SERAIT-CE " LE VRAI BLASON DE L'ALGERIE FRANCAISE ? "

         Tous les Algérois connaissent la fameuse porte des Lions, dans le quartier de l'Amirauté " avec ses félins, son écu couronné, son sceau de Salomon, qui constituaient les anciennes armes d'Alger, lesquelles furent l'œuvre de quelque esclave chrétien.

         Cette porte donnait accès à la salle du corps de garde des janissaires. " (1)

         Ces armoiries étaient celles de l'Alger turque.

         Le blason moderne serait apparu vers 1862.

        Quelles étaient donc les armoiries d'Alger la française, avant cette date ?

        Monsieur Jean BAYOL, écrivait en 1984, je le cite :

        ECU français coupé au chef d'azur à la pointe de sinople frappé de trois étoiles d'or encadrant un croissant d'argent, timbré d'une couronne à cinq tours crénelées d'or ouvertes chacune d'une porte à plein cintre.
        Ce blason est frappé sur des documents anciens (avant 1850).

        Ensuite apparaissent de très belles armoiries qui reprennent le symbole de l'arbre à la suite de la coutume imposée par la révolution de 1848, sans doute l'arbre de la liberté.

        Ces armoiries sont constituées de deux blasons ovales (ou oblongs, l'un, à gauche, représente Alger et l'autre, à droite, l'Algérie. Celui à gauche (ou senestre) fascé au tiers supérieur, par un crénelage double de pointes barrées, portant en chef sur fond d'azur, trois étoiles d'or, et en pointe un arbre de sinople, sur fond d'azur.

        Celui de droite (ou dextre) sur fond de gueules, un palmier de sinople, supporté par deux lions d'or et surmonté d'un oiseau d'azur (intervalle outremer).

        Ces deux blasons sont reliés en pointe par un soleil à figure humaine, colleté d'un croissant de lune d'argent, le tout soutenu par une ornementation de style baroque, timbré d'une couronne de trois tours et deux demi-tours aux extrémités, les trois tours crénelées d'or ouvertes chacune d'une porte à plein cintre, l'ensemble souligné d'une palme d'or, ces armoiries apparaissent sur des cartes de la ville d'Alger après 1950 !

       Je laisse le soin aux savants héraldistes(1) de les décrire avec plus de conformité.

       C'est au vu et au su de ces armoiries que je lançais, il y a deux ans, l'idée d'un drapeau avec le symbole de l'arbre déraciné qui, aux temps anciens figurait sur les armoiries des seigneurs dépossédés de leurs terres.

Beaucoup de nos compatriotes furent intéressés par ma démarche, mais les avis étaient trop partagés quant au choix de l'emblème.

Pourquoi ne reprendrions-nous pas ce symbole ? Pourquoi ne pas choisir l'arbre déraciné, car cette image s'impose dans l'esprit de beaucoup d'entre nous.

Ne restera-t-il de nous, comme je le disais en d'autres occasions, que " la trace de pieds sales sur un dallage doré " ?

Symbole qui n'en est pas un, car, quoique nous n'ayons pas à en rougir, personne ne peut dire avec certitude qu'elle est son origine ni sa signification.

Pourquoi ne pas lancer une grande campagne sur ce thème ? Si l'idée du drapeau ne s'impose pas à tous, nous serons et resterons malgré ce refus, ni des rapatriés, ni des exilés, mais des personnes déplacées, de pauvres déracinés.

Jean BAYOL, 66500 Prades mars 1984.

(1) Feuillets d'El Djezaîr, H. Klein, 1910.

(1) Nous sollicitons Monsieur Jean-Paul Fernon, que nous remercions par avance, de nous apporter son aide et son analyse sur les écrits concernant ce blason. Vous pourrez consulter l'Armoirial des communes d'Algérie en vous conectant sur www.labanquedublason.com

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE