LES PREMIERS MAKROUDS
par Colette Busidan-Nabeth
-

Meilleure qu'une histoire de Tcha!'(Djeha en arabe) celle-là est vraie!

          Dans nos petites villes d'Agérie, honte aux jeunes filles à marier qu'on ne pouvait prétendre parfaites! Aussi les mères avaient-elles hâte-parfois dès la puberté-de leur enseigner ce qui faisait le prix d'une femme au foyer: Cuisine traditionnelle, pâtisserie servie les jours de fête, lessive en économisant le savon, reprisage des chaussettes le jour échelle...
Que sais-je encore....
         C'est ainsi que Josette,nous l'appellerons ainsi-jeune fille de bonne famille, sortant de l'adolescence et après des explications mille fois répétées se vit confier la confection des makrouds une veille de fête de Pourim.

         Pour ce faire, elle devait se rendre, pour plus de commodité chez l'une de ses tantes qui habitait près du coweich* favori de sa mère!
         La jeune fille était ravie! On allait voir, ce qu'on allait voir, et surtout combien elle était déjà une " femme " capable!

C'était en outre, l'occasion de passer la journée chez cette tante dont la fille ,à peine plus âgée qu'elle, était son alter ego. Elle partirait dès le réveil et ne reviendrait qu'à la nuit, chargée des gâteaux. Même si elle faisait celle, croulant sous la corvée, elle était, dis-je, ravie! Elle remplit ses couffins de la semoule la plus fine cala ses bouteilles d'huile, ses sachets de levure, et le " Rals " cette datte -mal- écrasée que son père achetait chez Prosper-comme chacun sait, l'épicier juif du quartier arabe-

L'usage voulait qu'avant de mettre farine ou semoule dans la " Kesra " ou (guessâa en arabe), on la tamisait. Mais les deux filles, chahutant et riant, passèrent outre cette précaution. Une fois la semoule mouillée et la phase de pétrissage entamée, elle virent de tous petits vers émerger de la pâte, délicatement du bout des doigts, elle les retirèrent, la mine dégoûtée! Hélas, un, deux, dix...
" Qu'est-ce qu'on fait? On jette la pâte? "
" Ma mère va me tuer, elle m'a dit cent fois de tamiser la semoule! "
" Alors? on ne peut pas rester comme ça devant, elle va durcir! "
" Eh ben allez hein, on continue! "
Sans plus de question ,elles confectionnèrent les gâteaux.
Cuits, ils furent superbes, gonflés, dorés à souhaits. Elles eurent des compliments, des bises sonores!
Devant les plats de service, aucune des deux ne choisit les makrouds pour gâterie.
Lorsque les convives flattaient la pâtissière, les mères fières de leur progéniture, mettait ses talents en avant. Personne, jamais ne comprit pourquoi les filles étaient prises d'un fou-rire qui les faisait hurler!
Cela durant bon nombre d'années.
L'aînée des deux se maria, puis l'autre; vint l'exil. Tout le monde, leur monde, celui des fêtes en famille celui des joies un peu folles, quitta l'Algérie!

Des décennies plus tard, alors qu'elles étaient prises, une fois de plus de hoquets, à force de rire, à l'évocation de gâteaux qu'elles faisaient en commun, elles dirent d'une même voix étranglée:

" Maintenant, il y à prescription!
" Vous vous souvenez des premiers makrouds qu'on a fait? Eh ben, ils étaient pleins de vers! "

Je vous laisse imaginer la tête des parents!

Le jour échelle: Autrefois pour ourler les pièces de lingerie, le linge de maison: nappes, serviettes, draps ,on y ajoutait en bordure, un point de bourdon, un jour simple, un jour échelle ou autre... ce qui ajoutait du raffinement à l'ouvrage.

Pourim:Fête juive qui précède celle de Pessah. Commémore le salut des juifs de l'Empire perse qui ont échappé aux intentions destructrices d'Amman,le grand vizir du roi Assuréus (celui-ci identifié à Xerxes 1er le grand roi de Perse)

L'usage veut que les amis, la famille échangent des plats de gâteaux, les enfants se déguisent et reçoivent une petite pièce...
Le coweich: le propriétaire du four arabe, chargé de cuire les pâtisseries, et surtout de ne pas les laisser brûler. Le vendredi, parfois ils recevaient les marmites en terre des maisons juives dans lesquelles allaient cuire la tafina du samedi midi

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE