LA Société Agricole de Prévoyance(S.A.P.)

         Dès 1869, le général Liebert, commandant la subdivision de Miliana, ébauche les premières "Sociétés Indigènes de Prévoyances" (S.I.P.) qui prennent plus tard le nom de Sociétés Agricoles de Prévoyance (S.A.P.).

        Dépendant du Paysannat Algérien et fonctionnant à l'origine comme organismes de crédits, les S.A.P. sont habilitées à jouer un rôle de coopératives de céréales à partir de 1937. Chacune d'elles, dans les secteurs céréaliers, comporte deux sections principales :
1 - la section crédit ;
2 - la section céréales.

       Le but poursuivi par les S.A.P. est de permettre aux agriculteurs musulmans (fellahs) d'obtenir des prêts en nature et en espèces et de recueillir, ensuite, les produits agricoles pour les livrer à la vente. Pour atteindre ce but, dans de bonnes conditions, elles doivent accroître leurs possibilités de stockage et acheter le matériel indispensable.

       Mais la S.A.P. n'est pas seulement un organisme financier. Comme toutes les autres Sociétés Agricoles de Prévoyance, elle intervient auprès des agriculteurs par l'intermédiaire de techniciens, conseillers agricoles qui, en liaison directe et sous la responsabilité des services agricoles, dispensent les conseils nécessaires afin de leur enseigner des méthodes modernes de cultures et d'élevage.

      Dans le secteur céréalier de la région, ils établissent, en outre, des essais culturaux comportant une partie moderne (effectuée par le technicien) et une partie traditionnelle (effectuée par le fellah). Il faut montrer, de cette manière, les différences de rendements entre les deux modes de culture. (Pour mémoire : l'hectare de blé dur en culture moderne produit 18 à 25 quintaux alors qu'en culture traditionnelle, il n'en rend que 4 à 5).

      Par son parc de tracteurs à chenilles et de moissonneuses-batteuses automotrices, la S.A.P. entreprend labours et moissons-battages auprès de ses adhérents.La plus grande partie des communes de l'arrondissement de Guelma est pourvue en conseillers agricoles. La S.A.P. possède des docks (construits en 1934) pour le stockage de 12.000 quintaux, insuffisants, semble-t-il, pour la grosse production céréalière de la région. La mise en application du "Plan de Constantine" demande aux S.A.P. un effort important afin de devenir les instruments valables et indispensables pour le développement agricole du secteur traditionnel.En 1962, un outil de travail très prometteur s'écroulait comme tant d'autres choses...

Collectif des Guelmois site Internet GUELMA-FRANCE