Prendre la valise pour éviter le cercueil...Assia Djebar et Roger Hanin :

Quelle aberrance, quel surréalisme dans le destin de ces hommes et de ces femmes qui n'ont eu d'autre choix que celui de prendre la valise afin d'échapper au cercueil pour revenir 50 années plus tard empaquetés dans des corbillards !

Quel que soit le regard que l'on jette à cette journée funéraire, on y décèle indéniablement quelque chose de pervers et de surréaliste à la fois. Pervers, quand on sait que c'est ce même pouvoir, celui qui a semé les graines de l'exclusion pour chasser les vivants de la surface de nos terres, hier, qui les accueille aujourd'hui pour leur offrir la petite parcelle tant désirée, sous terre. Surréaliste, avec ce jeu du hasard qui a vu s'étreindre les cercueils d'un juif et d'une musulmane dans cette procession synchronique du dernier voyage vers la demeure éternelle, ultime offrande de leurs corps à cette terre qui les a tous deux vu naître à une époque où tout le monde rêvait d'une Algérie meilleure, chacun un peu trop pour soi mais pas assez pour les autres, ces autochtones originels que l'histoire et les envahisseurs de tous bords ne cessent de ballotter pour les greffer de force à des boutures contre-nature.

Comment ne pas être perplexe et dubitatif devant cette curieuse symétrie qui a fait converger ces deux destins, à l'origine quasiment antithétiques, pour les fusionner un vendredi 13 à l'aéroport d'Alger ? Roger Hanin a quitté l'Algérie bien avant le funeste et célèbre ultimatum "la valise ou le cercueil" adressé par le FLN à tous les non musulmans d'Algérie. Assia Djebar s'exile quelques années seulement après l'indépendance, prématurément étouffée par une arabisation empressé et insensée, présageant de l'actuel sort du pays, transformé en cercueil à ciel ouvert par la grâce d'une bande d'aventuriers sans foi ni loi.

Quand on jette un regard neutre et lucide sur notre Histoire récente, on s'aperçoit bien que nul autre choix que celui de la valise ou du cercueil n'est donné à tous les algériens depuis l'indépendance, qu'ils fussent pieds noirs, harkis, chrétiens juifs ou musulmans, qu'ils appartiennent à des lignées récentes ou issus de souches millénaires, celles de nos seuls ancêtres, les berbères. Au lendemain de l'indépendance, les pieds noirs, sous une menace cruelle, ont préféré prendre la valise pour éviter le cercueil. Après l'indépendance, c'est la même forme de violence dissuasive et de chantage qui a poussé les Algériens du terroir à préférer la valise au cercueil à ciel ouvert qu'est devenu le pays. La barbarie islamiste aidant, ceux sont des centaines de milliers d'hommes et de femmes qui ont fui, par la grâce d'un pouvoir de petits truands immatures, inaptes et mesquins, imposés depuis 1962 par des militaires intellectuellement restreints.

On peut bien invoquer la malédiction ou tout autre cause naturelle ou surnaturelle à cet exil de masse, mais comment se réfugier derrière telle niaiserie et ne pas pointer la responsabilité des hommes aux commandes quand des milliers de "haragas" s'empilent dans des embarcations de fortune pour défier la mer et ses dangers, préférant mourir et finir dans la gueule des gros poissons que de supporter le poids d'un avenir oppressif, avec des années de mal-vie sous ce ciel miséreux des FLiN-tox ? Un ciel bleu sous lequel ne règne, dans le moindre de ses recoins, que des nuées d'islamisme étouffant une société formatée à avoir un pied dans la tombe à longueur de journée, tout au fil des saisons, y compris le printemps, au lieu de cultiver ce merveilleux verger au mille-et-une "thivhirines" que nous enviaient tant de pays lointains.
Cette journée du 13 février 2015 aura aussi dévoilé le caractère hautement inhumain du dédain que voue le pouvoir d'Alger envers tous les autochtones qui ne marchent pas dans ses combines. Car comment ne pas relever la différence de traitement, même dans la mort, entre la fastueuse procession réservée à Roger Hanin, avec une présence affirmée d'officiels, et celui d'un enterrement bien plus sobre réservé à Assia Djebar dans son petit patelin de Chenoua ?

Telle irrévérence n'est pas sans rappeler celle dont fut victime, de son vivant, cheikha Remitti, laquelle avait eu la malchance d'atterrir à l'aéroport d'Alger en même temps qu'une bimbo de la télé réalité française pour laquelle de hauts responsables politiques avaient déroulé le tapis rouge, pendant que notre cheikha fut allègrement ignorée.
Ainsi fonctionne le pouvoir, de Boumediène à Bouteflika : La valise ou le cercueil pour ceux, musulmans juifs ou chrétiens, qui ne rentrent pas dans leurs combines de petits dictateurs, le tapis rouge et les honneurs pour tous ceux qui ne tarissent pas d'éloge envers un p'tit cancre transformé en "fakhamatouhou" par la grâce d'une servilité maligne qui a gangrené chaque homme et chaque femme du pouvoir algérien.
D'Assia à Yacine et Roger, des hommes et des femmes ont aimé l'Algérie, chacun à sa façon, et il faut une sacrée dose de passion pour lui offrir sa sépulture ! Les voir ainsi partir, c'est une bonne partie de nos rêves qui s'effrite, le rêve de cette Algérie de fraternité qui fout le camp obstinément, génération après génération. Emportée par ceux qui lui vouent un amour des plus vils, ceux qui sans vergogne la pillent. Ceux-là ont des funérailles nationales, mais nous ne les pleurons jamais !

Tout comme nous n'avons pas pleuré Boumediene hier, nous ne pleurerons pas Bouteflika demain, car de cette terre berbère, ils n'ont aimé que les trésors et les perles, et noyé ses peuples dans l'Islam des ténèbres pour le dépouiller à perpète sous l'œil bienveillant d'un monde et d'une France enclins à sacrifier chaque homme, chaque femme indigène pour quelques gouttes de pétrole nécessaires au fonctionnement de sociétés qui ne savent plus verser dans l'émotion et les sentiments, ces "machins" regroupés sous l'appellation sordide de civilisation!
Quels Dieux, quels Saints peuvent souscrire à telles horribles bénédictions ?

Quant à nous, universalistes convaincus, nous ne nous bousculerons pas pour quémander une petite place sous terre ! Nous avons déjà choisi l'habitacle pour notre dernier voyage ; celui du crématorium, pour un retour instantané à notre état naturel de poussière, celui que nous avons été et serons pendant des milliards d'années encore. Ainsi nous allégerons la tâche à Belzebuth et laisserons plus d'espace au paradis d'Allah pour nos frères. Comment ne pas s'attendrir sur cette course au mérite d'une vie meilleure là-haut, une vie éternelle remplie de créatures aguichantes, de fruits délicieux, de ruisseaux de vin exquis pour récompenser l'abstinence ici-bas? Abstinence pratiquée par le pauvre, encouragée par le riche, lequel se goinfre tous les jours à dégoût, comptes HSBC en cerise sur le gâteau! Sacrés Terriens !
Sallam Assia ! Shallum Roger ! Reposez en paix !

Kacem Madani