IMPRESSION D'UN VOYAGE EN ALGERIE

Bonjour amis

         Je suis rentrée hier d'Algérie et j'ai les yeux pleins de belles images et le coeur plein d'amour pour ce pays qui devrait toujours être le notre. Mais on ne refait pas l'histoire n'est-ce pas! Nous avons été accueillis par les algériens comme des frères revenus de voyage! Ils ne savaient comment nous faire plaisir! et je pense que même ceux qui gardaient de l'aversion pour eux ont été séduits! Les odeurs, les gestes et attitudes, nous nous sommes sentis chez nous dès les premiers pas dans la ville d'Oran. Quel beau pays nous avions, je ne le connaissais pas partout et nous avons fait tous les grands ports de la côte- nous avons rencontré des gens heureux de retrouver des français dans les murs de la ville.
               Le programme était chargé pour la région de Guelma:les ruines romaines et Hammam Meskoutine, compte tenu du peu de temps que nous avions -retardés par une mauvaise mer- En effet, nous sommes arrivés à Skikda le matin-le bateau alla directement à Bône et les passagers se sont dispersés en fonctions des excursions choisies. Pour pouvoir visiter Hippone, il y avait un problème de fermeture en raison du week-end musulman le car nous y a conduit en premier lieu, puis direction Guelma.
               L'intention de l'agence n'était pas de nous faire visiter la ville, seulement d'y déjeuner avant d'aller au théâtre romain et Hammam Meskoutine. Pendant que les autres mangeaient, je me suis débrouillée avec le guide pour essayer d'aller voir ce qu'était devenue la maison de mes parents. J'ai pu avoir une voiture, un chauffeur-un policier d'Alger-Hélas je n'ai pas reconnu grand chose! En 44 ans la ville a poussé comme un champignon, mes repères ont disparu! Je cherchais le stade qui était au bout de ma rue! Je ne l'ai pas trouvé! J'ai appris plus tard qu'on y avait bâti des immeubles. Il est vrai qu'on ne m'avait donné que 15 minutes, sinon on partait sans moi! J'ai cependant reconnu l'ancien café Martinez!
               Voilà, je suis prête à repartir ! Au théâtre romain, dans le jardin, devant l'entrée, trônent nos deux cloches, je les ai caressées au passage et j'ai vu beaucoup de gens faire comme moi! derrière une colonne, contre un mur, s'appuyait la grande plaque de marbre qui était au monument aux morts: "Les communes de la région de Guelma à leurs enfants etc..." elle est intacte. Un peu plus loin, celle portant les noms des soldats est brisée en plusieurs morceaux..
C'est la vie!
A bientôt
Colette Busidan-Nabeth