MUSEE DE GUELMA

La série des inscriptions impériales du musée de Guelma est assez riche. Elles sont d'autant plus dignes d'attirer l'attention que la plupart d'entre elles n'ont pas jusqu'ici reçu le commentaire qu'elles méritent, Trajan est nommé dans les deux dédicaces de Khamissa aux divinités capitolines.
C'est encore son nom qu'on déchiffre sur une base de grès aux lettres rongées, qui doit être une borne de délimitation de territoire, On a découvert autrefois à Guelma deux monuments épigraphiques en l'honneur de Vibia Aurelia, fille de Marc Aurèle. Il n'en reste plus qu'un seul au musée (base de marbre rose de la Mahouna). C'est un hommage des décurions à la patronne du municipe, après la mort ,de Septime Sévere (appelé aussi Divus) . Vibia Aurelia y est salué, non seulement comme la fille de Marc Aurèle, mais aussi comme la sœur de Septime Sévère, qui s'était proclamé fils adoptif de cet empereur.

Les fouilles d'Announa (prés de Guelma) ont fait trouver une autre inscription en l'honneur de cette princesse . Ce nouveau document apporte encore un témoignage de la popularité dont jouissait Vibia Aurelia dans la région Calama Surtout il en explique enfin la cause. On avait déjà conjecturé qu'elle avait épousé L. Antitius Burrus, consul en 181 Cette hypothèse devient une certitude. La famille des Antistius était originaire d'Announa où on a découvert sa demeure, des dédicaces en l'honneur de plusieurs de ses membres, et beaucoup d'inscriptions funéraires, aux noms d'affranchis OL1 ,d'esclaves de la maison (sur la maison des Antistius à Announa)

C'est donc à la veuve de L. Antistius Burrus, assassiné sur l'ordre de Commode, son beau-frère, que les habitants de Thibilis (Announa) ont dédié l'inscription.

Celle-ci peut être datée. Elle fut gravée après la mort de Septime Sévère, sous le règne commun de Caracalla et de Géta, entre février 211 et février 212. Quand la mémoire de Géta eut-été condamnée, son nom martelé fut remplacé par les deux épithètes pius felix, ajoutées au nom de Caracalla.

Une inscription de Mdaourouch (Prés de Souk-Haras) célèbre Caracalla, consul désigné et prince de la jeunesse. Elle est de 201, car l'empereur exerça pour la première fois le consulat en 202.
Une autre, à peine plus récente, et une dédicace en l'honneur de Septime Sévère et de Caracal1a

Le nom de Gêta y est martelé si faiblement qu'on peut lire avec facilité le passage qui le concernait. Un second martelage plus profond, œuvre d'une autre main, a effacé le nom de Fulvia Plautilla, dont le titre d'AL/E( uI/a) est encore visible, enfin de ligne. Une dernière inscription s'adresse à Caracalla, seul empereur, et à sa mère, Julia Domna. Elle n'est pas antérieure à 213

Deux dédicaces presque identiques, trouvées a Guelma, célèbrent Claude le Gothique. Elles sont de 268.

Plusieurs fragments d'architrave portent les débris d'une inscription de Guelma, du temps de Dioclétien et de Maximien, qui fait mention de la restauration d'un temple par une femme, Arminia Fadilla .

Une inscription à l'empereur Constance, de 306, nomme 1e gouverneur de la Numidie Cirtéenne qui la dédia ( C'est Valerius Antoninus, qui est désigné ici plus complètement qu'en aucun, autre monument.

Constantin reçu à Announa, en 313-,I4, un hommage de Valerius Paulus, praeses de Numidie l'un dès derniers personnages équestres qui ait gouverné la province avalnt qu'elle passât sous la direction de consulaires Valerius Paulus, tout en adressant sa dédicace au seul Constantin, se dit pourtant le dévoué serviteur de plusieurs empereurs (d(evotus) n(umin') m(ajestati)q(ue)' EORUM). Il n'y a pas ici un lapsus du lapicide. Il y avait alors deux empereurs régnants, reconnus en Afrique, Constantin et Licinius. Une seconde inscription, placée tout près de la première, s'adressait à Licinius.

On les lisait toutes deux ensemble et Valerius Paulus pouvait, en chacune d'elles, se déclarer le fidèle sujet des deux princes

Même M Pallu de Lessert a fait justement remarquer que l'hommage du gouverneur à Constantin doit remonter, au plus tard, au début de 314, puisqu'au cours même de cette année, les souverains devinrent ennemis et se déclarèrent une guerre ou Constantin triompha vite.

Le même empereur est encore nommé sur une borne milliaire ou il a le titre de Maximus, qu'on ne rencontre guère sur les inscriptions qu'en 315.

La pierre qui porte l'inscription à Constance a été réemployée, sur une autre face et dans un autre sens, pour la gravure d'une inscription du temps de Valens, Gratien et Valentinien II (375-378), ou le 1 proconsul de la province, Censorinus, se vante d'avoir fait construire à Announa des portiques et un arc de triomphe

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE