EXCURSION EN ALGÉRIE.

Ville de Guelma.
A Guelma : l'enterrement d'une dame

Le train ne partant de Guelma pour Constantine qu'à 6 heures 45 mais, nous avons le temps de parcourir la ville.

Guelma est une toute petite ville, à peu près carrée, de 60OO habitants, dont ,15OO français, elle est située dans une plaine sans grands accidents de terrain, elle est entourée d'un rempart crénelé, les rues sont plantées d'arbres pour la plupart.
Elle a une très modeste église. Son industrie consiste principalement en minoterie, tanneries et briqueterie.
Guelma possède une espèce de musée, installé dans un jardin; il renferme des statues, des tombeaux, des autels et des inscriptions très anciennes, mais qui sont bien détériorées. C'est dans ce jardin que nous voyons des géraniums qui ont plus de deux mètres de hauteur, des aloès magnifiques ainsi que des cactus superbes.

Une curiosité spécifique
'" Nous assistons à Guelma à l'enterrement d'une dame ".
La cérémonie est toute spéciale. C'est ainsi que devant le cercueil, placé sur un char traîné par deux chevaux noirs encapuchonés par d'énormes bonnets également noirs constellés d'étoiles d'argent, marche d'abord le curé solennel, encadré par quatre enfants de coeur en soutane, qui un livre de prières à la main récite des psaumes.
Puis suivent des femmes silencieuses toutes de noires vêtues, le visage caché par un voile sombre et opaque, puis un premier drap mortuaire à pompons argentés tenu par quatre d'entre elles, un autre groupe de femme, les parentes de la défunte, puis un autre drap mortuaire tout aussi triste ( celui d'une confrérie dont faisait partie la défunte) ensuite le corbillard et enfin les hommes.

Seul bruit qui résonne dans la ville le glas funèbre et monocorde qui appelle les gens à la prière vers l'église.
Toutes ces choses ne nous ont pas pris beaucoup de temps, comme il nous en reste, nous prenons une voiture afin d'aller voir les ruines d'Héliopolis, ce n'est pas bien intéressant ces ruines consistent en une ancienne piscine complètement démolie, dont il ne reste plus que des pierres entassées autour de la source qui est un peu chaude; quelques gamins s'y baignent, nous leur jetons quelques sous et c'est à qui fera de son mieux pour les retrouver. Nous revenons à Guelma peu satisfaits de cette promenade.

C'est aux environs de cette ville, à 3 kilomètres au Sud, que le célèbre tueur de Lions " Jules Gérard" a commencé sa renommée.

L'heure étant arrivée, nous reprenons le train pour Constantine.
La première station Medjez-Amar 'f) la locomotive il un de ses cylindres qui éclate; elle ne peut plus fonctionner, il nous faut attendre une nouvelle machine venant de Guelma.
Le climat de ce pays étant sensiblement supérieur à celui de Paris, nous avons souvent soif, parce que nous fumons aussi comme des Suisses, c'est donc un vrai dessèchement que nous avons. Étant forcément arrêtés, nous cherchons le buffet, il fait nuit, on n'y voit pas à trois pas devant soi. En fait de pays, il y a jute la maison du chef de gare, le village est à 7 ou 8 kilomètres plus loin. - Tout le monde est sorti du train, même les Arabes, et nous ne trouvons toujours pas ce que nous cherchons : c'est-à-dire à boire.
Nous nous adressons alors. au chef de gare, il nous offre immédiatement une bouteille de vin, mais Georges lui dit:
" Non, pas une seule, mais deux, donnez-nous en deux. "
Tout le monde rit; voilà donc ce digne Monsieur nous apportant les deux bouteilles demandées, c'est du vin blanc de sa cave, nous trinquons à la ronde; mais lorsqu'il s'agit de payer, c'est une autre affaire, il ne veut rien accepter malgré nos instances, disant qu'il n'a pas le droit de vendre et nous sommes forcés de rester ses obligés.
enfin et nous voici de nouveau en route avec une heure de retard. Nous arrivons au Kroubs; là, nouveau retard , à cette station nous changeons de réseau et la correspondance n'existe pas parce que le train pour Constantine est passé à l'heure réglementaire et n'a pas pu attendre.

Il nous faut donc patienter encore jusqu'à ce qu'une machine vienne de Constantine pour nous chercher. Nous passons notre temps au buffet où Georges l'emploie fort bien.
Enfin nous arrivons quand même à Constantine avec deux heures de retard, il est 2 heures du matin.
En route vers l'hôtel et d'autres aventures en Algérie...

Site Internet GUELMA FRANCE