Septime Sévère une période florissante

          Nous avons passé en revue à peu près tous les documents qui ont été publiés à propos du théâtre de Guelma, et, d'après M. Gsell, nous voyons que ce monument aurait élevé, tout le règne de Marc Aurèle et de virus, c'est-à-dire de 161 à 169, soit plutôt sous le règne de Septime Sévère et de Caracalla, c'est-à-dire de 198 à 211.

Nous avons déjà vu que le règne de Septime sévère avait été une période florissante pour la ville de Calama, et que cette dernière s'était placée la protection de la sœur de l'empereur qu'elle avait choisi comme patronne.

C'est donc, en effet, vers cette époque qu'il convient, selon toute probabilité de placer la fondation du théâtre antique.

Il est probable d'ailleurs qu'il subit tout au moins des restaurations importantes environ deux siècles plus tard, la au cours des fouilles qui ont été pratiquées l'an dernier, on découvrit deux inscriptions malheureusement incomplètes qui semblent en témoigner.
A mes seigneurs gratien
Julius rusticius
         La présence cette inscription de quatre B et de quatre
N qu'il y avait quatre princes régnants, et que c'était à l'époque de Gratien - qui régna de 375 à 383 partageant le pouvoir avec son frère Valentinien II , empereur d'occident et partagea le pouvoir avec flavius theodorus 379.
Valentinien II continua à régner sur l'Occident jusqu'en 392 mais en usurpateur. Maxime se fit également proclamer empereur en 381.
Donc, 380 à 383, il y avait quatre empereurs, et par suite c'est à cette date qu'il conviendrait de fixer la dédicace de notre inscription.
La seconde inscription est un peu plus complète
AVGGG SEMPER../..
Augustus Sanper procurateur ../...
Cette nouvelle inscription a été dédiée comme la précédente par Julius Rusticius, curateur de la cité qui d'ailleurs ou deux noms précédents joignait celui des Vesper.
Remarquons que cette fois, il y a trois G à Augustus, qui désignent le souverains au lieu de quatre que nous avons signalés plus haut.

Il est donc probable que nous nous trouvons à l'époque de Gratien, Theodosius Valentin II, tandis que Maxime ne s'est pas encore fait proclamer Auguste. Ou bien encore, au moment où Gratien est assassiné par Maxime qui est reconnu par theodosius et Valentinien II.B Maxime régna Jusqu'en 380 époque à laquelle il fut vaincu et mis à mort par Theodose donc, nous avons deux solutions pour la date de notre inscription, soit 379 à 383, ou 383 à 388.

En tous les cas, c'est au voisinage de l'an 383 qu'il faut placer ces dédicaces.

Nous ignorons si celles-ci se rapportent à une réfection du théâtre, mais toutefois, on peut le supposer avec quelque vraisemblance, car on voit dans les recherches et les fouilles, que certaines parties de la construction ont subi des remaniements qui portent incontestablement le caractère de la basse époque.
Notre part, nous avons déjà vu dans le progrès du 17 avril, que le proconsul Ummidius avait élevé une statue au jeune César Valentinien II. Il se pourrait donc que l'une de ces dédicaces, sinon toutes les deux soient relatives à cette érection.

Il n'y aurait donc alors identification entre notre proconsul Euesinius et Ensignius dont le capitaine Tauxier avait constaté l'existence. Ce serait là, un point important à déterminer, car Eunesinus était jusqu'ici inconnu et Ensignius fortement discuté.

Cette question d'histoire à ce sera peut-être définitivement tranchée par un autre document qui viendra s'ajouter à ceux qui sont en possession déjà.
Quoi qu'il en soit, il n'est pas exagéré d'admettre, pour notre théâtre l'hypothèse d'une restauration nécessité par les destructions qui avaient dû le détériorer pendant la période donatiste, et pour consacrer le nouvel état des choses, notre hypothèse serait complétée par la dédicace d'une statue à Valentinien II .

Nous l'avons déjà dit, il est possible que cette statue soit celle dont il reste encore un buste important au jardin public sur le terre-plein de la casbah.
Cette statue aurait décorée soit une niche des ailes, soit une de celles de la scène, soit encore la loge du haut des gradins qui par certains auteurs est supposée être la loge du préfet.
A suivre
Signé Vétus

Nous vous prions d'excuser les coquilles, ou fautes non corrigées survenues dans nos textes. Par manque de temps, nous appliquons le "copier-coller" sans corrections préalables, nous vous remercions pour votre compréhension, Le webmaster Gilles Martinez

Site internet GUELMA FRANCE