ASSISTANCE PAR LE TRAVAIL
GUELMA : CRÉATION D'UNE MAISON DE L ARTISANAT

Comme suite aux démarches pressantes de notre municipalité et des représentants de la région M. Rolland directeur de l'Office de l'artisanat au gouvernement général est passé par notre ville mercredi pour arrêter l'organisation et la réalisation prochaine d'un atelier de l'artisanat actuellement à Guelma.
Après une étude approfondie des ressources locales et des conditions dans lesquelles cette nouvelle œuvre si intéressante pourra être créée et fonctionner dans notre ville.
Une réunion a élu à la mairie à laquelle assistait :
M. Rolland, le maire et ses adjoints M. LAVIE délégué financier et M. DAHEL conseiller général.
Un accord complet est intervenu sur les bases générales suivantes :

Le comité local avec le concours de la commune mettra à la disposition de l'artisanat un local spacieux pour l'installation des ateliers et un logement pour la monitrice.
Le gouvernement général enverra et appointera une monitrice expérimentée dans la fabrication de tapis et tissus.

Les métiers à tisser tout le matériel nécessaire seront fournis et installé par l'office du gouvernement général qui prendra également à sa charge les frais des d'aménagement des locaux.
L'œuvre sera divisée par un comité local dont la composition sera déterminée prochainement.
Les apprentis recevront indépendamment de l'apprentissage technique une rémunération journalière proportionnée à leurs aptitudes professionnelles.
Un régisseur comptable et un gardien seront rémunérés par l'office.

Les matières premières nécessaires à la fibre de fabrication des tapis et des tissus seront achetées autant que possible dans la région.
Les produits manufacturés seront vendus par la priorité aux commerçants et exceptionnellement au particulier lorsqu'il aura des excédents.

L'œuvre fonctionnera dès que le conseil municipal aura approuvé ce projet et que la demande officielle des crédits de personnel et du matériel qui a été adressée officiellement au gouvernement général aura reçu satisfaction ce qui, d'après la promesse de M. Rolland ne saurait faire de doute.
Voici à titre d'indication complémentaire sur cette base et suivant quelle direction l'artisanat a été organisé et fonctionne en Algérie.

L'ARTISANAT INDIGENE
De nombreuses enquêtes faites dans les diverses régions de l'Algérie, ont montré que la plupart des industries indigènes périclitent.
Il est, en effet de notoriété publique, que la fabrication des tentures, des tapis dans les douars est faite trop souvent sans soins, avec de mauvaises teintures et s'éloignent des traditions artistiques, à telle enseigne, que la vente devient de plus en plus difficile constitue parfois une véritable réclame à reconnaître que la bijouterie, l'ébénisterie, la dinanderie, la maroquinerie indigène ont perdu de leur originalité et deviennent de moins en moins important, si bien que le nombre d'artisans abandonnent leur métier, ou n'en tirent que des profits insuffisants.

Si l'on songe, en outre, que la grande et petite Kabylie, des exploitations agricoles sont de type est un, des milliers de femmes sont insuffisamment occupées, on se rend compte de l'importance qu'il y avait à créer, dans la colonie, un organisme permettant de renouveler, de développer les arts et industries indigènes, d'établir un délai, des industries nouvelles, et enfin, d'éduquer professionnellement nombre d'artisans et de femmes indigènes.
Cet organisme, est la maison de l'artisanat.

Créé par le gouvernement général en date du 17 novembre 1925, la maison de l'artisanat fonctionne depuis le commencement de 1926 avec l'accord et la collaboration des groupements commerciaux et industriels et avec d'un comité central consultatif qui se compose.
1) Une section générale et administrative qui donnera son avis sur le mouvement des organisations professionnelles, les conditions d'un nickel pourront produire et vendre ses heures ces organisations.
Cette section comprend les présidents des syndicaux commerciaux d'Oran d'Alger et Constantine, deux représentants des délégués financiers colons, deux représentants des délégués non colons représentant des délégués financiers indigènes.

2 ) La section technique et commerciale s'occupant des mesures à prendre pour augmenter la production et la vente d'objets d'art et d'industrie fabriqués par les indigènes et utiliser la main-d'œuvre formée dans les établissements d'enseignement professionnel indigène.
Des comités consultatifs et de patronages locaux sont également établis dans les diverses régions de l'Algérie, ils donnent leur avis sur les mesures à prendre pour assurer le développement des heures d'enseignement professionnel, le placement des élèves et fournir des débouchés au travail des indigènes.
La maison de l'artisanat peut aussi compter sur l'expérience et les connaissances et la compétence des personnes qui prennent une part active dans la vie économique du pays.
D'ores et déjà, on peut constater les résultats fournis par une telle organisation.
L'utilisation de la main-d'œuvre féminine et enseignement professionnel.

Au point de vue de la formation professionnelle et de l'industrie, la maison de l'artisanat a créé des ateliers du filage de laine à Alger, bou Saada, tablât tandis que les ouvroirs de Colléa, de Tlemcen, de Jemmapes, de sidi bel abbes,…etc, on se préoccupe d'améliorer la fabrication des tapis, des teintures, d'apprendre des techniques de certaines broderies et dentelles.
Des congrès de travail pour les femmes indigènes viennent d'être également ouvertes à MILA ( Constantine) mascara (Oran). Ils sont placés sous la direction de monitrice sortant de la maison de l'artisanat. À Mila et à Mascara on met en œuvre un métier perfectionné établi par le chef d'atelier de la maison d'artisanat.
Les femmes indigènes avec ce métier, pour en faire leur Haïk non plus en 25 jours en jours, mais en quatre jours et seront également habituées à utiliser les métiers à armures de la métropole qui permettent de tisser des étoffes de haute nouveauté, avec les laines en fuseaux de nos douars.
La période des tâtonnements est passée, l'artisanat fait actuellement des métrages étoffes qui ont été fort appréciés par certaines maisons de mode de Paris.

Les écoles professionnelles fondées par la maison de l'artisanat ne sont que temporaires ; elles doivent toujours être remplacées par l'industrie.

C'est ce qui vient d'être fait à Sétif, où l'atelier des tapis de l'administration est actuellement aux mains d'une industrielle, qui, sans subventions continue l'ouvre ébauchés par l'artisanat, et maintient ainsi une nouvelle industrie dans la cité - Sétifienne ; c'est ce que, naturellement, à la maison de l'artisanat on se propose de faire encore dans d'autres villes, dans d'autres régions,
C'est assurément le moyen de faire entrer les artisans dans vie commerciale et industrielle de l'Algérie.
Il est certain que si les produits d'activité des populations indigènes parviennent, grâce du commerce algérien, appelant à prendre place importante sur le marché du monde, l'œuvre de l'artisanat qui aurait déterminé cet essor, aura apporté dans les milieux musulmans la prospérité qu'elle escompte.

Site internet GUELMA-FRANCE