TOUBIBS DU BLED

LES JUMEAUX

Le Toubib affrontait l'hiver triste. Les premiers mois d'exercice de la profession ne lui avaient pas été défavorables et sa réputation s'affirmait.
Il se sentait pourtant encore surveillé, épié par de nombreux curieux, animés d'une sourde défiance qu'entretenaient tous les sorciers, rebouteux, barbiers arracheurs de dents ou marchands d'orviétan des douars dont le renom ... et les recettes s'émiettaient dangereusement.
Ce soir-là, la neige recouvrait le village et toute la journée, le malheureux Toubib avait pataugé dans la gadoue et les flaques d'eau glacée.
Il était rentré transi, claquant des dents et s'était jeté goulument sur l'assiette de potage brûlant. Le repas vite expédié, il se réchauffait devant la grande cheminée où pétillaient les sarments de vigne et les bûches parfumées de pin et de genévrier. Emmitouflé dans sa robe de chambre, les pantoufles fourrées tendues vers la flamme, il feuilletait un illustré et s'abandonnait au tiède engourdissement qui précède le sommeil. Il baillait et ne prêtait plus qu'une oreille distraite aux bruits familiers de la cuisine où sa femme et la c camériste ,. Fatma s'affairaient aux derniers rangements du soir.
Il fut brutalement tiré de sa torpeur par des coups de sonnette impératifs et répétés.
- Zut de zut! grommela-t-il, vraiment pas le jour ... !
Mais il était déjà debout et se dirigeait vers l'antichambre où s'ébrouait un Arabe enroulé dans un burnous haillonneux.
- Un de la plaine ... diagnostiqua le Toubib. Que veux-tu?
- Si Toubib, viens vite ... La femme elle peut pas faire le petit...
- Depuis quand souffre-t-elle?
- Aujourd'hui c'est le quatrième jour.
Le Toubib leva les bras dans un geste de désespoir impuissant, puis demanda :
- L'as-tu amenée avec toi?
- Non elle est restée au douar ... Grib ... Tout près ...
Le douar de la plaine ... : une cinquantaine de gourbis isolés, éparpillés dans la steppe immense aujourd'hui balayée par les rafales de vent glacial et ensevelie sous vingt centimètres de neige ...
- Charmante soirée ... ! pensa le Toubib qui alla revêtir sa pelisse et sa toque fourrées, chausser ses bottes de caoutchouc, tandis que l'infirmier apportait les trousses, les boites d'urgence et sortait du garage la vieille Delage, torpédo à la capote de toile et aux pseudo-vitres de mica.
La guimbarde ne connut que trois enneigements et ne mit que trois quarts d'heure pour franchir les dix kilomètres de route jalonnée par les poteaux télégraphiques qui la bordaient.
- Est-ce encore loin? questionna le Toubib.
- Lala ... grib... Non, tout près ...
Cette certitude ne rassurait pas le médecin qui connaissait trop l'optimisme du fellah pour lequel ne comptent ni l'espace ni le temps: "on marche la route" aussi longtemps que l'on peut entre le lever et le coucher du soleil...
Pourtant, il ne parcourut que quelques centaines de mètres à travers champs, dans la neige jusqu'au genou, avant d'atteindre le gourbi désigné.
Un vaste gourbi séparé en deux par un rideau de sacs grossièrement réunis, il formait une pièce d'habitation et une étable où mâchonnaient le bourricot et le bœuf de labour. Un agneau bêlait lamentablement...
- Bethléem amélioré ... gouailla le Toubib en pénétrant dans la chambre vaguement éclairée d'une bougie et d'une extraordinaire lampe à huile, de type kabyle, comme celles qu'aimait à peindre SARRAILLON ... Le vieux bidon de pétrole où brûlaient des chardons, des vieilles planches et des bouses desséchées donnaient une lueur indécise, tremblotante, voilée par le nuage d'acres fumées, qui se dégageaient à travers le chaume du toit quand et comme elles le pouvaient.
Dans un coin, une vieille femme accroupie soutenait le buste d'une gamine de seize ans qui n'avait plus la force de geindre.
Le Toubib tâta le pouls misérable :
- C'est ta fille? demanda-t-il au quinquagénaire qui l'avait accompagné.
- Non... c'est ma seconde épouse... l'autre, c'est la vieille ... ,.
- Fille ou femme, c'est la même chose pour moi et je ne puis rien faire ici : je l'enverrai chercher par l'ambulance.
- Non, Si Toubib ! Tu es venu ici, tu soigneras ici. .. Tu peux rester tant que tu voudras ...

