Dictionnaire de l'Algérie
Géographique, économique et politique
GUELMA
M McCarthy
Guelma, chef -lieu d'un des cercles de pour reprendre de la subdivision de Bône à la base des pentes nord du massif de la Mahouna, sur le bord d'un plateau qui domine la vallée de la Seybouse dont elle est à quelque distance dès que l'on passe sur un pont.

Cette ville a été fondé par une ordonnance du 20 janvier 1845, mais elle a commencé à prendre quelque importance après lavoir reçu une colonies de 1848 : aujourd'hui et elle compte prêt de 250 maisons, 300 européens et 800 indigènes, la commune ayant, avec sa population éparse, prés de 4000 âmes.

Pendant longtemps la majeure partie des colons, composée d'ouvriers d'arts, négligea la culture pour s'occuper ailleurs, mais ils n'ont pas tardé à revenir aux travaux des champs qui n'ont pas trompé leurs espoirs, il existe aujourd'hui et sur tous les points du territoire un grand nombre de fermes dont quelques-unes sont très importantes.

Guelma n'a besoin, pour prospérer, que de faciles communications avec Constantine et avec Bône ; les chemins de fer les lui donneront. C'est d'ailleurs une jolie petite ville, d'un aspect fort agréable et dont l'église a l'édifice le plus remarquable.

Les établissements militaires sont enfermés dans une enceinte antique flanquée de tours carrées que l'on a trouvée presque intacte, et qui sont les restes de la première Calama réédifiée par les gouverneurs byzantins de l'Afrique. Elle a une justice de paix, une pépinière, un marché hebdomadaire pour le bétail et deux marchés, le mardi et le samedi, pour les céréales.

Le marché aux bestiaux est le plus important de l'Algérie, et les trois provinces y envoient des acheteurs ; on y amène chaque année de 40 à 50000 bœufs. Il y a de Guelma à Bône 66 km, et vers Constantine 100 km.

La colonisation fait de rapides progrès dans le cercle de Guelma, en raison de l'excellente qualité des terres et des facilités d'irrigation qu'on y rencontre.

On y trouve déjà cinq villages agricoles ; Héliopolis, Petit et Millesimo fondé en 1849, Guelaa bou sba et oued Touta, sont d'une création beaucoup plus récente.

Héliopolis est situé vis-à-vis et à 4 km 500 de Guelma, de l'autre côté de la rivière sur la route vers Bône.
Millesimo et Petit sont situés du même côté que Guelma, dont ils sont, le premier à 4 km, le deuxième à 8 km .
Guelaa bou sba est encore sur cette même route de Bône, à 5 km d Héliopolis.
Oued Touta n'est qu'à 4 km de Guelma dans la direction de Jemmapes

À 14 km de Guelma, sur la route de Constantine et au confluent de l'oued Zenati et de l'oued cherf se trouve l'établissement de Medjez Amar, qui est destiné à recevoir les orphelins de la province de Constantine. L'étendue de la concession est de 500 hectares.

C'est aussi prés de medjez Amar, que se trouvent les fameuses sources thermales appelées par les Arabes hammam meskhoutine, (les bains enchantés *), une des plus grandes curiosités naturelles de l'Algérie. Le gouvernement y a fondé en 1845 un petit établissement pour les blessés et les malades.

Constantine, l'ancienne Cirta, en arabe "k'sent ina", le chef-lieu de la province est la résidence du général commandant supérieur, celle du préfet du département et de tous les chefs supérieurs de l'administration. Sa position, réellement extraordinaire, a été, à toutes les époques, l'objet d'un étonnement très naturel.

Placée dans une dépression, dans une sorte de large col que forme, à ce point, la chaîne limite du Tell et de grandes plaines centrales, elle y occupe un plateau dont les concours dessinent un trapèze régulier qui a son angle le plus aigu tourné vers le midi, tandis que les trois entorses sont exactement faces aux trois autres points cardinaux.

Sur les deux phases du Sud -Est et du Nord Est ce plateau a été séparé de la masse à laquelle il appartient par une déchirure profonde dans laquelle coule l'oued Rhumel, la rivière du sable.

*(Bains des damnés)

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE.