CHRONIQUES LOCALES

INCENDIES AU
DJEBEL HALLOUF

Cette semaine, tout autour de nous, les incendies se sont multipliés et on ne peut nier qu'une pensée commune ait dicté la flamme.
Il est plus difficile d'affirmer l'origine et des modalités de cette volonté de destruction on procède cette exécution d'ensemble, Qui la dicte ? Quelles en sont les liaisons profondes ?
On ne peut y voir des concordances dues au hasard non plus que seule des besoins de pacages, ou la joie héréditaire de détruire pour le plaisir de nuire.
Ce n'est pas non plus le seul esprit d'imitation malsaine qui porte successivement la flamme aux divers points de l'horizon. Il ya, reliant ces sinistres, un réseau permanant de haines et d'intentions hostiles sur lequel la police n'a jamais su obtenir aucuns renseignements et qui demande une surveillance constante.
Quand une attention vigilante s'exerce, dès que les postes vigies fonctionnent, que les indigènes comprennent qu'ils seront réquisitionnés énergiquement pour combattre les feux, que les chefs seront rendus responsables, les incendies s'espacent, deviennent rares et nettement accidentels,
A l'abri de cette sécurité, l'aveugle confiance renaît, régulièrement et persuade à l'administration, aux municipalités, qu'il n'y à plus rien à craindre, que l'on peut négliger les mesures préventives et c'est alors tout-à-coup, que le bled flambe de toutes parts et que les désastres renaissent.

La municipalité de Guelma, entre autres pour avoir négligemment supprimé toute mesure préventive a permis inconsciemment l'incendie du Djebel Hallouf qui rapporte 17.000 francs par an aux finances communales. C'est une somme assez importante pour mériter une vigilance spéciale.
Et le sinistre eut été plus grand encore si l'énergie et le dévouement de la garnison, des officiers et du Commandant d'armes n'avaient pas enrayé dans la mesure du possible les dangereux progrès des flammes.
La population, de Guelma leur doit des remerciements et reconnaissance
Notre premier adjoint s'est rendu en automobile sur la route de la Mahouna jusqu'à l'endroit où brûlaient les broussailles ; il accompagnait les autorités administratives ; il revint triste, pensif, résigné et se plongea dans ses dossiers judiciaires .La police fit un rapport constatant que' les uns ou les autres se trouvaient sur les lieux et que les causes de l'incendie étaient inconnues.
Le garde rural s'émut et fit preuve du plus grand zèle, seulement lorsque le feu menaça la ferme de son frère.
Les Kébirs des douars se sont agités modérément.
Les colons et les indigènes du bled ont suivi cet exemple.
Ceux de la ville sont allés contempler le spectacle.
Mais, sauf la garnison débordée de travail exténuée de fatigues, sauf les efforts de la commune mixte de l'Oued-Cherf et du garde forestier rien ne bougea dans la municipalité homogène et tout le monde dit :

Pas de prévisions.
Pas de préparations
Pas d'organisations
Pas de répressions
Le feu a pris à cinquante mètres d'un gourbi, dans le douar Medjez AMAR non loin de la demeure du Kêbar. Il se propagea lentement au début et aurait été facilement enrayé, alors si l'indifférence de la municipalité et de ses agents n'avait engendré depuis plusieurs années celle des populations rurales.
Là où manquent les forces morales on ne peut voir fleurir les vertus civiques.

MEDJEZ AMAR
Vendredi et Samedi à Medjez Amar, de nombreux oliviers ont brûlé ainsi que des piles de meules. On vit des incendiaires allumer ces FEUX
Grâce à l'activité de MM. Leroy et Carpanelli les tirailleurs transportés en automobile ont fourni leur précieux concours à l'extinction de l'incendie.


Dimanche ce fut la propriété Bezzina (ancienne propriété Thibault, Soixante hectares carbonisés.
Le feu menaça la propriété du Télégraphe ; mais M. Lavie avait pris toutes mesures pour protéger son domaine avec, plein succès. Le garde rural l'assistait et M. le premier adjoint qui avait gagné à pied le lieu du sinistre, ce dont il faut le louer, a pu prendre leçon et voir ce qu'il aurait fallu prévoir et organiser pour défendre le communal du Djebel Hallouf
M. Bezzina propriétaire et conseiller municipal assistait à l'incendie de son domaine et aussi M. Degen, nous n'avons pas reconnu d'autres conseillers.
Le Maire était aux bains Nelson et le deuxième adjoint péchait la langouste. Partout on a vu M. le Sous Préfet et M. Dutheil qui faisait fonction de Président du Tribunal se rendant compte par eux mêmes de l'importance des désastres et des mesures prises pour les combattre. Nous les remercions de leur sollicitude. , '
La municipalité n'a pu protéger le bien communal contre la destruction, mieux qu'elle n'a défendu le consommateur contre la vie chère.
P. GOLONA.

LA CHASSE EST OUVERTE
La chasse à la caille a été ouverte cette année du 18 juillet au 8 août.
Celle au gibier sédentaire ne le sera que le 19 septembre courant.
- Il n'y a pas eu de cailles,: mais de nombreux perdreaux, ils étaient très nombreux, et valaient, parait-t-ïl le coup de fusil.
En ce qui me concerne, j'avoue avoir respecté l'arrêté préfectoral autant que les perdrix, puisqu je ne suis pas chasseur

Cependant il est de notoriété publique qu'il ya eû, ces temps ,dans notre département, des massacres de tout jeûnes perdreaux.
Dans ces conditions à quoi bon deux ouvertures ?.

