Les événements du Constantinois.
Dépêche de Constantine
11 octobre 1955

Après l'attaque du car Philippeville-Guelma.

Au cours de l'engagement qui suivit l'attaque du car de Guelma Philippeville, un caporal-chef parachutiste fut tué. Un sergent, blessé grièvement, transporté immédiatement à l'hôpital de Guelma devait décéder hier matin malgré tous les soins attentifs dont il avait été entouré.

Hier à 11:30, M. François Poggi faisant fonction de maire, M. Marceau Attali, adjoint au maire, et Henri Sauvage, conseiller municipal se rendirent à l'hôpital où ils furent reçu par M. Calvet, directeur.
Ils s'inclinèrent longuement devant les corps de ces deux militaires, enfants de France tombés victimes de leur devoir.

M. François Poggi apportait dans ce geste l'hommage ému de toute la population de notre ville à ces vaillants soldats morts pour que la France civilisatrice et humaine continue son œuvre dans notre chère Algérie française.
Avant de quitter l'hôpital M. François Poggi tint, tant en son nom personnel qu'à celui de la population féliciter et remercier M. Calvet pour le dévouement qu'il apporte en ces moments difficiles.
Quelques instants après, M. le docteur Jouane, conseiller général, venait à son tour s'incliner devant le corps des malheureux parachutistes victimes du devoir.
Le corps de deux parachutistes ont été acheminés vers Philippeville.

HOMMAGE A DEUX SOLDATS DE LA FRANCE

Sergent Guyard, caporal-chef Canavet, a dit le chef de bataillon commandant le troisième/premier RCP, vous êtes tombés à la pointe du combat dans cette lutte ingrate contre un ennemi perfide qui refuse de se battre et qu'il faut traquer dans ses repères.
Par votre sacrifice vous êtes entrés dans la famille essentiellement glorieuse et sacrée de notre pays, celle des soldats qui ont donné leur vie pour la grandeur de la France.
Avec le suprême des mois adieu de vos camarades, de Roussel, de vos chefs, du pays tout entier, je vous apporte le témoignages de leur estime, de leur admiration, de leur reconnaissance fraternelle et la promesse de conserver jalousement dans leur cœur le souvenir de votre exemple comme le pur symbole du plus beau des sacrifices.
Le commandant Ducruc a ensuite déposé la médaille militaire sur le cercueil des deux gradés

Obsèques de M. Albert Walter.
Un enfant de Guelma appartenant à l'une des plus vieilles nombreuses familles de la ville, Albert Walter qui comptait dans toute la région des amis, a été lâchement assassiné par des bandits que nous nous refusons de qualifier.
Nous pouvons dire tomber au champ d'honneur, car il assurait le service dangereux de cette route qui relie Philippeville à notre ville. Le danger, il le connaissait, il le bravait ; car cette route qu'il parcourait depuis un très grand nombre d'années, longue de 82 km, tout le monde l'estimait : il était serviable et chacun sait combien dans les campagnes, on est heureux que quelqu'un de dévoué s'intéresse au bastion isolé ; aussi ne voulait-il pas abandonner ses amis de toujours.
Son dévouement, le dur travail qu'il menait, lui a coûté la vie.
Il est mort face au danger en faisant son devoir de français. Aussi la population de Guelma et de la région a tenu à rendre un solennel hommage à cet ami, en venant en foule compacte assister à ses obsèques vendredi dernier
Tout le monde était là et la plus profonde émotion se lisait sur le visage crispé des hommes, visage crispé par la colère et la douleur alors que les femmes pleuraient silencieusement
D'innombrables gerbes de fleurs et des couronnes transportées par trois voitures venaient en tête du cortège, puis le clergé et un drap porté par des amis du défunt.
Derrière la voiture mortuaire, qui disparaissait sous les fleurs, venaient M. Michaut, chef de cabinet de préfet représentant M. le sous-préfet, les membres de la famille puis les personnalités par lesquelles nous avons noté :

M. François Poggi et faisant fonction de maire, M. Burgat délégué à l'assemblée algérienne Monsieur le docteur Jouane, conseiller général, le commandant Ducamp commandant d'armes, M. Prunetti ancien conseil général, M. l'administrateur Pace, M. Attali adjoint au maire, M. Guiraud maire d'Héliopolis, M. Laban maire de Kellermann, M. Julia maire de Petit, M. Simonetti, Semidei juges, M. Roger Champ et Lazari juges de paix, M. le bâtonnier René De Pérétti, M. Jean Poggi, Ksentine, Grégoire avocats, Me Guerard et Jean Rodière avoués.
M. Mingalon greffier en chef, M. Amar interprète chef, M. Yvora directeur des associations agricoles, le capitaine Lachaise, le capitaine de gendarmerie Guy, MM les Dr Lévy, Pancrazi, Pichèyre, Béboucha, M. Calvet directeur d'hôpital, M. Plaza 'économe et une délégation du personnel, M. Henri sauvage, M. Sadler, Faletti, Nabeth Jacob, - Zuretti, Fiorini, Saïd Georges, Arella, Charles Bezzina, Attal Gilbert, Lacroix , Zamith, Larosa, Messerchmitt, Moïse Taïeb, Martini, conseiller municipaux à Mlle Octavie directrice de l'école Sévignée, Mme Betch directrice de l'école Georges Sand. M. Anglade directeur de l'école d'Alembert, M. Giraud secrétaire général de la mairie, d'Hippolito agent voyer , MM. Nizard, Marchandises, Michel , Simon TPE M. Trescase capitaine des CRS Toubal OPJ faisant fonction de commissaire de la police d'état , M. Defobis de la PRG, M. Duchamp receveur des contributions, M. Gugluelmina inspecteur des contributions diverses. Mme François Poggi vice présidente du souvenir Français, M. Marcel Jean préside des anciens combattants, maître Guerard président du Dar el Askri M. Trazini président de la légion d'honneur, M. Louis Lacroix président des médaillés militaires, M. Marcel Champ M. Alexandre Jan et Lunardelli vice-président des familles nombreuses, le colonel en retraite Derré, M. Fatah directeur de l'école d'agriculture, Messieurs Janin M. Aubreton , monsieur l'adjudant de gendarmerie Alphand et une délégation de cette arme, une délégation de la police d'état, M. Molina lieutenant des sapeurs pompiers M. Cassar qui se trouvait dans le car et qui a miraculeusement échapper à la mort. Nécessaire, Marienne, Délicato, Lecharbonnier, Delmotte, Ditlot, Asscension, Luciani, Missud, Zara, Dimeck et la foule immense silencieuse et recueillie

Le cortège se rend à l'église Saint Possidius ou l'absoute est donnée par le chanoine Cutajar de Guelma.
C'est ensuite la montée vers le cimetière. La nature s'est mise en deuil, leçon de vie, il pleut, mais tout le monde voudra, accompagner Albert Walter dont la mort tragique a si profondément impressionné la population saine de ce pays. Guelma qui ne demande non pas vengeance, mais que justice soit faite.
Nous nous inclinons devant sa vieille maman, son épouse, son fils , ses sœurs et frères, devant toutes les personnes si cruellement frappées par ce deuil nous leur adressons nos condoléances émues.

Les obsèques de M. Muscat Joseph auront lieu aujourd'hui vendredi à 9:00 et celle de M. Albert Walter également ce jour à 15:00.

Site Internet GUELMA-FRANCE