MONUMENT AUX MORTS DE GUELMA


Á NOS HÉROS GUELMOIS MORTS POUR LA FRANCE 1914-1918


APPAP François
ALI ben Loucif
ALLAOUA dit ALI ben Messaoud
AMARA ben Salah Testouri
AMOR ben Tahar
AMRANI Alloua ben Messaoud
ARAB Belkacem
ARBUFFO Victor
AUDIBERT Félix
AZOPARDI Angelo
BASSOLI Charles
BEN CHIKH Abd el Kader
BEN REDJEM Achour
BENI GHELA Larbi
BENOUKI Rabah
BITTOUN Joseph
BOU BEKAR Salah
BOU KERD Saker
BOURAGBI Ou Hi Malouk
BRECHE Henri
BRULE Pierre
CHEKLY Raphael
CHEYMOL Prosper
CHOUAÏNI Ali
CONTE Antoine
CORNETTE Robert
COSTES Désiré
CROCE Albert
CROS Joseph
DAVELUY Antoine
DEBABI Tahar
DEBESSE Maxime
DEDDOUCHE Isaac
DELOBY Ernest
DIANI Raymond
DIB Mohamed
DIMECH Thomas
DINGLI Pierre
DJAMI Ahmed
DJEDDI Messaoud
DJERADA Ahmed
DJERADJI Salah
DJERANI Ahmed
ELLUL Marcel
FIORINI Amédée
FOUGALI Mustapha
FRACHI Antoine
FRACHI Pierre
GILARD Auguste
GODEFROY Edouard
GOËTZ Jean
GRANIER Humbert
GRECK Barthelemy
GRECK Louis
GUERFI Amar
HAMDAOUI Khemiri
HIRECHE Mohamed
KARABI Mebarek
KHAÏR Cherif
KHALCHICHE Ali
KOCH J-Baptiste
KRIEF Joseph
LABIANCA Giro
LAFIFI Mohamed
LAGHA Larbi
LATRECHE Salah
LAURIA Nicolas
LEVY Haïm
MAHMOUDI
MARTIN Charles
MARTIRE Michel
MEDDA Raphael
MEILLON Lucien
MEJA ou NEJAPaul
MEJA Paul, Célestin
soldat de 2ème classe 3ème régiment des zouaves
10 ème compagnie né le 9 janvier 1887 à Héliopolis
mort au feu à Lizerne Belgique lors de la bataille de l'Yser le 27 avril 1915
MERIOUCHE Amar
MERZOUGUI Khemin
MISSUD François (Millesimo)
MISSUD Jean-Carmelo (Millesimo)
MOHAMED ben Hadmel
NABETH Messaoud
NABETS Maklouf
OLLIER AugustinAntoine
né le 16/12/1893
Mort pour la France le 19/10/1918
OUKHALED Mohamed
PAOLI Louis né le 11/10/1883 à Millésimo
POGGI Edouard
POGGI Napoleon
RAHAL Hadjadj
REBBACHE Lakhdar
ROBIN Alexandre
ROUIBI Fedaoui
ROURE Fernand
SALERNO Pierre
SAMUEL Ferdinand (Millesimo)
SANTINI Félix
SAPHAR Joseph
SEGHY Aï Abraham
SERENO Edmond
SINSAU Denis
SIOUI Amar
SLIMAN ben Hocine
SOUDANI Messaoud
STRENZEL Victor
TAÏEB César
TAÏEB Chaloum
TOUJAS François
VIDAL Raymond (Sous-Lieutenant)
WUNSCHEL Léon
XUEREB François
YACOUBI Necib
ZAMITH Michel
ZANI Dominique
ZANI Pierre
ZEMMOURI Moussa

Un ami, Théo Bruand, rédacteur de "la Chronique des chercheurs " dans la revue " L' Algérianiste" journal de l'association " le Cercle Algérianiste" , fait actuellement un gros travail sur les monuments aux morts d' Algérie avant l'indépendance. Il m' a communiqué cette liste qu' il a relevée dans le Livre d'Or des communes de France à Fontainebleau. Guy Politano

Listing complété par Jean-Pierre Cheymol, Jacques Cerini, Pierre Piétri, et des anonymes

Bonjour Gilles,Je suis étonné de ne pas voir figurer XUEREB François dans la liste des Guelmois morts pour la France en 14-18 (Chroniques)
Il est né à Bône le 25/04/1882 mais marié à PETIT le 8/11/1910 et habitant la région de GUELMA, probablement Héliopolis au moment des faits.
La transcription finale du jugement de son décès sur le front le 2 novembre 1914 a été faite le 25/01/1923 à Héliopolis.
Il me semble que tous les habitants de la région proche de Guelma (Petit, Millésimo, Héliopolis etc....) sont généralement considérés comme étant guelmois sur notre site.
Il était marié à MIFSUD Marie et était le père de Manine XUEREB mariée à Joseph ZARA dit Zouzou dont les enfants sont ZARA Eliane (mariée à Jean Bockler), Odile, Yves et Gérard.
XUEREB François était aussi le frère de mon grand-père maternel XUEREB LUIGI ; voila pourquoi cette information m’interpelle.
Voici cependant le site qui donne la preuve des faits.
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/spip.php?page=base_liste&_Base=MPF1418&_Lg=fr&_Nom=xuereb&_Contient1=0&_Prenom=fran%E7ois&_Contient2=0&_jj=&_mm=&_aa=1882&_TypeDate=01

envoyé par J.P

(Recueil : Les chants du crépuscule)
Victor HUGO (1802-1885)

Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie
Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie.
Entre les plus beaux noms leur nom est le plus beau.
Toute gloire près d'eux passe et tombe éphémère ;
Et, comme ferait une mère,
La voix d'un peuple entier les berce en leur tombeau !

