ETUDES ARCHEOLOGIQUE SUR GHELMA PAR EUGENE GRELLOIS.

         

L'Algérie présente un si grand nombre de points encore inexplorés, chacun de ces points mériterait d'être étudié sous tant de faces diverses, que les travaux d'un seul homme sur une localité unique ne sauraient apporter qu'un faible contingent à cette masse de connaissances qu'un prochain avenir nous réserve.

Cependant, bien convaincu que la science complète de nôtre nouvelle France ne peut résulter ,que de la réunion ,d'un grand nombre de travaux partiels, il m'a semblé que moi aussi, médecin avant tout, antiquaire par circonstance, je pouvais, après avoir acquis du pays une connaissance médicale aussi complète que possible, hasarder quelques pas dans une autre voie, et préparer des matériaux à ceux qui, rapprochant un jour ces lambeaux ,épars, viendront élever le monument que la science réclame

Notre oeuvre coloniale et civilisatrice détruit chaque jour ces précieux vestiges, dont il ne restera plus bientôt que de pâles dessins et de froides descriptions: il est donc important de dresser, au moins, un inventaire exact des richesses archéologiques découvertes sur chacun des points de notre occupation,

C'est cet inventaire que je dresse pour Ghelma.

J'ai pu omettre quelques faits importants el m'appesantir sur des détails inutiles. S'il en est ainsi, je le regrette ; mais j'ai compris que les monuments antiques de l'Afrique doivent être mis en parallèle e avec ceux si savamment explorés de notre veille Europe, et ces recherches ne doivent être considérées que comme des matériaux d'archéologie comparée.

Qu'il me soit permis, en terminant ce prologue, de remercier M. le Commandant Supérieur de Tourville, de l'obligeance avec laquelle il a secondé mes recherches, En numismatique surtout, je dois beaucoup à sa bienveillance, je ferais mieux de dire à sa libéralité.

Ghelma , chef-lieu du cercle de ce nom, est située dans la province de Constantine, et dépend de la subdivision de Bône, Celle ville naissante, occupée par les Français depuis 1836, s'élève entrer Constantine (Cirta) et Bône (HippoRégius) ; à près de cent kilomètres de la première, à soixante et onze de la deuxième.

A trois kilomètres à l'Est de la ville, coule l'Oued-Seybouse (Rubricatus), qui se dirige du Nord au Sud
A l'Ouest, s'élève le djebel Mahouna, dont le nom ancien est inconnu; les dernières assises de la montagne. A trois kilomètres à l'Est de la ville, coule l'Oued-Seybouse (Rubricatus), qui se dirige du Nord au Sud

A l'Ouest, s'élève le djebel Mahouna, dont le nom ancien est inconnu; les dernières assises de la montagne viennent se perdre à un kilomètre de Ghelma et se confondre avec la vallée de la Seybouse .

La population actuelle de la population s'élève à 1000 individus environ

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE