Bled el Huneb, Bône 1832

Photo Zammith P

         Carthage, à mesure qu'elle accrut sa puissance, fonda des villes, des forteresses, établit des ports qui formèrent, sur tous les points avantageux de la côte, comme une chaîne non interrompue depuis les Syrtes jusqu'au détroit de Gibraltar . Ubu, aujourd'hui Bône. Le nom arabe de Bône , Bled el Huneb, qui signifie la ville des jujubiers, lui est donné à cause de la grande abondance de ces arbrisseaux , dont le fruit séché au soleil, se conserve pour l'hiver. Plus tard cette ville prendra le nom de Annaba.

         La plaine de Bône elle même est basse, sablonneuse, baignée en partie par les eaux et couvertes de marécages dont les exhalaisons sont pestilentielles.

        Il existait autrefois, probablement construit par les romains des canaux pour recevoir des eaux pluviales ; mais l'insouciance des turcs les a laissé combler par les sables et les débris de rochers que charrient les torrents ; aujourd'hui les eaux ne trouvant plus d'écoulement, se répandent dans les plaines et forment des marais qui occasionnent les fièvres.

Presque tout ceux qui sont entrés dans les hôpitaux de Bône à la suite de la dernière expédition, blessés, fiévreux, ou ayant les pieds enflés par l'humidité, sont morts. Arabes, Turcs ou Français, tous ont été incurables et la colonisation risque d'échouer dans la plaine de Bône.

Collectif des Guelmois site internet GUELMA-FRANCE