PÉRIODE ANTIQUE
STÈLE. Personnage très fruste tenant un objet indistinct. - Calcaire. - Guelma.-

FRAGMENT de STELE : Personnage en tunique à manches, brisé à mi-corps. La main gauche tient un objet indistinct. - Marbre rosé. - Guelma. Les 13 Stèles suivantes, provenant de Guelma ont été envoyées au Musée par M. J. Cambon, Gouverneur Général d'Algérie:

PÉRIODE ANTIQUE

Depuis lors, les explorations du Nord Africain et du Grand Sahara en ont fait reconnaître de nouvelles stations nombreuses, dispersées sur une aire vraiment considérable.
Barth en découvrait au Nord du Mourzouk (1S50), Vigneral dans le cercle de Guelma (Constantine) ; Nachtigal au Tibelh (1870); le Rabbin Mardochée rapportait, en 1876, à H. Duveyrier les estampages de gravures rupestres qu'il avait recueillies dans le Soûss marocain. -
En 1882, le Capitaine Boucher découvrait la station d'El-Hadj Mimou.11, dont le Docteur E. T. Hamy faisait ressortir l'importance au point de vue de la chronologie à établir dans les différentes séries de ces dessins rupestres ;
en 1880, le Docteur E. Bonnet indiquait la fréquence d'ateliers de silex au voisinage immédiat de ces rochers gravés. -
De 1890 à 1899 M. G. B. M. Flamand, au cours de ses missions dans le Sud, relevait près de 30 stations nouvelles de Pierres écrites, toutes situées dans la chaîne saharienne, Djebel Amour et montagnes des Ksour, entre le bordj d'Atlou et El Figuig (Maroc) ; - il découvrait parmi elles des figurations répétées de grands ruminants aujourd'hui éteints et entièrement disparus du continent africain, fossiles (Babalus antiquus) associés à des personnages armés de haches polies (néolithique), datant par conséquent la série des figurations des grands animaux.

En se basant sur l'ensemble des observations de ces différents auteurs et sur les plus récentes découvertes, on peut répartir en trois périodes les dessins et les inscriptions gravés sur les Pierres écrites : la première " préhistorique ", la seconde " libyco-berbère ", la troisième " musulmane ".

Voici les caractéristiques de chacune d'elles :

1° Période préhistorique. - Caractérisée par des images de grands animaux qui n'existent plus dans le pays, dont quelques espèces sont entièrement éteintes pour le continent africain : éléphants, rhinocéros (fossiles) bicornes, buffles à grandes cornes (Bubalus antiquus), à côté desquels sont figurés des chasseurs armés de flèches en silex et de haches polies (néolithique). Les figurations en sont souvent artistiques et d'observation exacte ; les gravures sont en traits unis, profonds de 5 a 12 millimètres. - Patine noire. 2° Période libyco-berbère. - Images accompagnées de signes d'écriture, les dessins tracés sans grâce et sans art et représentant, outre des personnages, des animaux existant encore de nos jours dans ces mêmes régions, ou simplement refoulés, plus au sud : cheval, dromadaire. On peut subdiviser la période libyco-berbère en deux sous-périodes, l'une archaïque, ou protohistorique (?), l'autre libyco-berbère proprement dite.

Cette dernière atteint les temps récents, simultanément avec la suivante. Les traits peu profonds (1 à 3 millimètres) sont larges et POINTILLÉS, indécis, sans netteté, à patine grise ou jaunâtre et peu accusée ; tous caractères différents des traits de la période qui précède.

3° Période musulmane.- Elle comprend des inscriptions arabes, sans dessins, offrant des formules tirées du Qprân, des sentences, des invocations ou des noms propres.
- Les patines qui recouvrent les gravures de ces diverses périodes offrent des différences très nettes : leur comparaison montre qu'il s'est écoulé un très long intervalle de temps entre la période préhistorique et la période libyco-berbère.

ÉTAGES MIOCÈNE ET PLIOCENE
.

L'étage helvétien marin se montre dans la province de Constantine sous la forme importants et assez nombreux. Au sud de Guelma, un premier gisement est à signaler. C'est le plus septentrional que nous connaissions dans cette partie de la province. Il est remarquable par les sulfures de plomb et de cuivre qu'il renferme. Les strates se composent de bancs épais de molasses coquillières à la base, avec de nombreux Pecten, des Balanes, etc.; au-dessus se développent des argiles grises très épaisses qui donnent naissance à une région très ravinée et enfin, à la partie supérieure, règnent les grès métallifères. Le fossile le plus caractéristique de ce gisement est Oyster crassissima qui lui assigne, au moins en partie, sa place dans l'étage helvétien.