principale : l'incommensurable amour de ta famille.
J'ai essayé d'être le meilleur des élèves dans certaines de ces disciplines. J'ai même effleuré l'espoir qu'un jour je dépasserai le maître.
Peine perdue, trop fort mon Papa... Aujourd'hui, je suis orphelin de mon Héros, et le monde à perdu une immense personne.
Ta bonté, ton honnêteté, ta générosité, ta façon d'être feront défaut à ce bas monde.
Tu vois, tu nous manques déjà mon Papa.
     Merci encore pour tout le bonheur que tu m'as apporté, merci pour les inoubliables moments que nous avons passés ensemble et pardon pour tous les soucis que je t'ai causé.
Pour finir, je veux m'adresser à ma fille, à mes neveux et nièces.Le chef de notre tribu nous a quittés, mais je suis certain que vous parviendrez à faire vivre son esprit au delà des générations.
La part de son sang qui coule dans vos veines vous donnera la force et le talent de ne jamais briser l'âme de notre famille.
Malgré vos différences, restez toujours unis les enfants, votre Pépé vous le dirait :
on est toujours plus fort quand on est uni.

Jocelyne, ma cousine née Ménard a partagé ma jeunesse Guelmoise. Nous partions le matin avec le break en direction de l'école, que de souvenirs m'assaillent, nos incessantes confidences et moqueries nous faisaient rire, c'était le temps de la jeusesse insouciante et heureuse.
Nous ne nous sommes jamais quittées de vue, on se considérait comme deux sœurs, nous partagions nos joies et nos peines.
      Nous avons transmis notre affection à nos enfants respectifs qui, lorsqu'ils se retrouvent, évoquent les moments de bonheur simples, passés ensemble.
      Jamais nous n'oublierons Robert, un homme admirable, généreux et dévoué, que nous appelions le "Roi de la pèche", il savait où traquer des sars, les oblades (sans plomb disait-il) dans les zones d'écume au pieds des rochers pendant les coups de mer, .
      Nous l'avons accompagné à sa dernière demeure en partageant le chagrin de toute sa famille, parents et amis, pécheurs et boulistes, venus nombreux.
      Nous souhaitons à ma cousine chérie, à ses enfants et petits enfants beaucoup de courage pour surmonter cette grande douleur que nous partageons, nous sommes de tout cœur avec vous, on vous aime
Yvette et Gilles
GUELMA-BONE

2015 : Robert et une de ses petite fille Manon Castan


2015: Un jour de fête à Marseillan..Jocelyne Castan (leur fille), Robert, Jocelyne Lamouroux, Yvette Martinez

2015: En promenade à Marseillan, Robert Lamouroux, Yvette Martinez, Jocelyne Lamouroux

Site Internet GUELMA-FRANCE