ACTIVITES DES CHAMBRES D'AGRICULTURE
EN ALGÉRIE
SESSIONS

Les trois chambres d'agriculture d'Algérie ont, en 1925, tenue chacune leurs deux sessions ordinaires de Mars et de Novembre et se sont réunies en session interdépartementale 12 et 13 mai de la même année.
En outre, la chambre du département d'Alger a tenu une session extraordinaire le 12 juin 1925, alors que la commission permanente de la chambre d'agriculture d'Oran tenait six réunions.

Les principales questions examinées à Alger ont eu pour objet la culture des céréales, le concours des blés organisés à l'Institut Agricole d'Algérie, l'emploi des engrais azotés et l'établissement du casier vinicole qui permet de contrôler la sincérité du déclarant de la constitution anormale de leur récolte.
En complet accord avec les chambres d'agriculture des deux autres départements, la chambre d'Alger a mené à bien le voyage d'étude effectué dans les trois départements par un groupe de filateurs métropolitains venus en Algérie pour visiter les cultures de coton..
Cette visite faite, a fait ressortir la nécessité de ne cultiver que des variétés sélectionnées susceptibles de donner un produit homogène répondant aux besoins actuels de l'industrie textile française

La chambre d'Alger a maintenu le principe d'un congrès du coton qui serait tenu en Algérie en 1927, a décidé de s'associer à la Confédération Générale des Agriculteurs pour l'organisation d'un congrès de l'eau, également en 1927.

Elle a émis un avis favorable à l'application à l'Algérie des dispositions du code du travail visant la création éventuelle, dans les communes, d'une section professionnelle agricole de placement dans les communes, d'une section professionnelle agricole de placement de la main-d'œuvre.
Enfin, elle a examiné un texte, comme doivent le faire chaque année les chambres d'agriculture, des demandes de subventions présentées par les associations agricoles du département.
La chambre d'Agriculture d'Oran a alloué une subvention de 560 fr. au syndicat de Mascara, Montgolfier, Tiaret, Sidi bel Abbes, Tlemcen pour l'achat de pulvérisateurs destinés à épandre l'acide sulfurique en vue de détruire les mauvaises zones herbes.
Les résultats de ces essais ont été encourageants : aussi ces essais seront-ils poursuivis.

La production du blé, la culture du coton et le concours exposition des blés à l'institut agricole ont aussi retenu l'attention de cette chambre qui, en outre, a employé une notable partie de son budget pour l'organisation de champs de démonstration en vue de vulgariser l'emploi de ces engrais.
Enfin la chambre d'Oran à étudié un rapport très documenté de l'un de ses membres, M. le docteur Cros, sur la viticulture algérienne et le contingentement des vins et s'est intéressés aux questions de la colonisation, de l'assurance mutuelle du crédit agricole.

L'activité de la chambre d'agriculture de Constantine s'est manifestée dans tous les domaines intéressant le développement économique de la colonie : colonisation, hydraulique agricole, intensification des cultures, mutualités agricoles, élevage etc.
En accord avec le conseil général, elle a collaboré à l'établissement d'un programme de travaux d'hydraulique agricole en s'inspirant des besoins de chaque région.
Elle a, de plus consacré une large part de ses ressources à l'externe agricole en vue du développement et de l'amélioration des cultures. Elle a subventionné le syndicat de défense contre les étourneaux et les grives et accordé des encouragements aux lauréats de l'école d'agriculture de Philippeville.

La cinquième session interdépartementale des trois chambres consultative de l'agriculture s'est tenue à Alger le 12 et 13 mai 1925.
Les délibérations ont porté sur les questions suivantes escritent au programme et adopté :
1- une politique du blé ;
2- réformes des méthodes de colonisation ;
3- caisses de colonisation ;
4- crises bancaires ;
5- rectifications des alcools provenant de la distillation des sous-produits de la vigne et des fruits.
6- essais de nouveaux carburants.
7- révision des évaluations forestières.
8- contrats de vente des produits agricoles.
9- abaissements du droit de circulation sur les vins.
10 impôts dus par khammès
11 concours exposition des blés d'Algérie ;
12 visites, par des industriels, des plantations de côte de la colonie ;
13 congrès des céréales et congrès du coton.
14 réformes de la nomenclature de la statistique des douanes (discrimination du blé dur et du blé tendre).
15 hydrauliques agricoles.

