RUINES ROMAINES COMPARÉES A GUELMA

NOMS ET ETAT ACTUELS
Depuis la frontière de TUNIS jusqu'au mont AURES
Extrait d'un livre de 70 pages, indiquant les anciennes routes romaines apparentes

Par Monsieur le Général DUVIVIER

1841

Le Kef de Tunis. L'ancienne Sieca Veneria, située à la source de l'Oued Remèll, qui se rend dans l'Oued Millèg.

Zaouia Sidi Kr'ill el Guiiès. Au nord du Kef; est habitée, équivaut en grandeur à Guelma; entourée d'un rempart encore conservé en entier; renferme encore d'anciennes maisons.

Rakbèt el Dakrla (" le cou de l'entrée,). Plaine au nord du Kef, resserrée entre les montagnes et la rivière.

Eugla M'ta Chairèd. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, sur une colline, au milieu d'une plaine, équivaut à la moitié de Guelma; tout est détruit; a une source qui se rend dans l'Oued. Millèg.

Sidi Abd el Baçat. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, au pied des montagnes, encore habité, équivaut à moitié de Guelma; avait un rempart, dont une moitié est renversée; l'autre moitié se soutient encore a encore des constructions; a des puits.

Gorn Hèlfaia montagne terminée par un pic très élevé, située dans un pays de montagne plate allant successivement en glacis jusqu'à Ouèd Sarrat: Le terrain incliné, allant jusqu'a la montagne Çlatta, se nomme el Bairka M'ta l'ouled Loumella.

Djbèl Çlatta. Montagne élevée, terminée par un pic très-haut; a des sources dont la principale se rend dans l'Oued Sarrat.

Ras Sarrat. Source de l'Oued Sarrat, montagne plate; près de la source est une ruine romaine débaptisé par la conquète arabe équivalant en grandeur à Guelma et ayant été entourée d'un rempart.

Amima. Nom du confluent de 1'Ain Çlatta, dans l'Oued Sarrat, sans ruines.

El Gala, ou Galat S'nénn. Montagne élevée. Cette montagne est terminée par un plateau ayant trois fois l'étendu de Guelma, occupé par un établissement romain débaptisé par la conquète arabe. On ne peut monter sur ce plateau que par un escalier antique et bâti : un escarpement, comme celui de Constantine, le long de la rive gauche du Rummel, le bordant sur tout son périmètre. Cette montagne de Gaïa est dans une vaste plaine en regardant Kiça, tout est terrain plat tant à droite qu'à puche, l'horizon au sud se terminant par quelques pics peu élevés. L'ancienne ville romaine débaptisé par la conquète arabe, avait deux rois au moins la surface de Guelma et elle était entourée d'un rempart. Des sources sont sur le plateau et donnent naissance au ruisseau Oubrihir, qui tombe dans l'Oued Millèg.

El M'Laigui établissement romain débaptisé par la conquète arabe, dans une plaine; ayant eu jadis un pont sur le Millèg, équivalant au tiers de Guelma; ayant eu un rempart, dont quelques aiguilles sont encore debout; tout, â l'intérieur, a été renversé.
Ce nom est aussi celui de l'intersection de l'Oued Sarrat et de Millèg.

Bahira Taijemou. Plaine sur l'Oued Ouhrihi, inférieur. On y trouve les ruines d'une ancienne ville romaine toute détruite débaptisé par la conquète arabe et ayant eu un rempart. Cette ville serait équivalant à Guelma.

Boujdaber. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, au pied et à l'ouest d'une haute montagne s'élévant sur une grande plaine une grande plaine; était équivalant à Guelma, avait un grand rempart qui est presque entièrement renversé ; à l'intérieur tout est détruit ; a une source qui forme l'Oued Boudjaber, lequel tombe dans le Milleg, après avoir, par sa rive gauche reçu l'Oued el·K'çab. Le mot Boudjaber est pour Boudjebel (le père des Montagnes)

Ouentza: Montagne élevée, terminée par deux pics très haut se rapporte beaucoup à celle du mon Burgaon, donné par Procope et traduite par M. Dureau de la Malle de ses recherches sur la régence

Tenia l'abid débaptisé par la conquète arabe. Passage entre deux hauteurs, deux petits forts romain sur la deux côtés; ils ont encore des parties debout; ils renferment des anciens puits comblés.

Gainnouni. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, au pied et au nord des montagnes, dans une plaine. Equivalente à Guelma, avait un rempart dont il ne reste que quelques aiguilles, à l'intérieur tout est renversé ; a une source qui tombe dans l'Oued Boudjaber.

Sidi-Iaïa. Mosquée, ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe, situé au pied et à l'ouest de Djebel el M'riiaije, qui s'élève au milieu d'une plaine; était équivalant à Guelma; avait un rempart qui existe encore jusqu'à une petite hauteur, à l'intérieur tout est renversé, a une source se rendant dans le Boudjaher.