Surpris par cette exigence déplacée, le Docteur tourna le dos pour regagner la sortie qu'il vit barrée par un colosse muet et farouche, le fusil de chasse croisé devant la poitrine.
- Qu'est-ce que cela veut dire? demanda-t-il interloqué.
- Cela veut dire, Si Toubib, que tu ne sortiras pas d'ici sans avoir fait ton travail... Pardonne-moi : je te respecte, mais je sais que si ma femme doit aller au village demain, elle y arrivera morte ...
- Je n'ai pas l'habitude de travailler sous la menace d'un fusil et j'entends bien demeurer seul juge de l'opportunité et des conditions de mes interventions!
- C'est ton affaire, Si Toubib, mais c'est la mienne de t'empêcher de partir ... Dieu jugera!
Le Toubib fulminait et contenait difficilement la colère qui l'étouffait... Comment convaincre un tel forcené?
Il méditait une riposte imparable en se dirigeant vers la natte d'alfa où gisait la malheureuse adolescente guettée par la mort. Il s'apprêtait à soulever la longue foutah aux larges rayures rouges et noires qui la recouvrait comme un suaire, lorsque le mari lui saisit le bras en lui intimant un ordre bref :
- Non! tu ne dois pas voir la femme!
- Mais tu es complètement fou! On ne voit rien dans ton gourbi et tu voudrais encore que j'opère à tâtons, sous un chiffon sale?
- Acht' Rebbi! C'est l'affaire de Dieu... : tu travailles comme tu peux, mais tu n'enlèves pas la foutah ...

Le Toubib commençait à trouver la scène grotesque et un peu humiliante pour lui... Mais la patiente anhélait déjà et le terme fatal approchait.
Alors, il commença son dur labeur, calme, méthodique, tout entier tendu vers la rapidité de son intervention. Une fois de plus, il allait agir dans les conditions les plus invraisemblables. Au mépris des règles les plus élémentaires de simple propreté, des leçons de ses maîtres, il tenterait la gageure folle contre la montre et le destin.
Il lui fallut palabrer encore pour obtenir du père l'assentiment à la présence de son infirmier ... Ils hissèrent la patiente sur une table bancale et le Toubib glissa ses bras nus jusqu'aux épaules - hâtivement savonnés et baignés d'alcool - sous la foutah tendue sur la rotondité de ce ventre comme le voile inviolable de Tanit...

L'examen aveugle - ( Des mains qui voient " ... ) - était concluant : siège décomplété mode des fesses - une des présentations les plus difficiles à extraire - même pour des accoucheurs réputés dans les maternités les mieux dotées.
Ses mains gantées, expertes et sensibles, trouvaient les repères connus - " le bon pied et le bon bras" - et la Baraka était avec lui : le bébé descendait lentement...
Lorsqu'il dut dégager le second bras, le Toubib ne put réprimer un juron vigoureux - car ce bras était fraternellement passé autour du cou d'un second enfant !
- Pourvu qu'il n'yen ait pas quatre ou cinq .. pensa-t-il tout haut et le fidèle infirmier Tahar osa sourire ...
Il poursuivit son œuvre, sans hâte, pris malgré lui à ce terrible jeu ... Les trois cœurs battaient mal - mais battaient encore ...
Il mit au monde deux jumeaux - chétifs, mais bien constitués qu'il tendit à la vieille exultant, puis entreprit le sauvetage de la jeune mère, exsangue et inconsciente.
- Je reviendrai ce soir, dit-il en quittant le gourbi, son client impérieux et le farouche gardien de ce drôle de sérail...
L'aube baignait de sa lumière blafarde les squelettes des arbres dansant sur le blanc tapis de neige, lorsqu'il regagna sa maison.
Une journée nouvelle commençait, lourde d'inconnu et de mystère.

Vers le soir, il retourna dans la plaine: la jeune accouchée était morte et les jumeaux, les bras collés au corps, enroulés de bandelettes des pieds au cou tels des momies pharaoniques, piaillaient aigrement sur les genoux de la vieille matrone qui les élèverait.
- Allah akber (Dieu est le plus grand) - et toi, Si Toubib - dit le père - tu as fait tout ce que tu as pu. La neige mouille la terre et la récolte sera belle : alors j'achèterai une autre

Extraits du livre de Gaston Guigon (Toubibs du Bled ).Les Presse de l'Imprimerie Isoard 1968 Salon de Provence 13

Site Internet GUELMA-FRANCE-