Gloire à notre France éternelle !
Gloire à ceux qui sont morts pour elle !
Aux martyrs ! aux vaillants ! aux forts !
À ceux qu'enflamme leur exemple,
Qui veulent place dans le temple,
Et qui mourront comme ils sont morts !

C'est pour ces morts, dont l'ombre est ici bienvenue,
Que le haut Panthéon élève dans la nue,
Au-dessus de Paris, la ville aux mille tours,
La reine de nos Tyrs et de nos Babylones,
Cette couronne de colonnes
Que le soleil levant redore tous les jours !

Gloire à notre France éternelle !
Gloire à ceux qui sont morts pour elle !
Aux martyrs ! aux vaillants ! aux forts !
À ceux qu'enflamme leur exemple,
Qui veulent place dans le temple,
Et qui mourront comme ils sont morts !

Ainsi, quand de tels morts sont couchés dans la tombe,
En vain l'oubli, nuit sombre où va tout ce qui tombe,
Passe sur leur sépulcre où nous nous inclinons ;
Chaque jour, pour eux seuls se levant plus fidèle,
La gloire, aube toujours nouvelle,
Fait luire leur mémoire et redore leurs noms !

Gloire à notre France éternelle !
Gloire à ceux qui sont morts pour elle !
Aux martyrs ! aux vaillants ! aux forts !
A ceux qu'enflamme leur exemple,
Qui veulent place dans le temple,
Et qui mourront comme ils sont morts
!

Rappel historique Le 4 aout 1914, le jour d'entrée en guerre les cuirassés de la Kaiserliche Marine du contre amiral Wilhem Souchon en patrouille en méditerranée, l'un le Breslau bombarde Bône et tue le gardien de phare, l'autre le Goeben bombarde Philippeville puis se réfugient à Constantinople en Turquie pour pas la suite bloquer les Dardanelles.
J P

un ami, Théo Bruand, rédacteur de "la Chronique des chercheurs " dans la revue " L' Algérianiste" journal de l' association " le Cercle Algérianiste" , fait actuellement un gros travail sur les monuments aux morts d' Algérie avant l'indépendance. Il m' a communiqué cette liste qu' il a relevée dans le "Livre d' Or des communes de France" à Fontainebleau.
Les morts de toutes les communautés y sont répertoriés. Maintenant il faut lancer un appel à tous ceux de Guelma et de sa région pour nous dire s'ils ont dans leurs familles un ou plusieurs morts pour la France en 39/45. Ce serait un début? Guy Politano
-


           
 C'est sur l'emplacement de ce rond point, véritable centre de répartition des routes vers les villages, que fut construit le monument aux morts de la ville de Guelma. Carrefour magnifique des routes desservant les villages de Petit, Gounod, Lapaine, Sédrata, Bled-Gaffard et Millesimo. C'est là que les nomades parcourant le Tel pour leurs transactions et les riches marchands à bestiaux s'arrêtent pour faire abreuver leurs animaux que fut construit en 1923 le monument aux morts.


Monument construit sous l'égide de Monsieur Henri Chautard, maire de Guelma .

           
  Nous sommes en mai 1923, et notre monument aux morts dans sa sobriété impressionnante et de meilleur goût s'élève au carrefour des routes de Millesimo, Sedrata, Lapaine à l'emplacement de l'ancien rond-point et abreuvoir.
L'habile statuaire monsieur Toriani met la dernière main à son œuvre.
Au sommet de la colonne la tête casquée de la déesse Athéna. Cette déesse personnifie la sagesse, les sports, les sciences et les arts. Mais c'est aussi une guerrière et le casque prouve les attributs de sa fonction.
Les grecs l'avaient choisie pour donner son nom à leur capitale "Athènes" .
Pour les habitants de Guelma elle symbolise la présence française
.

La pleureuse à son pied est émouvante tant dans l'expression que dans sa position où se mêle le désespoir, la crainte et peut-être le souhait de plus 'jamais cela'.

Les noms de nos héros tombés aux champs d'honneurs durant les guerres où l'armée d'Afrique fut engagée sont gravés pour l'éternité sur un marbre des carrières de la Mahouna.(2)

Sur une autre plaque, il est écrit :

LES COMMUNES DE LA RÉGION DE GUELMA Á LEURS ENFANTS MORTS POUR LA PATRIE

             Nous ne sommes pas en mesure de préciser la date de son inauguration, mais nous savons qu'elle sera grandiose, :
ON N'OUBLIE PAS SES MORTS.


Aujourd'hui la tête de la colonne se trouve entreposée dans le square et nous lui dédions ces vers

Je suis comme une amie qui n'a plus d'amis,
comme une mère qui a perdu ses enfants,
comme un voyageur qui erre sur la terre,
où je suis restée seule.

B de Saint-Pierre

Bibliothèque Nationale Versailles et Extrait de la Dépêche de Constantine

(2)Si l'un d'entre vous a le relevé des noms gravés sur ce marbre, nous lui demandons de bien vouloir nous le communiquer, merci
Les algériens pensent qu'il s'agit de la tête de Jeanne d'Arc

Site Internet GUELMA-FRANCE