DÉLÉGATIONS FINANCIÈRES ALGERIENNES LES RETARDS SUR LA LIGNE DE CHEMIN DE FER BONE-GUELMA

ANNEE 1907

DÉBATS DE LA DÉLÉGATION
M. DETRON.
Ne serait-il pas possible d'assurer la correspondance entre les trains appelés directs qui ne le sont pas toujours à cause du peu de souci que les compagnies ont des voyageurs. Je cite à l'appui de de ma demande un exemple dont j'ai été témoin. Samedi dernier, sur la ligne de Bône à Guelma, le train de Tunis-Bône ayant 1 heure une minute de retard, les voyageurs manquèrent à Duvivier la correspondance de Bône à Constantine.
La compagnie refusa de former un train supplémentaire parce qu'il n'y avait que 16 voyageurs et que le minimum pour ces trains est de 20 voyageurs.
Vous comprenez qu'un pareil incident est une bien mauvaise réclame pour l'Algérie auprès des touristes.
Quelle était belle cette gare...regrets

Ces 16 voyageurs ont été abandonnés à Duvivier et ont du prendre à 9 h. du soir le train pour Guelma où il leur fallut coucher.
Je demande que les compagnies soient toujours tenues d'assurer la correspondance des trains directs.
Je dépose à sujet le vœu suivant pour lequel je demande l'urgence Le soussigné émet le vœu :
Que les correspondances des trains directs soient toujours assurées aux points de croisement des grandes lignes même en cas de retard, soit que le train de correspondance attende l'autre, soit qu'un train supplémentaire soit formé sans obligation du minimum de voyageurs. " DETRON. "
M. MARÉCHAL. - Les observations présentées tout à l'heure par M. Deyron peuvent être généralisées. Le train d'Alger a laissé dernièrement en panne une trentaine de voyageurs qui ont du coucher au Tlélat dans des auberges ou dans des écuries. Puisque nous parlons de chemins de fer, je demande que l'on use de toute l'influence possible auprès de la compagnie de l'ouest-algérien pour qu'elle établisse des abris dans toutes les gares.
Il n'y a, en général, qu'un seul abri si bien que, pour prendre le train sur la voie opposée, il faut s'exposer au vent froid de l'hiver ou au sirocco qui vous brûle l'été.
La dépense serait insignifiante et rendrait de grands services aux voyageurs qui attendent le train.
L'administration leur doit d'user de son influence à ce sujet
M. MARCHIS. - Je formulerai deux desiderata à M. le commissaire du gouvernement :
Vous savez que la ligne Alger-Oran n'a pas de train de nuit du vendredi au lundi soir, mais il en est de même sur la ligne Alger-Constantine. Si nous voulons aller dans nos familles et assister, Je plus assidûment possible, aux séances des délégations, nous sommes obligés de ne pas profiter de la journée du dimanche, de rester à Alger du vendredi au lundi soir.
Puisqu'on prépare un projet à soumettre à l'est algérien au point de vue des améliorations à apporter au fonctionnement de ses horaires, je demande qu'on veuille bien étudier la création d'un 4e train de nuit, le dimanche, sur la ligne Constantinc-Alger.
M. GAUTHIER, commissaire du gouvernement. - L'administration envisage à la fois les intérêts du département d'Oran et ceux du département de Constantine. Nous agissons dans le même sens auprès de toutes les compagnies.
M. MARCHIS. - La seconde question que j'ai à formuler est la suivante : Depuis deux ans, sans que nous sachions pourquoi, la société Bône-Guelma, qui exploite des chemins de fer en Algérie et en Tunisie, a transporté son siège en Tunisie.
Vous n'ignorez pas que 'amélioration apportée prochainement aux communications dans la région Souk-Ahras-Tébessa, en vue de laquelle 7 millions ont été votés, va augmenter le trafic de 1.000 ou 1.200 tonnes par an.
C'est la compagnie Bône-Guelma qui en bénéficiera en partie. Il est étrange qu'une société qui exploite des chemins de fer algériens, qui profite des sacrifices que nous consentons, ait son siège social à l'étranger.
M. GAUTHIER, commissaire du gouvernement. - Le siège social est à Paris.
M. MARCHES. - L'administration centrale ?
M GOURNAIL. - Vous n'avez pas l'air de vous douter, mes chers collègues, qu'il y a toute une région de plus Séance du 13 mars 1907, 87 de 100 kilomètres qui est dépourvue totalement de trains de nuit, puisque ceux-ci ne s'y arrêtent pas.
Je veux parler de la région comprise entre Affreville et Orléansville.
M. AYMES. - Ce Vœu relatif au siège de la direction de la compagnie Bône-Guelma :
" J'ai l'honneur de proposer à mes collègues d'émettre le vœu que des démarches soient faites auprès de la compagnie du Bône-Guelma pour que sa direction "cesse d'être à l'étranger " (à Tunis) et soit réinstallée à Bône.
MARCHIS. L'urgence est déclarée.
Le vœu est mis aux voix et adopté.

Site internet GUELMA FRANCE