BLASON DE LA VILLE DE GUELMA

Don de Jean-Paul FERNON, auteur avec Nicolas Vernot, de l'Armorial des communes de l'Algérie Française

GUELMA

(Département de Bône, arrondissement de Guelma).

                                        
   1                       2

            (1) Ecartelé, au premier d'azur à trois épis empoignés d'or posés en barre, au second d'azur à un monument antique perronné de trois pièces cousu de gueules et ouvert de sable, au troisième d'azur à un rencontre de vache locale au naturel, au quatrième d'azur à trois branches d'olivier empoignées cousues de sinople posées en barre.Couronne murale à quatre tours de gueules.

             Guelma est l'antique Calama, célèbre, entre autres, par son théâtre romain. Après la prise de Constantine en 1838, le maréchal Clauzel décida d'y établir un camp retranché. Le camp fut entouré d'une vaste enceinte dont la couronne murale qui timbre les armes de la ville évoque peut-être le souvenir. Un centre de peuplement fut adjoint au camp militaire en 1845.

             Les armes ci-dessus (1) sont celles que l'on rencontre le plus souvent aujourd'hui. A partir d'une copie en noir et blanc, on a fait appel à la mémoire des Guelmois pour en restituer les couleurs. Cette reconstitution n'est pas sans poser problème : outre qu'elle dote les quatre quartiers de l'écartelé d'un champ uniformément d'azur - ce qui est rare pour un écartelé -, elle place deux meubles à enquerre : le monument et les branches d'olivier.

             Pour autant, il semble bien que ce soient les armes d'origine : de l'avis de tous, notamment, le champ du blason était uniformément d'azur. Il ne faut pas perdre de vue qu'en Algérie à l'époque coloniale, les entorses aux règles du blason ne sont pas si rares, et c'est peut-être parce que ces armoiries étaient très éloignées des canons héraldiques que la commune éprouva vers 1960 la nécessité d'abandonner cet écu pour une nouvelle réalisation parfaitement orthodoxe, confiée au meilleur héraldiste français de l'époque (voir plus bas).

             Les premières armoiries de la commune étaient puissamment évocatrices des réussites agricoles locales : "le blé du premier quartier est le "blidi 17" étudié par l'école d'agriculture de Guelma qui couvrit les plaines d'Algérie car il était court et ne donnait pas de prise au vent. La vache, spécifique par sa robe, était élevée dans la région guelmoise". Elle a donné son nom à la meilleure race bovine de l'Algérie. La culture de l'olivier était très importante dans la région. Guelma compta jusqu'à sept moulins à huile, dont le plus important appartenait à la Société Huilière de Guelma. Les huiles locales se distinguèrent tout particulièrement lors de l'Exposition universelle de Paris en 1889.
             L'absence d'évocation de l'Islam s'explique par le fait que le site de Guelma était pour ainsi dire déserté à l'arrivée des colons français, qui fondèrent ainsi une ville neuve.
             Quant au monument antique figurant dans le second quartier, il n'a pu être identifié par les anciens de Guelma qui y voient soit un baptistère, soit une fontaine. On pourrait y voir aussi la silhouette de l'édicule à fronton triangulaire soutenu par quatre colonnes qui abritait une statue de Jupiter dans le square de la ville.
             En 1961, la mairie de Guelma retint parmi cinq projets de nouveau blason celui du célèbre héraldiste Robert Louis :

            (2) De gueules au théâtre romain du lieu d'argent ouvert de sable, au chef d'or chargé de deux rameaux d'olivier de sinople, ployés et passés en sautoir en forme de deux G adossés.

             Couronne murale d'or à trois tours ouvertes de sable.

             Soutiens : deux gerbes de blé d'or liées de sinople.

Il ne semble pas que ces armes, fort réussies, aient été adoptées officiellement avant l'indépendance.

Sources :Informations recueillies auprès d'Yvette et Gilles MARTINEZ.

Le collectif des Guelmois remercie Jean-Paul Fernon pour toutes les précisions apportées pour la meilleure compréhension des armoiries de Guelma et vous convie à regarder le site www.labanquedublason.com

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE