UN ARMÉE DE BATISSEURS
Nuls conquérants après Rome n'avaient accompli,en si peu de temps, un travail comparable à notre armée


À cette armée, s'écria-t-il qui a conquis à la France un vaste et bel empire, ouvert un champ illimité à la civilisation, dont elle est l'avant-garde ! À la colonisation, dont elle est la première garantie !

À cette armée qui, maniant tour à tour la pioche et le fusil, combattant alternativement les Arabes et la fièvre, a su affronter avec une résignation stoïque la mort sans gloire de l'hôpital, et dont la brillante valeur conserve dans notre jeune armée les traditions de nos légions les plus célèbres !

À cette armée, compagne d'élite de la Grande armée française, qui, sur le seul champ de bataille réservé à nos armes, doit devenir la pépinière de sa future de l'armée française, et qui enorgueillit justement de ceux qui ont déjà percé à travers ses rangs.

À cette armée qui, loin de la patrie, a le bonheur de ne connaître les discordes intestines de la France que pour les maudire et qui, servant d'asile à ce qui les fuient, ne leur donne à combattre, pour les intérêts généraux de la France, que contre la nature, les arabes du climat !
Duc d'Orléans


Les soldats ont ouvert, dans notre région, et en deux ans,
cinq cent lieues de chemins en routes,
Elle a fait seize ponts, une multitude d'édifices militaire,
Elle a fondé plusieurs villages.
Nous avons marché sous un soleil brutal et sous des pluies rageuses, pour ouvrir des voies comerciales qui faisaient défaut, l'épée dans une main et le mêtre dans l'autre, ces Sous-officiers et tirailleurs indigènes méritaient le repos

Site Internet GUELMA-FRANCE