1835
LA JEUNE FILLE DU CANTINIER MASSACRÉ PRÈS DE BOUFARIK
.

« Ben-Grili est celui qui ramena à Alger la jeune fille du cantinier assassiné à Boufarik, en 1835.

Lorsque la commission visita ce pays, lorsque l'armée trouva, dans le défilé de Boufarik, le cadavre d'un malheureux cantinier et celui de sa femme, qui avaient été massacrés par les Arabes sur les derrières de la colonne, pendant qu’elle se portait sur Blidah

« Les journaux racontèrent que deux enfants, appartenant à ces malheureux,avaient été pendus par les Arabes aux arbres de Boufarik, et que toute l'armée les y avait vus.
Il est certain que le bruit en était répandu dans la colonne, et plusieurs personnes étaient tellement préoccupées de cette idée, qu’elles crurent en effet les voir.
Une d'elles m'a avoué quelle resta longtemps persuadée de les avoir eus sous les yeux pendant plusieurs minutes :

c'était une erreur d'optique, difficile à expliquer, si l'on veut, mais c'était une erreur
Le cantinier massacré n'avait qu'une petite fille de dix ans, qui se sauva dans le bois pendant qu'on égorgeait ses parents et qui fut recueillie par des femmes arabes, et ramenée à Alger, peu de jours après, par ce même Arabe, Ben-Grili.

Cette pauvre orpheline a été adoptée par M. Sapity, directeur de l'hôpital militaire de Caratine(1). »
(Annales algériennes, par M. Pelissier, 1ère partie, liv. XII, p. 107.).

Site internet GUELMA-FRANCE