SERVICES AGRICOLES
Et encouragements à l'agriculture.

L'année 1925 à marqué une nouvelle étape dans la voie de la réalisation du programme d'organisation des services et établissements agricoles arrêtés à la veille de la guerre.
ainsi qu'il résulte de l'exposé ci-après, les efforts ont continué à porter sur l'amélioration des installations des établissements d'enseignements agricoles notamment de l'institut agricole de l'école d'agriculture de Philippeville et de la ferme école indigène de Guelma, également, sur la restauration du jardin d'essai, sur les perfectionnements des stations d'expérimentales agricoles de Ferme- Blanches, Orléansville, et de Tadmit.

L'organisation de l'enseignement agricole dans le département d'Oran est poursuivie conformément au plan adopté d'accord avec le Conseil Général et les Délégations Financières.
Une notable partie des bâtiments de la ferme de la future école d'agriculture de Sidi bel abbés a été construite, pendant qu'a été continuée la mise en valeur des terrains sur lesquels école sera installée.
L'administration a pris possession à l'automne des terrains affectés à la future ferme école Ain Temouchent pendant que l'année 1925 voyait terminer l'établissement des bâtiments de ferme du futur établissement.
La construction des bâtiments scolaires des deux écoles précitées semble pouvoir être commencée vers le milieu de 1926.
L'aménagement de la station de Barral a été réalisée et son domaine notablement agrandi.
L'organisation de la station expérimentale d'Ain el Adjar a été commencée. Les constructions nécessaires seront complétées aussi rapidement que possible.

La création de nouvelles stations est envisagée un Sidi Medjahed (oran) et à Boufarik. Faute de terrain, la création projetée à Batna n'a pu être entreprise.
La sélection et la multiplication de semences sélectionnées de céréales est en voie d'organisation à l'institut agricole et dans les divers stations qualifiées à cet effet.
Les multiples questions que soulève le développement de la culture du coton font l'objet de toute l'attention des services intéressés.
Ainsi qu'il est exposé en détail plus loin, l'année 1925 a été marquée, d'autre part, par la réforme de l'organisation du crédit mutuel et de la coopération agricole en Algérie pendant que des démarches ont été entreprises auprès de la banque de l'Algérie dans le but de procurer à la Mutualité Agricole des ressources qui lui sont nécessaires.

INSTITUT AGRICOLE D ALGERIE.
Renseignements concernant les élèves de l'école.

Recrutement des élèves.
- Le nombre des candidats à continué à marquer un progrès sensible sur les années précédentes, ainsi qu'en témoigne le tableau ci-après:
Parmi ces candidats, 72 ont été admis comme élèves de première année, les uns après avoir satisfait aux épreuves du concours d'entrée qui a eu lieu les 10 et 11 juillet 1925, les autres sur la présentation des diplômes qui confèrent la dispense du concours.
L'instruction générale des nouvelles recrues est bonne ,dans l' ensemble ; la jeune promotion comprend, en effet :
Un admissible à l'école polytechnique, deux admissibles à l'institut national agronomique, un admis à l'école nationale d'agriculture, huit admissibles aux écoles nationales, 16 bacheliers complets, huit bacheliers première partie, un brevet supérieur, 12 brevets de l'enseignement primaire supérieur, 5 brevet élémentaire, un diplôme de l'école pratique d'agriculture, deux baccalauréats étrangers, deux anciens élèves de l'institut agricole de Nancy.

D'après leurs origines, les élèves de première année se classent ainsi :
Métropole 40.
Algérie 23.
Maroc 4.
Syrie 2
Pologne 3.

MOUVEMENT DES ELEVES.
À : promotion sortante.
La promotion 1923-1925 comptait 47 élèves ; 36 ont une moyenne générale égale ou supérieure à 14, ont mérité le diplôme d'ingénieur, 10 ont obtenu le diplôme de l'institut agricole d'Algérie et 1 le certificat d'études .
7 élèves sortants se sont présentés avec succès au concours d'entrée à l'institut national d'agronomie coloniale, est l'un d'eux se classe en tête de la liste d'admission.

B. PROMOTION DE DEUXIEME ANNEE : La promotion de deuxième année se composera de 58 élèves réguliers dans 55 internes et trois demi-pensionnaires.

Site internet GUELMA-FRANCE
.