GILLES-EDOUARD MARTINEZ,
-Administrateur du site -GUELMA-FRANCE
depuis l'année 2001.

   Cloche D'Alembert
 

En 2005 eu lieu le lancement du nouveau site Guelma-France. Il a voulu s'inscrire dans une nouvelle démarche, pour être en cohérence avec une nouvelle présentation et la charte photos-textes, il fallait une refonte du site.
Dans ce projet GUELMA-FRANCE a voulu proposer aux Guelmois un outil d’information performant et des textes innovants. Le nouveau site Guelma-France est le reflet du dynamisme et de l’innovation.
Pour construire ce site, il s'est appuyé sur la mémoire des uns et des autres, auprès d’internautes fidèles à la mémoire collective pour s’approcher des besoins des Guelmois.
A partir de ces enquêtes et des préconisations formulées, il a construit un site au plus proche des envies des internautes.
En tant que webmaster son objectif fut de reprendre les écrits de ceux qui avaient créé l’Algérie et particulièrement la ville de Guelma, de façonner une page d’accueil efficace sur la terminologie des menus.
La typographie utilisée, la taille des caractères des polices ont été travaillés pour être les plus lisibles possible garantissant l’accessibilité au plus grand nombre.

Ce site GUELMA-FRANCE a été réalisé grâce à la collaboration dévouée de Jean-Pierre Bartolini créateur de nombreux sites sur la ville de Bône et qu'il faut remercier pour son écoute toujours disponible.
La mise à jour se fait tous les deux mois, mais contrairement au premier site les archives sont consultables en permanence.

Gilles Martinez est né à Sétif en Algérie, est autodidacte, ses parents exploitaient le "Bar du Progrès" puis à Guelma le "Grand Café Glacier et Cercle de l‘Union". S’est engagé dans l’armée par devancement d'appel. A Blida, après des tests il est dirigé vers les écoles de Nîmes et Rochefort .
Vingt sept mois après, il décide de tenter sa chance en France.

A Grenoble, il travaille dans une Société d’Etudes et d’Applications Hydrauliques (service mission extérieure), s’inscrit au cours du soir, à l’issue de sa formation accélérée participe aux missions suivantes:
- Étude portuaire à Buchanan Libéria : pour le compte de la Liberian-American-Swedish Mining Company (Lamco), transports solides, granulométrie, ensablement, courants marins (langue officielle Anglais);
- Liban-Saïda : (Office d'électricité du Liban) étude des courants en mer, transports solides et mise en place et exploitation d’une station météo. (langue officielle arabe);
- Espagne Laredo : Cimenterie Lafarge, mesure des courants et marées en vue de la construction d'un port, modèle mathématique à Grenoble; (langue officielle Espagnol)
- Espagne Séville : Etude du fleuve Guadalquivir pour construction de barrages, exploitation des archives météo, classement sur IBM, (langue officielle Espagnol)
- Brésil (Rio de Janeiro): Démonstration de matériels de mesures maritimes (langue officielle Portugais);
- Argentine Province du Rio Négro: Etude pour l’implantation du port à San Antonio oest. (exceptionnellement lui fut attribué la carte d’identité Argentine) (langue officielle Espagnol)
- Mururoa :Mesures de la radioactivité sur l’atoll et en mer après les explosions nucléaires suivantes :
Aldébaran, 02 juillet 1966, Tamouré 19 juillet 1966, Ganymède 21 juillet 1966, Beteigeuse 11 septembre 1966, Rigel 24 septembre 1966, Sirius 04 octobre 1966, et de nombreuses campagnes de mesures en France, des rivières; Isére, Drac ect..où comme pour la ville de Cannes, mesures et sondages pour la campagne de réensablement des plages .

Quitte Grenoble et se fixe à Perpignan où il exerce la fonction de chef jaugeur à la Direction Départementale de l'Agriculture, où il participe à de nombreuses études, barrages, jaugeages (Connaissance des débits des rivières et de leurs variations (régime hydrologique). Connaissance générale des ressources en eau de surface. Gère le suivi du débit des rivières au moyen d'un réseau hydrométrique composé d'un ensemble de stations hydrométriques (comprenant principalement des stations de jaugeage et stations limnimétriques ou limnigraphiques, hauteurs d'eau, (courbes de tarage,) protection (avec ses limites) des lieux habités. Des jaugeages ponctuels sont également réalisés hors des stations de jaugeage, soit pour répondre à des demandes particulières (qualité des eaux en particulier), soit pour contribuer à la connaissance générale des régimes hydrologiques des cours d'eau de la région, (Agly 81,7 km, la Têt, 115,8 km, Tech 84,1 km, ect...)
Toutes les mesures effectuées ont été entrées dans une base de données, et stations limnimétriques, nappes phréatiques, pluviométrie,ect.. Prend sa retraite en 1995.

Curieux de connaître une réalité méconnue non enseignée dans les salles de classes, il a fait le siège par internet et par écrits à de nombreuses bibliothèques, et à des historiens (France, Canada, U.S.A (dans les bibliothéques de différentes universités américaines), a remonté le temps, consulté des dizaines de livres et journaux, échangé de nombreuses documentations et courriers.
Passionné de l'histoire de l'Algérie, il crée le site internet GUELMA-FRANCE que suivent des milliers d’internautes depuis la France et l'étranger
Il est l’inspirateur d'un livre sur Guelma qui retrace l'histoire de cette ville depuis la préhistoire jusqu’à 1962, et qui traite de l’arrivée dramatique des premiers colons, l’assèchement des marais pestilentiels proches de l’oued Seybouse, la démoustication, la lutte contre les maladies endémiques, le défrichement des terres, les relations avec les autochtones et l’action de l’armée française.

Vous trouverez les TEXTES ET PHOTOS sur le site GUELMA-FRANCE