ErkaiL Tour romaine détruite débaptisé par la conquète arabe; dans la plaine; une source qui tombe dans l'0ued Gastal

Gastall : établissement romain débaptisé par la conquète arabe, au pied de la montagne Ras Seta; au sud d'une grande plaine, était d'un tiers plus grand que Guelma; à l'intérieur tout est renversé a une source qui va rejoindre a l'oued M'Kcab

Zouarhat. Etablissement romain; en plaine près des montagnes, était équivalant à Guelma,

Aïn el Dib. Petite source tombant dans le ruisseau encaissé qui se rend dans l'oued Goulaïa .

Ras Suta, ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe, qui équivalait à Guelma dont l'ancien rempart n'existe plus qu'en parties et dont tous les anciens édifices ont été renversés

El Goullia. Ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe, équivalait à Guelma plus moitié en sus

Aïn Kebira. Ancien établissement romain était plus grand d'un tiers que Guelma, avait un rempart dont il existe encore quelques portions

Roumila, dit aussi el Gair. Ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe, équivalait à la moitié de Guelma

Rous el Aiounn. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, situé sur un glacis facile, uni, couvert de hautes broussailles; équivalait à la moitié de Guelma; avait un rempart actuellement renversé en entier; à 1'intérieur tout est renversé; a une source dont les eaux arrivent au Boudjaber (oued)

Ainn el Bey. Tour romaine débaptisé par la conquète arabe avec une source, sur une petite colline située dans une plaine; la tour est entièrement renversée: la source se rend dans le ruisseau de Rous el Aiounn.

Chainiia. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, en pays plat; était équivalant à la moitié de Guelma ; avait un rempart dont quelques parties ne sont pas encore renversées et qui laissent des aiguilles; à l'intérieur il existe encore un fort bien conservé; tout le reste est détruit; renferme une source qui se rend dans l'Oued el K'çab.

Djouèma Orfeilla. Etablissement romain; en pays plat qui avait un rempart qui enveloppait une surface équivalant au cinquième de celle de Guelma, et qui est renversé en entier; sur ce contour il existe encore cinq forts qui, très probablement, étaient cinq des tours flanquant l'enceinte; a une source se rendant dans l'Oued el K'çab.

Oued el K'çab dit aussi, Oum el K'çab (la mère des roseaux).

Les eaux de Chainiia et de Djouèma Orfail1a se réunissent dans l'Arcba qui devient Oued el K'çab et tombe dans l'Oued Boudjaber.

Haidra. Etablissement romain en plaine débaptisé par la conquète arabe, près des montagnes et à leur ouest; était de moitié plus grand que Guelma; avait un rempart dont une partie est renversée; à l'intérieur tout est détruit.

D'Haidra à Goulaïa tout est plaine; d'Haidra à Mohamed Chérif, on tombe dans des terrains montagneux.

Salat Naideur. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, au pied ouest de montagnes, en tête d'une grande vallée; équivalait à Guelma; avait un rempart, tombé maintenant en grande partie et dont il reste des aiguilles; à l'intérieur tout est renversé; a une source qui tombe dans les eaux du Gouraï.

Gouraï. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, dans une gorge très difficile, entre deux escarpements terminés supérieurement par des terrains plats; équivalait à Guelma; avait un rempart dont une moitié est encore debout, l'autre est renversé; l'intérieur tout est détruit, a une source dont les eaux vont se réunir à celles de Ain Chahrou.

Biccaria. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, en plaine, éloigné des montagnes; équivalait à Guelma; avait un rempart dont quelques parties sont encore debout; à l'intérieur tout est renversé; a une source.

Kçar Glaill. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe; au sommet d'un ravin, entre deux petites collines

Une nord et sud; dans une plaine; équivalait à la moitié de Guelma; avait un rempart qui est entièrement détruit; à l'intérieur tout est renversé; a une source qui tombe dans l'oued.

Ain Dibba. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe; en plaine était moitié de Guelma; avait un rempart dont une portion seulement est encore debout. j à l'intérieur tout est renversé sa source rejoint l'oued

Ainn Jaibia. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, au bas des montagnes, sur une petite colline dans la plaine; équivalait à la moitié de Guelma; avait un rempart qui est renversé ainsi que toutes les autres constructions; a une source qui tombe dans les eaux de l'Oued Tebbessa.

Griça. Petite ruine au pied des montagnes. Bouroumann. Source allant vers Tebbessa.

Tebbessa. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe,composé de deux parties totalement distinctes : l'une sur la rive droite, l'autre sur la rive gauche du cours d'eau venant de Bouroumann.