Les vrais chasseurs en seront réduits à ramasser les plumes le 1S septembre courant.
Ni l'Etat(qûi vend à prix d'or poudre, la poudre et le plomb, ni les chasseurs, et même le gibier y trouveront leur compte
Conclusion : une ouverture unique, vers le mois d' août par exemple, comme il se pratiquait il y: a quelques années dans notre département.
Ceci est d'autant plus vrai que le gibier est plus précoce en Algérie qu'en France. :
Pourfant la chasse est déjà ouverte dans le Midi..
Aucune protestation ne s'est faite entendre, je fais entendre la mienne, qui est l'écho de tous ceux, qui connaissent vraiment la chasse..
Si je me suis trompé, qu'on me le dise..
René Ravel
Avocat à la Cour d'Appel d'Alger-propriétaire àTénès.

L'ECHO D'ALGER

LA CHASSE
Ici, comme ailleurs, l'ouverture à la caille n'a été qu'un prétexte pour chasser tout gibier,
Nous n'avonsr-cessé de demander, avec tous les chasseurs dignes de ce nom.
La suppressioni de toutes ces ouvertures spéciales et prématurées.
L'ouverture générale pour tout gibier vers le 15 aout comme cela se faisait autres fois et comme cela se fait dans beaucoup de régions de France (à cette date cailles, tourterelles dans nos régions et le gibier sédentaire sont en état de se défendre).
Nous demandons enfin, une surveillance très active et des sanctions très sévères pour empêcher là châsse en automobile, sur tout la nuit, les liévres éblouis par là lumière des phares sont assassinés sur nos routes par des chasseurs peu scrupuleux.
Un groupe de chasseurs guelmois

CHANGES
Cours communiqués par la Compagnie Algérienne)
Mercuriale du 9 septembre 1926
Sucre en boite, le kilog 4,80 Café vert suivant qualité le kilo 22 fr café torréfié suivant qualité, le kilog 27 fr. Huile commestible, le litre 9 75 ; ! 'ails alimentaires, le kilog 425 ': ; Farine de tuzelle, le kilog 3.20
- Haricots Brïla le kilo 2 tr.
. Savon , en barre, le kilog 5,75
Savon le morceau de 80 grammes 4 60
Vin rouge, suivant qualité, le litre 1,55-1.50
Pommes de terre le kilog ,20 1,60
.Semoule S.S.S., le kilog 3 .50
Courgettes petites, le kilog ,80
Courgettes grosses, le kilog l.00 à 1.20
Salade laitue, la pièce 0, 15 0,40
Oignons, le kilog 0.60
Tomates, le kilog 1 00- 1,3o
Haricots verts le kilo 1 à 2,40 " Haricots beurre, le kilog 2 00 à 3
Poires le kilog 1,70-2 00
Radis la botteO 3 à 0 7
Aubergines la pièce 0,05 o.2o
Concombres le kilog 0,40 0,75
Raisins blancs, le kilog 2,80 à 3,30 , Raisins rouges le kilog 1 8. à 2,2'" ; Poivrons La douzaine 0 "80 à 1,70
Citrons, la pièce 0,2ô

GUELMA (Moulin Lavie)
Farine 236 50 4238,30
.Semoule 325 5 Tuzelle 3i, .B.lé Orge:

NOUVELLES LOCALES

M. Panisse Ncus sommes heureux d apprendre la nomination de M. Panisse comme avoué â Alger où il prend la succession de MJ- Gaillard, décédé et nous lui offrons à ce sujet nos voeux les plus sincère.* de rôussile et prospérité.

LES SPORTS
Les fervents du hailon rond se réjouissent de la clémence de la température et forment d'ores et déjà le projet de sadonner à un eutrainement intensif.
La saison sportive va s'.ouvrir, et nous verrons bientôt revenir triomphant notre club local la Jeunesse Sportive Guelmoise
Seulement un problème important se pose à cette heure. Sur quel terrain se dérouleront les prochaines manifestations sportives ?
Nous supposons que nos Ediles ne man queront pas de? y intéresser et qu'ilsdonneront sans retard satisfaction à nos jeunes et vaillants sportmens guelmois.

NECROLOGIE
Nous avons appris avec peine le décès de Mme Veuve Estlier Allouche, à l'âge de 84 ans.
Nous adressons aux familles affligées par ce deu'il, nos condoléances attristées.
Madame Meloni, d'Aïn Amara, en traitement à l'hôpital de Guelma. y est décédée..
Nous adressons â M. Meloni, agriculteur, ainsi qu aux familles en deuil nos sincères condoléances.

DANS NOS MURS
Nous adressons la plus cordiale bienvenue à M. R. Messerschmitt, particulièrement connu dans les milieux sportifs, et dont le titre de champion de l'Afrique du Nord pour le lancement du lisque et du poids, n'est inconnu de personne.
De passage a Guelma. M. Messerchmitt a eu le plaisir de revoir de vieux amis.

Le texte affiché comporte un certain nombre d'erreurs, de coquilles ou de fautes. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR), ou reconnaissance vocale. Je vous prie de m'en excuser et vous remercie pour votre compréhension,
le web-master Gilles Martinez

Site internet GUELMA-FRANCE