La ville de la rive droite, enveloppée par un rempart, dite "Tabbessa Kralia" (la vide,) est en plaine; elle équivaut a la surface de Guelma; elle ne renferme pas d'habitants.

La ville de la rive gauche, dite Tebbessa Amara'( la remplie), est au nord de montagnes très élevées; elle est plus grande de moitié que Guelma; elle est aussi enveloppée d'un rempart percé de deux portes; élie a un canon ; elle est peuplée et présente environ mille Ames.

La distance entre les deux ,villes est d'environ deux cent cinquante mètres; chacune d'elles contient beaucoup d'anciennes maisons romaines, les remparts sont très épais et d'une hauteur telle que du dehors on ne peut apercevoir les maisons.

Trois anciennes villes romaines, dans cette partie de l'Afrique, sont ainsi peuplées; ce sont: Tebbessa, Eukkos, Sidi Abid; dans ces villes, les maisons romaines habitées sont recouvertes par des terrasses que les indigènes construisent eux-mêmes.

Kiça. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe; sur une colline, à la limite entre les montagnes et la plaine; était équivalant à Guelma; au centre un petit (fort assez bien conservé; a une source qui se rend dans le ruisseau de Tebbessa. De Kiça à Krouimà, le terrain est peu accidenté; de Kiça à Chainiia, le terrain est montagneux et coupé.

Entre Kiça et Tebbessa la route romaine toute droite, est encore très bien conservée ; elle passe sur un pont qui existe encore.

Ainn Sidjra. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, entre deux petites collines situées est-ouest sur un terrain plat; était équivalant à Guelma ou même plus grand; avait un rempart dont une portion est encore debout; à l'intérieur tout est détruit; a une source qui tombe dans le ruisseau venant d'Ainn Chabrou.

Sidi Mohammed Ch'rif. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, sur un terrain plat; était un peu plus grand que Guelma; avait un rempart dont il existe encore des portions faisant aiguilles; a une source qui va tomber dans le ruisseau d'Ainn Chabrou un peu en dessous d'un terrain aride nommé Ribb Ech Chouaini.

R'chinn. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, en plaine, à l'ouest de la montagne Ru Loouah ; équivalait à la moitié de Guelma; avait un rempart qui ainsi que tout l'intérieur, est renversé en entier; a une source qui tombe dans le ruisseau venant de Mohammed Cherrif.

El Guelb. Montagne très élevée, au milieu d'une plaine; couronnée de grands arbres nommés e'e'tib espèce d'amandiers particuliers; sur son flanc nord est une ruine nommée l'Aiounett l'é diieb ( la source des chacals) qui équivalait au huitième de Guelma et qui est entièrement renversée; elle était construite en grosses pierres de taille; les diverses sources qu'elle renfermait tombent directement dans l'oued Millèg.

Ainn Chabrou. Source en plaine tombant dans le ruisseau de Tebbessa ; autour d'elle est une toute petite ruine romaine sans rempart nommée el Krananir.

Eukkos. Etablissemeot romain débaptisé par la conquète arabe, au sommet d'un pic oblong; a la même longueur que le plateau supérieur du pic et équivalait en surface que Guelma; avait un rempart dont la moitié est encore debout; la moitié des anciennes maisons existent encore. Ces maisons sont habitées par les Abid qui y sont au nombre de mille âmes environ. Il y a une source; elle tombe dans le ruisseau d'Ainn Chabrou.

Ainn l'Hallouf. Source au pied d'une colline; était entourée d'un petit établissement romain en grosses pierres de taille, lequel est entièrement renversé; elle va rejoindre l'Ainn Chabrou.

El Krouima. Etablissement romain débaptisé par la conquète arabe, dans l'angle supérieur du confluent des Oueds Ainn Chabrou et Mèskiana) en terrain plat; était équivalant à Guelma; avait rempart qui est totalement détruit.

Bahir t'l'Arnèb (la plaine au lapins).

Kaçar Chairia. ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe, équivalent à Guelma;

Jaibriia. ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe; était probablement équivalent au tiers de Guelma, et qui est en grande partie conservé, ainsi qu'une très grande maison

Oum l'Arouk ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe.

Djebel Ougniger ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe.

Dalaa. ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe, présente encore des parties élevées de constructions.

Méttèrchou ancien établissement romain débaptisé par la conquète arabe, équivalait à Guelma; avait un rempart dont la moitié est encore debout, a encore des portions de bâtiments

Oued l'Alèg. Ruisseau peu éloigné de Boudjaber, ayant à sa source une ruine jadis aussi grande que Guelma.

Le texte affiché comporte un certain nombre d'erreurs, de coquilles ou de fautes. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR), ou reconnaissance vocale.
Je vous prie de m'en excuser et vous remercie pour votre compréhension,
Le web-master Gilles Martinez

Site Internet GUELMA-FRANCE